dimanche 28 février 2021

Groupama-FDJ : casse-tête sur les leaders et le calendrier ?

À lire

Movistar, un retour au premier plan pour Valverde et ses coéquipiers ?

Avec très peu de victoires au compteur en 2020, l'équipe espagnole Movistar va devoir impérativement redresser la barre. Quand on...

Ivan Garcia Cortina : « Je vais vivre des moments forts avec Movistar »

Après quatre saisons chez Bahrain, l’Espagnol Ivan Garcia Cortina, vainqueur de la 3ème étape de Paris-Nice en 2020, s’est...

Qhubeka Assos : Fabio Aru, fer de lance d’une équipe en plein renouveau

L'ex-équipe NTT Pro Cycling désomais Qhubeka Assos a pu, in extremis, sauver sa place. Si cette formation a fortement...

Avec une formation capable de jouer sur tous les tableaux, grâce notamment à Thibaut Pinot et Arnaud Démare, Groupama-FDJ ne devrait pas faire de choix compliqués. Elle sera d’abord sur le Tour de France pour y jouer la gagne.

2020 a offert des visages bien différents de la Groupama-FDJ sur les grands Tours. Pendant que Thibaut Pinot était victime une nouvelle fois du mauvais sort, Arnaud Démare s’offrait un Giro de rêve pendant que David Gaudu réussissait son premier Top 10 et de belles victoires sur la Vuelta. La preuve que les talents ne manquent pas du côté de l’équipe de Marc Madiot.

Mais, au moment de préparer cette nouvelle année, il est évident qu’une question se pose : que faut-il privilégier sur le prochain Tour de France ? Arnaud Démare ou Thibaut Pinot ? Sur un parcours plus équilibré avec notamment de nombreuses arrivées pour les sprinteurs, on ne peut pas imaginer Arnaud Démare rester en dehors de la Grande Boucle cette année. Surtout qu’il a prouvé sur le dernier Giro

qu’avec une équipe à son service il pouvait viser plus d’une étape et même le classement par points. Seulement, il sera difficile dans ces conditions pour Groupama-FDJ de mettre une équipe entière au service de Thibaut Pinot pour l’aider dans sa quête du général.

Madiot ne botte pas en touche

Pour Marc Madiot, il est tout à fait possible de cumuler les ambitions et les différents objectifs sur le prochain Tour. Il ne s’en était pas caché dès l’arrivée de la dernière édition. « Mais on sera de toute façon là pour le classement général et des victoires d’étapes avec différents coureurs. Il ne faut pas tout zapper d’un seul coup : dix jours avant le début du Tour, Thibaut (Pinot) finit 2ème du Dauphiné. De plus,iIl avait fait des bonnes choses en Occitanie, un bon ParisNice en début d’année. On ne devient pas mauvais pour le classement général du jour au lendemain.

Je pense qu’on sera là pour le général, mais on abordera peut-être le Tour un peu différemment : il y aura peut-être de la place pour le sprinteur numéro 1 de la maison (Arnaud Démare, Ndlr). En 2020, la question ne se posait pas, c’était destiné aux grimpeurs. »

Groupama-FDJ cherche l’équilibre avec ses coureurs et leurs ambitions

Pour Arnaud Démare, il ne fait aucun doute qu’il ne passera pas une nouvelle saison loin du Tour de France. Dès la fin du Giro, il se projetait déjà sur le prochain Tour avec l’ambition d’y jouer un rôle. Même si Thibaut Pinot est également présent. « Si on regarde Alexander Kristoff et Tadej Pogacar en 2020, ça s’est réalisé. Pareil pour Wout Van Aert et Primoz Roglic chez Jumbo-Visma, même si j’ai besoin de plus de monde autour de moi que Van Aert, expliquait-il.

Je pense que c’est jouable. Il faut des circonstances de course et une réussite des deux côtés, mais ce n’est pas inenvisageable en tout cas. » Chez Groupama-FDJ, on a déjà connu pareille situation et cela n’avait pas empêché la formation tricolore de briller. En 2014, Pinot avait pris la 3ème place du général puis remporter l’Alpe-d’Huez l’année d’après.

En 2017, c’est Démare qui avait remporté son premier succès d’étape sur la Grande Boucle alors que les deux coureurs étaient présents. Mais la présence des deux coureurs pourrait alors surtout avoir un impact sur l’ambition d’autres coureurs de l’équipe comme David Gaudu qui devrait alors se tourner vers d’autres horizons en Italie ou en Espagne pour espérer enfin jouer les premiers rôles comme leader.

À croire que le casse-tête ne fait que commencer. Même si, au final, avoir autant de coureurs capables de viser la victoire n’est pas fait pour effrayer l’ambition d’une équipe.

Ne manquez pas Cyclisme magazine, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

À lire aussi

massa accumsan odio diam non Donec elementum Phasellus Curabitur