lundi 26 février 2024

Groupama-FDJ : la vie sans Thibault Pinot et Arnaud Démare…

À lire

Groupama-FDJ a bien rajeuni son effectif ces derniers mois avec les départs d’Arnaud Démare, de Bruno Armirail et surtout de Thibaut Pinot. Les jeunes coureurs ont répondu présent en 2023. 2024 est l’année de la confirmation pour beaucoup d’entre eux.

2024 marque une nouvelle ère pour l’é-quipe de Marc Madiot. Pour la première fois depuis treize ans, elle va prendre le départ sans son leader emblématique Thibaut Pinot. Le néo-retraité a marqué l’histoire du cyclisme français et Philippe Mauduit, l’un des directeurs sportifs, ne cache pas que cette préparation sans sa star, son leader charismatique, a été particulière, mais la grande force de Groupama-FDJ est de savoir préparer l’avenir et le départ de cadres bien en amont :

« On est habitué à perdre des coureurs chaque saison, mais Thibaut c’est particulier, il était là depuis tellement de temps. Dans le bus, c’est plus calme désormais. Avec Gaudu, Madouas, Küng, d’autres coureurs émergent ou peuvent prendre le relais, on fait toujours attention à faire un roulement afin qu’il n’y ait pas de creux d’une saison à l’autre. Avec la Conti, l’équipe junior, on peut assurer l’avenir de l’équipe. »

« L’an dernier, on avait pris 8 Conti, cette année un peu moins. On a juste pris Eddy Le Huitouze. Pour 2024, on a décidé de repartir avec des jeunes, mais l’année prochaine je pense que l’on piochera de nouveau pas mal dans l’équipe Continentale car il y a des talents. »

À LIRE AUSSI : L’interview sans détour de Madiot

Groupama-FDJ : la succession de Pinot très lourde

Les successeurs de Pinot devront s’attacher à être plus cliniques dans les fins de course pour remporter plus de courses que l’an dernier et éviter de collectionner les places d’honneur. Pour encadrer leurs jeunes coureurs, les dirigeants ont rappelé Marc Sarreau, parti chez AG2R en 2021 ou Cyril Barthe :

« Nous sortons d’une saison assez frustrante. Nous sommes la 8ème équipe en termes de victoires. On a gagné 19 courses avec 10 coureurs différents. Ça c’est bien, on a plusieurs cartes qui peuvent gagner. On a un bilan que beaucoup d’équipes aimeraient avoir. On a aussi gagné la Coupe de France avec Paul Penhoët, qui, à 21 ans, est le plus jeune vainqueur de cette compétition. Mais elle est frustrante car on a surtout fait 30 places de deuxièmes. Si on avait transformé juste une dizaine de ces deuxièmes places en victoires, la lecture des gens extérieurs de notre saison aurait été différente. »

La Groupama-FDJ est l’une des équipes les plus anciennes du peloton, l’une des plus emblématiques aussi, mais elle a de plus en plus de mal à lutter avec les grosses écuries sur les plus grandes courses même si elle n’a pas abandonné l’espoir de voir briller son leader David Gaudu sur le Tour de France ou dans les années à venir Lenny Martinez, porteur du maillot de leader pendant deux jours cette année sur la Vuelta : « On constate qu’il est de plus en plus difficile d’attirer des coureurs Conti, mais on y arrive encore car les jeunes savent qu’on peut les faire progresser.

« David (Gaudu) en ayant fait 4ème du Tour doit avoir cette ambition de viser la victoire finale »

Ils voient que l’on donne leur chance. On ne peut pas lutter avec les grosses écuries, elles ont 40 millions de budget, nous une vingtaine de millions, mais avec les taxes qu’on paie, les taxes sur le carburant, etc. on perd facilement la moitié du budget. On fait donc avec nos moyens et on arrive quand même à sortir de bons jeunes comme Gaudu, Madouas et les autres. »

« On reste toujours ambitieux. David en ayant fait 4ème du Tour doit avoir cette ambition de viser la victoire finale. Même cette année il a fait une belle performance avec la 9ème place en ayant accumulé les pépins. Les observateurs extérieurs ont dit qu’il avait été décevant, mais nous on a une autre lecture, on voit la préparation qu’il a faite, les sacrifices aussi. Il a su trouver les ressources mentales pour aller au bout et faire Top 10. »

A 27 ans, David Gaudu a encore quelques années pour progresser, atteindre ce graal dont rêvent tous les Français et réussir là où même Thibaut Pinot a échoué.

Les mouvements

Arrivées : Barthe (Burgos-BH), Bystrom (Intermarché-Circus-Wanty), Le Huitouze (Continentale Groupama-FDJ), Rochas (Cofidis), Russo (Arkéa Samsic), Sarreau (AG2R Citroën), Walls (BORA-hansgrohe)

Départs : Armirail (Decathlon-AG2R La Mondiale), Démare et Scotson (Arkéa-B&B Hotels), Ladagnous et Pinot (retraite), Stewart (Israel-Premier Tech), Storer (Tudor Pro Cycling Team), Welten (Team DSM-Firmenich PostNL)

Les plus

  • La Groupama-FDJ possède un réservoir très important de jeunes coureurs. Sa réserve, FDJ Continentale, est l’une des meilleures équipes de sa catégorie.
  • L’avènement de Lenny Martinez en 2023 ne devrait pas rester sans lendemain. Le fils de Miguel est un gros talent. Il devient un coureur complet et cela devrait lui permettre de briller dans plusieurs grands Tours.
  • David Gaudu prend son rôle de leader à cœur. Il est régulier dans le Top 10 du Tour de France. Il aura encore son mot à dire en 2024, d’autant plus qu’il sera le principal leader de l’équipe.

Les moins

  • L’équipe perd son partenaire historique, elle doit changer de vélos. Sa collaboration avec Lapierre a pris fin après 22 ans. Les coureurs vont devoir acquérir de nouvelles habitudes avec la marque Wilier.
  • Avec le départ de Thibaut Pinot, l’équipe a perdu un de ses leaders. Au-delà de ses qualités sportives, il était aussi important dans le groupe.
  • La Groupama-FDJ reste la meilleure équipe française mais, année après année, elle perd du terrain sur les meilleures équipes du peloton. Les moyens ne sont pas les mêmes, les effectifs non plus.

La recrue : Barthe, l’équipier modèle

Groupama-FDJ possède de nombreux jeunes coureurs de talent. Pour les encadrer, les dirigeants se sont attachés les services de Cyril Barthe. A 27 ans, cet équipier modèle revient en France après une année en Espagne, à Burgos-BH. Il a profité de ce passage en Espagne pour se relancer et reprendre goût au cyclisme après la fin brutale de B&B Hotels-KTM.

Il avait réussi à trouver une équipe in-extrémis. A la Groupama-FDJ, il remplacera Miles Scotson, parti chez Arkéa. Barthe est rapide, puncheur, il sera un coéquipier de luxe pour Madouas ou Gaudu. Barthe a fait la majeure partie de sa carrière en Espagne et il avait envie de revenir en France, il ne pouvait pas refuser la proposition de la meilleure équipe française du World Tour. Il s’est engagé pour deux ans.

À LIRE AUSSI : toute l’actu de la meilleure équipe française dans votre mag

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi