jeudi 25 avril 2024

Jai Hindley (Bora-Hansgrohe) : « Retrouver ma forme du Giro 2020 »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Dans sa nouvelle équipe, l’Australien veut effacer au plus vite une saison 2021 décevante. Jai Hindley a la lourde tâche de succéder à Sagan. Entretien, pour Le Quotidien du Sport et Le Sport.

Beaucoup d’équipes vous suivaient dont Trek-Segafredo. Pourquoi avoir choisi Bora-Hansgrohe ?

Beaucoup de raisons ont fait que j’ai choisi cette équipe. D’un point de vue purement extérieur, j’ai toujours aimé le look de la Bora-Hongrohe. J’aime leur manière de courir pour la gagne. Ils ont aussi de superbes vélos et équipements. Je me suis toujours dit que j’aimerais courir pour cette équipe un jour.

C’est chose faite. Quelle expérience espérez-vous en retirer ?
C’est un énorme changement pour moi par rapport à DSM. J’ai hâte de prendre mes marques dans ce nouvel environnement. Mes ambitions personnelles pour les saisons à venir sont importantes.

Vos résultats en 2021 ont été moins bons qu’en 2020. Avez-vous une explication ?
Ma saison dernière n’a vraiment pas été à la hauteur de celle que j’espérais ou envisageais. J’ai connu pas mal d’obstacles pendant la saison comme la

maladie et la blessure. Ce scénario n’a pas été idéal d’autant que j’avais fini fort la saison d’avant. Mais c’est la vie. Tout sportif de haut niveau passe par de mauvais passages. Je suis très excité à l’idée de débuter une nouvelle saison, frais.

Quels vont être vos objectifs pour 2022 ?

De retrouver la forme qui était la mienne sur le Giro 2020. Si c’est le cas j’espère regagner des courses. L’idéal serait d’obtenir de très bons résultats très rapidement et de maintenir ce tempo tout au long de la saison.

« J’ai toujours aimé le look de cette équipe »

A quel niveau espérez-vous le plus progresser ?

En chrono. Cela a toujours constitué une petite faiblesse chez moi. J’ai essayé de m’améliorer au fil des années. Je me réjouis de pouvoir utiliser l’équipement de Bora-Hansgrohe dont Specialized, une marque de classe mondiale.

Après votre 2ème place sur le Giro, pensez-vous pouvoir gagner un grand Tour un jour ?

Bien entendu et pourquoi pas ? Ce rêve deviendrait réalité. Ce Giro 2020 a été une course qui a changé ma vie en terme d’attente personnelle et par rapport à ce que j’étais capable d’accomplir. J’ambitionne de nouvelles victoires d’étapes dans de grandes courses.

Des trois grands Tours, lequel aimeriez-vous le plus remporter ?

N’importe lequel ! Pour y parvenir, la somme de travail et l’investissement sont incroyables. Mais si je ne devais qu’en choisir qu’un, ce serait peut-être le Giro. J’aime les fans, la culture et l’histoire de cette course.

Cyclisme_Sport_Vélo

Ne manquez-pas, Le GUIDE de la SAISON 2022en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi