jeudi 20 juin 2024

Jack Haig : « J’ai compris que le cyclisme est un sport collectif »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

L’Australien Jack Haig en changeant pour la première fois d’équipe est prêt à relever le défi. Pourtant convoité par Ineos, l’Australien a décidé de rejoindre la jeune équipe de la Bahrain.

Convoité par INEOS et Movistar pourquoi avez-vous finalement décidé de rejoindre la Bahrain ?

C’était le bon moment pour quitter Mitchelton. Cela faisait cinq ans que je portais ces couleurs. Une opportunité s’est présentée. Je voulais apprendre de nouvelles choses et rencontrer de nouvelles personnes. Le projet de la Bahrain m’a plu.

Cela a-t-il été difficile de quitter Mitchelton malgré tout ?

Bien entendu ! J’ai vécu pas mal d’années là-bas. Je suis passé professionnel dans cette formation. Ils se sont bien occupés de moi donc cela n’a pas été une décision facile à prendre que de quitter cet environnement.

Mais je suis arrivé à un point de ma carrière, à 27 ans, où il a fallu que je prenne conscience vraiment de ce que je voulais faire. Il n’empêche, j’ai été triste de quitter Mitchelton. Je me suis fait de très bons amis là-bas, que ce soit dans le staff, parmi les coureurs…

Quel sera votre rôle au sein de votre nouvelle équipe ?

Logiquement, je devrais être au soutien sur les grands Tours de Mikel Landa, Pello Bilbao, Wout Poels. Je devrais aussi pouvoir m’exprimer plus personnellement sur des courses d’une semaine comme sur un tour de la communauté valencienne par exemple…

« Je n’ai pas eu beaucoup d’opportunités chez Mitchelton »

Vous avez été le plus souvent au service des frères Yates chez Mitchelton. Cela ne devrait donc pas trop changer pour vous chez Bahrain…

J’espère néanmoins que j’aurai certaines opportunités et un peu plus de liberté pour être un leader sur certaines courses. Mais il faut comprendre aussi qu’il y a chez Bahrain de très bons coureurs. Landa a déjà fait 4ème du Tour et ce n’est pas rien.

Pello Bilbao a été lui très bon sur le Giro (5ème cette année, 6ème en 2018). Je suis heureux d’aider ces coureurs-là. Mais j’aimerais effectivement saisir quelques opportunités pour moi-même.

C’était frustrant.

Cela peut l’être par le fait qu’à certains moments j’aurais voulu jouer davantage ma carte personnelle. Mais cela fait bien longtemps aussi que j’ai compris que le cyclisme est un sport collectif. Quand vous êtes avec des coureurs qui ont de meilleurs résultats que vous, parfois il est nécessaire de travailler pour eux. Cela n’empêche que je veux avoir de meilleurs résultats personnels aussi. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de changer d’équipe.

Faire un top 10 dans un grand Tour n’est donc pas un objectif personnel ?

Je n’ai pas eu beaucoup la chance de me tester jusqu’à présent. Je suis con vaincu que j’ai de bonnes capacités pour obtenir de bons résultats. Je le répète, je n’ai pas eu beaucoup d’opportunités chez Mitchelton. J’espère que j’en aurai plus chez Bahrain. Dans cette équipe, j’ai envie de me tester davantage et de découvrir quelles courses peuvent me permettre de jouer au moins un top 10 ou un top 5.

« Représenter l’Australie dans cette fabuleuse épreuve [les JO] »

Quelles courses vous tiennent à cœur pour 2021 ?

J’aimerais participer aux JO. Représenter l’Australie dans cette fabuleuse épreuve, il est difficile de rêver mieux.

Finalement, à quoi correspondrait une saison réussie pour vous chez Bahrain ?

J’aimerais retirer surtout une expérience enrichissante, découvrir de nouvelles idées avec de nouvelles personnes. Si je peux avoir aussi de bons résultats en regardant où sont mes vraies limites, ce serait encore mieux. C’est la première fois que je change d’équipe dans ma carrière professionnelle, donc j’aimerais que cela se déroule bien. C’est un gros challenge pour moi.

Retrouvez cet entretien et la présentation de toutes les équipes pour 2021 dans le magazine Le Sport Vélo, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi