samedi 28 janvier 2023

Jacques Vendroux : « La Coupe du Monde à cette époque, je me demande si c’est pas mieux »

À lire

A peine sorti de l’avion qui l’a ramené du Qatar, où il a suivi sa 15ème Coupe du Monde, pour Europe 1, Jacques Vendroux nous a accordés une grande interview « bilan ». Pour lui, l’expérience d’une Coupe du Monde en pleine saison est réussie.

Tout juste de retour du Qatar, quel est votre sentiment sur cette Coupe du Monde ?

Super organisation. Aucun problème de billetterie, de transport… Des stades magnifiques et quasiment complets tout le temps. Le stade de la finale est certainement l’un des plus beaux du monde. (Il s’arrête) Que les choses soient bien claires, je parle de football et de compétition…

On est bien servi par les évènements, avec le parcours exceptionnel de l’Equipe de France. Si l’Argentine gagne, c’est pas illogique. Je ne suis pas du tout frustré.

Professionnellement, la 15ème Coupe du Monde de votre carrière a été à la hauteur ?

Professionnellement, je me suis éclaté à Europe ! J’ai vécu une aventure professionnelle extraordinaire, à Europe mais aussi sur CNEWS, avec Pascal Praud et Laurence Ferrari. Ça a été des très bons moments professionnels. J’avais toute liberté, j’étais en confiance. J’ai travaillé avec des gens bien, au sein d’une belle radio, avec un bon état d’esprit.

Je suis très content d’avoir vécu cette aventure à Europe, comme de l’année que je viens de passer. Je suis très heureux de travailler avec Donat Vidal Revel, le directeur général de la station, Jean-François Peres… Ce sont des gens bien.

« Les joueurs sont en pleine saison, ils sont prêts physiquement »

Sportivement, si vous deviez situer ce mondial parmi les 15 tournois que vous avez suivi ?

C’est une des belles Coupes du Monde. Peut-être pas la plus belle, selon de quel point de vue on se place, mais c’est la plus belle au niveau organisation. Il n’y a pas de doute. Au point de vue organisation, c’est du niveau des Jeux Olympiques de Tokyo, de la Coupe du Monde en Russie…

Avec un peu de recul, que pensez-vous du fait qu’elle se soit déroulée en plein automne, au beau milieu de la saison ?

Je me demande si ce n’est pas mieux ! Les joueurs sont en pleine saison, ils sont prêts physiquement.

J’ai regardé tous les matchs. Sur place on avait un studio qui nous a permis  de voir tous les matchs, je ne me suis jamais emmerdé. Il y a peut-être eux trois ou quatre matchs un peu chiant, mais c’est tout.

« 48 équipes dans 3 pays, avec des longues distances, c’est une connerie ! »

La Coupe du Monde en automne, ce serait une bonne idée d’en faire une habitude ?

Déjà, il faut réfléchir à l’avenir. Quand tu vois que la Coupe du monde 2026 réunira 48 sélections dans trois pays différents (le Mexique, les Etats-Unis et le Canada), avec des distances incroyables entre les stades, je trouve que c’est une grave connerie ! 48, ça veut dire qu’un pays sur deux va être qualifié pour la prochaine Coupe du Monde. Les éliminatoires ne servent plus à rien ! C’est de l’inconscience ! Tu vas de Toronto à Miami… Tu as 7 heures de vol !

Une des particularités de cette édition, c’était justement le peu de distance entre les stades…

60 km de distance au maximum entre les stades, avec un réseau routier très fonctionnel. Jamais de bouchons. A  part la finale, où on a mis du temps parce qu’il y avait près de 90 000 personnes dans le stade, on n’a jamais galéré pour se rendre ou sortir des stades.

Au delà de cet aspect, 48 équipes ? Vous vous rendez compte ? Je trouve que c’est inadmissible d’en arriver là !

D’un point de vue personnel, c’était votre dernière Coupe du Monde ?

Je ne sais pas, je réfléchis… On en a parlé avec Europe, il est trop tôt.

« Encore une Coupe du Monde ? Je réfléchis, on en a parlé avec Europe… L’Euro, oui, je le ferai »

Avant, il y aura l’Euro, déjà, qui arrive à grand pas…

L’Euro, oui, je le ferai. Pour le moment, je digère, je suis très content du travail fait sur Europe 1 à l’occasion de cette Coupe du Monde. Ils nous ont donnés de la place. On a fait tous les matchs importants en direct, avec une émission qui de 20h à 23h, présentée par Lionel Rosso. On s’est régalés et les auditeurs aussi.

Il y a des joueurs, des équipes… qui vous ont particulièrement plu pendant ce mondial ?

Julian Alvarez, l’attaquant de l’Argentine, que j’ai trouvé très très fort. J’ai beaucoup aimé les Pays-Bas, je regrette que le Brésil, qui s’est planté sur un match, n’ait pas pu aller plus loin. Et puis surtout, bravo au Maroc ! C’est incroyable ce que les Marocains ont fait. Tu as eu des révélations, avec le Japon, l’Arabie Saoudite, qui a battu l’Argentine, il y a  eu beaucoup de faits marquants. Je le répète, je ne me suis pas ennuyé une seconde pendant cette Coupe du Monde !

Et chez les Bleus…

Adrien Rabiot, qui fait une magnifique Coupe du Monde, Antoine Griezmann, qui fait une magnifique Coupe du Monde… Olivier Giroud, je ne t’en parle pas, qui bat le record de Thierry Henry pendant la Coupe du Monde, Hugo Lloris qui fait 145 sélections. Ce mec, c’est un héros. Il a sauvé l’équipe de France pratiquement à tous les matchs. Le beau parcours de l’Equipe de France, on le doit à deux personnes, Hugo Lloris et Kylian Mbappé !

Il y a aussi eu des révélations…

On peut parler de Randal Kolo Muani, Marcus Thuram… C’est l’avenir de l’Equipe de France. On est avant tout un pays formateur. On se fait piquer nos meilleurs joueurs, mais on est un très bon pays formateur ! Tu as six ou sept mecs là, qui sont déjà en train d’assurer la succession de ceux qui vont ou qui ont déjà arrêté l’Equipe de France.

« Kylian Mbappé, c’est Pelé ! Il faut juste qu’il n’aille pas trop vite… Mais je ne m’inquiète pas, il est bien entouré »

Un mot sur le phénomène Mbappé. N’est-il pas en train de se passer quelque chose d’incroyable autour de lui…

Il faut juste qu’il soit prudent, parce que ça va très vite. Mais il est bien entouré, donc je ne suis pas inquiet pour lui.

Il montre qu’il est hors-normes…

C’est Pelé ! On n’a jamais vu ça… Il veut avoir le Ballon d’Or, mais il ne faut pas qu’il aille trop vite. Pour le moment, Lionel Messi a pris de l’avance. Et si le PSG gagne la Ligue des Champions, c’est lui qui l’aura…

> LIRE : Kylian Mbappé à la recherche de son 29ème but en 30 matchs cette saison

Même si Kylian met 20 buts ?

Ce qui compte pour le Ballon d’Or, ce sont les titres avant tout. Et Messi a eu la Coupe du Monde.

Donc c’est déjà mort pour Mbappé ?

Je n’en sais rien, tout peut arriver, mais il y a un petit avantage pour Messi.

Messi justement, c’est le meilleur joueur de la Coupe du Monde ? Ce n’était pas plutôt Mbappé ?

Le meilleur joueur de la Coupe du Monde, c’était Mbappé, mais Messi, il a bien géré… C’est une star planétaire Messi !

Quand on a votre expérience, que l’on vient de vivre sa 15ème Coupe du Monde, ce n’est pas un peu difficile de reprendre avec le train train quotidien ?

Mais au contraire, c’est extraordinaire ! Quand je vois des gens qui me disent : tu n’es pas encore à la retraite, je suis vexé. Quand je crois des confrères, qui me disent : « ça va Jacques, tu es toujours là ? Moi dans 5 ans, je suis à la retraite ! J’attends 5 ans avec impatience… » ça me met hors de moi ! Quand je vois les jeunes qui comptent leurs jours de récupération en pleine Coupe du Monde, ça me met hors de moi ! Il y a des lois, je sais, mais tu ne prends pas de jours de récupération en pleine Coupe du Monde. C’est ubuesque !

Le prochain rendez-vous sur Europe 1, c’est quoi et quand ?

A partir de 2023, le jeudi (de 20h à 20h30), le club des décideurs, il y aura des matchs à commenter, des débats, les vendredis et les lundis soir, dans « le club des légendes ». Encore beaucoup de travail, et surtout de plaisir, en 2023, entouré par une équipe exceptionnelle.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi