dimanche 2 octobre 2022

Gaëtan Huard : « Il faut d’énormes « corones » à l’OM »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Gaëtan Huard a gardé la cage de l’OM. L’ancien portier et consultant Bein Sport revient sur sa période à Marseille.

Que ressentez-vous quand vous voyez la liste de tous ceux qui ont gardé les buts olympiens ?

Je me dis qu’il existe un dénominateur commun à ceux qui ont réussi à s’y imposer, et je m’inclue parmi eux : ils avaient tous d’énormes « corones »  ! Il en faut pour résister à la pression que mettent les supporteurs sur l’équipe en général et sur le gardien en particulier.

En quoi est-ce différent des autres clubs ?

Cela n’a rien à voir avec ce que j’ai pu vivre à Lens par exemple, où la passion n’est pas moins forte autour des Sang et Or, mais le soutien est inconditionnel, moins soumis aux résultats et aux performances.

À Marseille, vous savez qu’à un moment ou à un autre, vous subirez les foudres du public. Si vous n’êtes pas capable de vous remettre en cause, vous ne vous en relevez pas. Une entame manquée est souvent rédhibitoire si vous ne montrez pas du caractère.

Est-ce aussi pour ça que Barthez a si bien réussi dans ce contexte ?

Oui, parce qu’il avait cette capacité à relativiser, à absorber la pression. Elle coulait sur lui. C’était sa force, celle qui lui a permis de faire une telle carrière à l’OM et ailleurs.

Où situez-vous Mandanda dans ce Panthéon des gardiens ?

C’est une icône à Marseille car c’est lui qui a le plus porté le maillot de l’OM. Même s’il a connu quelques moments difficiles, il a su être bon dans la durée en se réinventant sans cesse, en faisant preuve d’une forte capacité à se remettre en cause.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi