vendredi 14 juin 2024

Hugo Pimenta (SAHB) veut soigner sa sortie

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

A 20 ans, l’arrière droit du SAHB confirme cette saison qu’il fait bien partie des meilleurs joueurs de sa génération. Quatre ans après avoir fait ses débuts pros, le Champenois sait déjà qu’il ne poursuivra pas sa trajectoire ascendante à Sélestat.

Ses 12 buts face à Tremblay (29-26) en mars 2022 avaient marqué les esprits et positionné le néo-pro de 18 ans parmi les plus sérieux espoirs du handball français. Avec ses 81 sélections et ses 20 ans de plus, Cyril Dumoulin, le gardien international de Tremblay, sa victime d’alors, avait lancé à son cadet à la sortie des vestiaires : « Dans une semaine, tu seras en équipe de France ! »

À LIRE AUSSI : toutes les actualités du hand dans votre magazine

Et il y était, mais avec la sélection U20 pour l’Euro au Portugal où les Bleuets ont terminé 6èmes avec un Pimenta à 30 buts dans la peau du meilleur buteur français, puis lors d’un Mondial U21 plus décevant achevé à la 11ème place l’été dernier. Dans la foulée, le deuxième meilleur buteur de ProLigue cette saison (61 buts), à un rythme de 7,5 buts par match, a encore fait mieux en portant son record à 13 buts lors du déplacement à Massy (23-32), le 27 octobre.

De quoi conforter la volonté, affirmée par les dirigeants en avril 2022 de « construire le projet avec lui. Hugo progresse match après match en montrant depuis plusieurs mois, voire saisons, un fort potentiel. On souhaite l’accompagner le plus longtemps possible » disait Christian Omeyer, le président du SAHB, au moment de prolonger jusqu’en 2024 le contrat du jeune Champenois, arrivé au centre de formation de Sélestat en 2019, qui avait fait ses débuts en pro le 6 mars 2020.

A 16 ans, il avait inscrit 5 buts pour un large succès face à Valence (3223). Prémonitoire. Tout sauf une surprise pour son coach, Laurent Busselier, satisfait de voir son joueur « passer régulièrement toutes les étapes. Même si on lui en demande beaucoup, le talent n’attend pas le nombre des années. »

« Pour continuer à progresser, je dois jouer dans un club de haut de tableau de D1 »

Le coach alsacien a longtemps espéré pouvoir le garder un peu plus longtemps à ses côtés avant que son joueur refuse de prolonger son contrat au-delà de juin prochain. « Je suis reconnaissant au SAHB de m’avoir donné ma chance aussi tôt. J’y suis très bien au milieu de mes amis, mais pour progresser je dois retrouver la StarLigue et un club qui y joue le haut de tableau. »

Ainsi rassuré sur son avenir à court terme « le club où je jouerai la saison prochaine l’officialisera en temps voulu » -, Hugo fera tout pour ne pas être le seul Violet à remonter au plus haut niveau. « L’idéal serait évidemment que je parte en ramenant le club en D1. Dans cet objectif qui est encore là, on peut regretter d’avoir perdu des points face à Cournon ou Pontault. C’est dommage, mais ça ne remet rien en cause. »

Pour se préparer au grand saut, désormais plus surveillé par les défenses adverses, le n°11 violet veut « amener plus de variété dans mon jeu, devenir un joueur plus complet, prendre deux ou trois kilos de muscles sans perdre pour autant ma qualité principale, la vitesse. » Il le faudra pour passer un nouveau palier et se rapprocher des Bleus.

« Le fossé est tellement grand qui me sépare de l’équipe de France que je n’y pense même pas. J’espère y parvenir un jour mais, pour le moment, la concurrence est très grande à mon poste, avec beaucoup de gauchers. » Sa chance, qui lui permettra peut-être de continuer à tracer sa route vers l’international, c’est que son profil, atypique, offrirait d’autres solutions au sélectionneur.

« Même s’il fait cinq centimètres de plus que moi (1m90 contre 1m85), je me compare un peu à Mathias Gidsel, l’international danois de Berlin, ose Hugo. Il est rapide et a une bonne vision du jeu. Il m’inspire beaucoup. »

Avec deux titres de champion du monde, une médaille d’argent aux JO de Tokyo, on a effectivement connu des modèles moins inspirants. Puisse-t-il permettre au futur ex-Sélestadien de marcher sur ses traces.

À LIRE AUSSI : Jaime Fernandez, l’autre pépite du hand

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi