jeudi 25 juillet 2024

Hugo Descat (Montpellier, en partance pour Weszprém) : « J’ai fait les efforts pour réussir »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Après plusieurs années à Montpellier, Hugo Descat découvrira le championnat hongrois avec Veszprém et de nombreux coéquipiers de l’équipe de France. Sa deuxième expérience à l’étranger après son passage au Dinamo Bucarest (2017-2019). Entretien pour Handball magazine et Le Quotidien Du Sport.

Comment allez-vous depuis votre blessure au genou ?

Ça va. J’ai repris la course. Maintenant, on avance petit à petit. Ma saison avec Montpellier est finie. Je vais sûrement reprendre avec Veszprém pour la prochaine.

Avant de penser à la Hongrie, espérez-vous voir Montpellier réussir une belle fin de championnat ?

Je suis leur premier supporteur. Ils ont de gros challenges dans les prochaines semaines avec notamment le Final 4 en Ligue européenne. Il y a aussi la Coupe de France. Un match pour un trophée. C’est toujours beau. J’y crois.

Quel est le plus rageant dans votre situation, ne pas pouvoir aider son équipe au moment de jouer tous ces titres ou être blessé au moment de changer de club cet été ?

C’est ma deuxième blessure cette saison. C’est un peu frustrant car je pensais faire une bonne saison pour ma dernière à Montpellier. Je pensais faire le Mondial cet hiver, je n’ai pas pu. J’étais blessé au genou. Ensuite, j’ai fait les efforts. Je reviens bien puis je me reblesse un mois après. Toujours à un genou. C’est ça le plus rageant. Il a fallu encaisser. C’était une blessure qui me demandait trois-quatre mois d’arrêt. Si elle devait tomber avant mon aventure à Veszprém, c’était le bon moment. Cela étant, ça m’embête de ne pas terminer cette saison magnifique que l’on réalise avec Montpellier.

Quel bilan faites-vous de vos années montpelliéraines ?

Montpellier m’a remis sous la lumière. Après, j’ai adoré le discours de Patrice (Canayer) quand il est venu me chercher. Il savait que j’avais des qualités. Il voulait que je les exploite à Montpellier. Ce que j’ai fait. Je serai éternellement reconnaissant de la confiance que l’on m’a donnée. Après, c’est moi qui fais les performances sur le terrain. J’ai aussi fait les efforts pour réussir et mon travail à Montpellier m’a permis d’être performant. Mais un grand merci à Montpellier et Patrice Canayer de m’avoir fait confiance.

« Je suis content de jouer avec Kentin, Ludo et Nedim »

Nouveau chapitre maintenant avec Veszprém qui possédera un bel accent français au sein de son effectif…

(Sourire) On sera quatre (Mahé, Remili, Fabregas, Descat) et cinq avec Dragan (Pechmalbech) si on le compte parmi les Français. J’ai déjà joué à l’étranger (au Dinamo Bucarest entre 2017 et 2019, Ndlr). C’est bien quand il y a des Français pour parler sa langue, mais ce n’est pas un facteur qui va me faire peur ou l’inverse qui va me transporter de joie.

C’est surtout bien de pouvoir compter sur des gars que je connais et surtout de très bons joueurs. Je suis content de jouer avec Nedim, Kentin et Ludo qui sont de grands joueurs. Ils ne seraient pas Français, mais aussi bons, ce serait pareil. J’ai soif de victoires et je veux gagner des titres. Pour cela, je dois être dans une bonne équipe. Je suis ailier et je suis dépendant dans le jeu.

A 30 ans, espériez-vous revivre une nouvelle expérience à l’étranger ?

Je suis conscient qu’une carrière ça reste court finalement. Pour moi, il faut aller goûter à l’étranger. J’aime connaître d’autres cultures et de nouvelles langues. Le fait de partir à Bucarest, ce n’était pas un choix, car je n’avais pas grand chose, mais je m’y suis bien senti. Le fait de bouger, c’est quelque chose qui me plaît.

J’ai un grand respect pour Montpellier. Ils ont gagné deux fois la Ligue des Champions. Veszprém ne l’a jamais gagnée. Ce serait mentir de dire que j’aurai plus de chance de gagner la Ligue des Champions avec Veszprém. Ce serait facile. Mais, aujourd’hui, on a une équipe qui a été faite et construite pour la gagner. C’est un gros challenge et j’aime cela.

Avec Nedim Remili, ce sera un beau clin d’œil à Créteil…

(Sourire) On se connait beaucoup avec Nedim. Il va avoir beaucoup plus d’impact sur le jeu. C’est un joueur de la base arrière. Je lui fais confiance pour qu’il s’occupe bien de l’équipe. Il va gérer l’attaque et Ludo (Fabregas) la défense. Je suis confiant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi