dimanche 26 mai 2024

Incroyable come-back : Egan Bernal (Ineos) rattrape déjà le temps perdu

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Deux ans après son grave accident, Egan Bernal confirme son retour au premier plan en ce début d’année 2024. Après une dernière saison compliquée et frustrante, le vainqueur du Tour 2019 profite de chaque jour pour rattraper le temps perdu grâce au travail et à un plaisir retrouvé.

Depuis le début de saison, le sourire ne le quitte plus. Egan Bernal a retrouvé l’envie de se dépasser et la passion de son sport. A 27 ans, le Colombien refait parler de lui par ses résultats et tourne définitivement la page de son terrible accident de l’hiver 2022.

Il lui aura fallu plus d’une saison et quasiment deux ans pour recouvrer toutes ses sensations. Désormais en bonne forme, Bernal se sent de mieux en mieux et a retrouvé la confiance pour poursuivre tous les efforts consentis pour redevenir simplement un

coureur cycliste. « J’ai beaucoup souffert l’année dernière, révélait-il au moment de lancer sa saison sur O Gran Camino, en Espagne. Cet hiver, j’ai pu m’entraîner sans problèmes. Les entraînements m’ont permis d’emmagasiner de la confiance. La motivation est toujours présente. Je l’ai toujours dit. Pour décrocher la Lune, je dois viser le soleil. Je me lève tous les jours pour cela. Je pense toujours que je reviens de mieux en mieux. C’est ma motivation. »

À LIRE AUSSI : toute l’actu vélo rien que pour vous

Bernal croit en sa bonne étoile

« Tout ne dépend pas de moi, mais je vais continuer à aller de l’avant et à croire en moi. Si la chance m’accompagne, encore mieux. Je veux surtout profiter d’être sur mon vélo. On peut vite oublier le plaisir d’être coureur. J’en profite pleinement aujourd’hui. »

Au fur et à mesure des courses, Egan Bernal a pu constater une réelle progression en retrouvant une place sur des podiums. 3ème des championnats sur route de Colombie, il réalise un Top 5 sur le général de son tour national. De retour en Europe, il confirme avec un podium sur Gran Camino. Sur Paris-Nice, une course qu’il a remportée en 2019, il prend la 7ème place avant de renouer avec un podium World Tour sur le Tour de Catalogne (3ème derrière Pogacar et Landa).

« J’étais surpris sur Gran Camino. Ça m’a donné une motivation supplémentaire pour m’entraîner davantage. Après le Tour de Catalogne, j’ai encore travaillé plus dur. La préparation est différente. Je peux de nouveau repousser mes limites. J’avance pas à pas. Je suis content de ce que je réalise jusqu’à présent. »

Sur Liège-Bastogne-Liège, il accompagne le groupe des favoris jusqu’au bout et attaque même dans les derniers kilomètres comme pour signer son retour. Le Français Paul Lapeira (Decathlon AG2R La Mondiale) était aux premières loges. « Quand il a attaqué dans la Rocheaux-Faucons, il a montré à tout le monde qu’il avait retrouvé un sacré niveau. Je ne l’ai pas connu à l’époque de sa victoire sur le Tour de France (2019) car j’étais amateur, mais il est proche de retrouver son meilleur niveau. » Le Colombien ne cache pas sa satisfaction d’enfin revenir au même niveau que les meilleurs coureurs du peloton.

« Regagner le tour de france reste ma motivation principale »

« Je me sens bien. Mon corps prouve course après course qu’il va bien. Je peux m’entraîner normalement. Je me sens confiant, ça va aller de mieux en mieux. Je prends les courses comme elles viennent. En ce début de saison, je vais essayer de retrouver de la forme sur des courses d’une semaine avant de penser aux grands Tours. »

Toujours soutenu par de nombreux fans, Egan Bernal ne manque jamais de les remercier et il sait que le plus beau des cadeaux sera de leur offrir une victoire inoubliable.

« J’espère me rapprocher des meilleurs. Je me sens de plus en plus compétitif. Ce début de saison me donne une grande motivation pour la suite. Je veux faire les choses bien et je suis sûr que ça va me sourire. Je suis heureux, fier de mon équipe. Je sais tout le chemin parcouru et je suis réaliste. Personne ne sait. Je me réveille chaque matin pour être le meilleur. Je ne sais pas si je vais réussir à regagner le Tour de France et redevenir le numéro 1, mais c’est ma motivation et mon objectif personnel. »

Sous contrat jusqu’en 2026 avec INEOS Grenadiers, Egan Bernal se donne le temps de se reconstruire. Surtout que la concurrence est de plus en plus féroce. Mais au regard des efforts accomplis jusqu’à présent, son destin pourrait encore se parer de jaune dans les saisons à venir. Au moins une fois…

À LIRE AUSSI : quand le coureur se confiait sur le Tour de France

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi