mercredi 21 février 2024

Handball : à la découverte de l’antre magique de l’US Ivry

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Dans la course aux armements qui amène les clubs à s’arrimer à des projets d’Arena ou de salles parfois disproportionnées, l’US Ivry fait figure d’exception. Plus que d’envisager d’augmenter la capacité d’Auguste Delaune, les dirigeants souhaitent, au contraire, cultiver sa différence.

Au 16 rue Robespierre, il y a 70 ans débutait la construction du gymnase Auguste Delaune. A une époque où tout se jouait encore à l’extérieur, il fut l’un des premiers du genre en France.

Aujourd’hui, il a beau avoir été le théâtre d’un pan entier de l’histoire du handball français, avoir accueilli les meilleurs joueurs et été le centre névralgique du hand des années 70, avec ses 1200 places assises, il est en vrai décalage dans la course aux armements que se livrent la plupart des autres clubs français. Comme si aucune ambition ne semblait possible sans une salle susceptible d’accueillir jusqu’à dix fois plus de spectateurs.

Après être passé à côté d’un projet qui, après le dernier titre de champion en 2007, eut permis à l’US Ivry de surfer sur la même logique, il n’en est absolument plus question aujourd’hui. En arrivant à la présidence du club en 2017, le président Lequeux a au contraire souhaité s’appuyer sur la spécificité d’Auguste Delaune, en faire un atout. Et plutôt que de regretter de ne pas disposer d’une enceinte plus grande et plus moderne, de miser sur sa dimension historique, presque affective.

« Pour voir un match de foot ou de rugby, je préfère le Parc des Princes au Stade de France. A Delaune, comparé aux grandes structures du style Arena, c’est pareil, vous être proche des joueurs, vous sentez leur énergie. La proximité fait partie des charmes de notre salle. »

À LIRE AUSSI : toute l’actu sur les salles de hand dans votre mag spécial

Un nouveau lieu de restauration… Où tout est fait maison !

En rénovant la buvette pour en faire un vrai lieu de rencontre et de partage, un endroit convivial pour se restaurer, « où tout est fait maison » comme aime à le souligner Pascal Léandri, le DG du club, en installant un écran géant de 4 m par 2m50, en changeant l’éclairage et la sono, et en repeignant les vestiaires aux couleurs du club, Rouge et Noir, Auguste Delaune a subi son premier lifting significatif depuis 1997.

« On l’améliore tous les ans un peu plus, poursuit Léandri, pour le mettre au goût du jour sans lui faire perdre son âme, car cette salle fait partie de notre identité. » En attendant d’y insérer aussi un lieu réservé aux partenaires, pour le moment externalisé, le théâtre de toutes les grandes heures de l’US Ivry « s’intègre également parfaitement dans une politique de mobilité douce en raison de sa situation géographique en plein centreville de manière à rendre l’expérience supporteur encore plus confortable. »

Bref, cette salle à taille humaine adaptée à son territoire, qui correspond à l’identité du club et offre une grande proximité aux spectateurs n’est absolument pas considérée comme un handicap par ceux qui la pratiquent et la gèrent. Bien au contraire. Face à ses homologues impersonnelles, elle représente un vrai supplément d’âme qui sera bien utile cette saison aux joueurs de Didier Dinart pour tenter de se maintenir.

À LIRE AUSSI : l’Interview exclusive de Guillaume Gille

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi