dimanche 11 avril 2021

Hounkpatin, l’invité surprise du Castres Olympique

À lire

Stade Toulousain : un centre de formation qui forge les plus grandes victoires

Le Stade toulousain fait preuve d’une longévité exemplaire au plus haut niveau. S’il doit ses titres à de grands...

USAP : un historique enfin de retour en TOP 14 ?

Au top niveau en 2009 avec son ultime titre de champion de France, l'USAP est tombé en Pro D2...

Castres – Toulouse, un derby pour le Bouclier de Brennus !

Les rencontres entre le Castres et Le Stade Toulousain sont toujours un moment particulier dans la saison des deux...

Wilfrid Hounkpatin (29 ans) n’a pas connu une carrière linéaire. Désormais bien installé à Castres, l’ancien pilier rouennais va tenter de se faire une place en Bleus.

Il est âgé de 29 ans, mais ne joue en Top 14 que depuis deux ans et demi et il est déjà dans le groupe France. Si, ces dernières années, tout est allé vite pour Wilfrid Hounkpatin, cela n’a pas toujours été le cas.

Il faut dire qu’il a mis du temps à pratiquer le rugby, il a commencé à 18 ans seulement après avoir essayé le judo, le handball, la boxe thaï. Son solide gabarit l’a naturellement amené à s’intéresser au rugby et la suite lui donnera raison.

Les débuts sont compliqués, il manque de technique, il est baladé à plusieurs postes (pilier gauche, 2ème ligne, ailier), mais il ne lâche rien : « Wilfrid est un gros bosseur, une force de la nature. Quand il a un objectif, il ne lâche jamais et il est très humble, il sait d’où il vient et a la tête sur les épaules  »explique Rodrigo Capo Ortega, son ancien coéquipier.

« Des piliers droits de son profil, très explosifs sont rares et très recherchés »

Installé dans le Gard avec ses parents, il ne lâche rien, travaille dur et rejoint Nîmes avant d’être repéré par Montpellier. Mais son séjour au centre de formation sera bref tout comme son passage d’une saison à Narbonne. Ça ne marche pas, il faut tenter quelque chose de nouveau. Il prend alors le risque de descendre de division en espérant se relancer à Rouen. Un choix payant puisqu’en quatre saisons il deviendra un autre joueur. Il progresse régulièrement et, sur les conseils de l’entraîneur adjoint qui est anglais, il part faire des stages en Angleterre pour gommer ses défauts.

Hounkpatin, la bonne pioche du Castres Olympique

Cette abnégation et tout ce travail finissent par payer. En 2018, plusieurs clubs du Top 14 le courtisent et c’est Castres qui sera le plus convaincant : « Depuis son arrivée, il a énormément progressé. Il a fait un gros match dernièrement contre La Rochelle, il a été actif, fort en mêlée. On voit qu’il a pris confiance.

Il est généreux, humble, je suis content pour lui. Des piliers droits de son profil, très explosifs, sont rares et très recherchés par les clubs. Il peut avoir un bon coup à jouer en sélection car il présente un profil différent. Comme souvent avec les 1ères lignes, il est discret au sein du groupe, mais quand il a quelque chose à dire il le dit, toujours avec les bons mots. »

Après avoir découvert sur le tard le Top 14 et la Coupe d’Europe, le conte de fées s’est poursuivi avec une première convocation en équipe de France en 2020 pour le Tournoi. Il devra déclarer forfait sur blessure, mais le sélectionneur ne l’a pas oublié et l’a rappelé cette année. En concurrence avec Uini Atonio, notamment, Wilfrid Hounkpatin a une belle carte à jouer de par son profil différent et rare. Il est très explosif pour un pilier droit. Il possède aussi une fraicheur. Rien n’a été facile pour lui, il s’est battu pour arriver à ce niveau et il ne laissera personne lui prendre sa place.

Retrouvez cet article et toute l’actu du rugby dans Rugby magazine, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

À lire aussi

neque. Aliquam ut sit tristique sed eget Donec commodo nunc ut et,