samedi 26 novembre 2022

Jakobsen (Quick Step) : une légende de retour au plus haut niveau

À lire

Tout ce qui ne tue pas rend plus fort. C’est avec, en tête, cette célèbre citation que le sprinteur néerlandais Fabio Jakobsen a repris le cours d’une carrière qui a pris une autre dimension en 2022 avec un titre de champion d’Europe et une victoire sur le Tour de France.

Vrai : Jakobsen a cru mourir…

Crâne fracturé, nez et bouche cassés, contusion cérébrale, visage déchiré, paralysie d’une de ses cordes vocales… la gravité de la chute lors d’un sprint intervenu à l’issue de la 1ère étape du Tour de Pologne, en août 2020, a amené les médecins à placer Jakobsen dans un coma artificiel. A son réveil, le sprinteur batave a plusieurs fois cru mourir :

« J’ai reçu toutes sortes de médicaments, déclarait-il au média néerlandais AD, qui m’ont fait somnoler. Mes pieds s’engourdissaient, puis mon bassin, mes mains, mes épaules… et finalement je m’assoupissais. A chaque fois, je pensais que j’allais mourir. Cela s’est produit cinquante, peut-être cent fois. C’était une vraie peur de mourir, cela m’a fait paniquer, me battre pour survivre, me battre pour respirer. Ce furent les jours les plus longs de ma vie. Jamais je n’avais souffert comme ça auparavant. » Un vrai miraculé… à en croire les médecins qui l’ont opéré et les témoins du terrible accident.

Faux : il a gagné une étape sur chaque grand tour

Vainqueur du classement par points de la Vuelta en 2021, après avoir remporté trois étapes (4ème, 8ème et 16ème), il avait déjà gagné deux étapes en Espagne en 2019 (4ème et 21ème). Cette année, il a levé les bras à l’arrivée de la 2ème étape du Tour, son premier succès dans la Grande Boucle. N’ayant encore jamais pris le départ du Giro, il a tout de même gagné six étapes en trois participations (2 Vuelta et 1 Tour).

Vrai : Jakobsen doit son prénom à un champion cycliste

Le 31 août 1996, lorsqu’il voit le jour à Gorinchem, petite commune de la Province de Hollande méridionale, ses parents l’appellent Fabio en hommage au cycliste italien Fabio Casartelli, mort un an auparavant dans une chute lors du Tour de France 1995 dans la descente du col de Portet d’Aspet dans les Pyrénées.

Faux : il a eu un déclic sur son premier tour de france

De retour à la compétition, après sa longue rééducation en début d’année 2021, c’est bien sur la Vuelta, et non sur le Tour, qu’il a eu ce déclic mental qui lui permet, depuis, de redevenir l’un des meilleurs sprinteurs du monde. Après une étape remportée sur le Tour de Wallonie en juillet, ses trois bouquets sur la Vuelta 2021 en août, son maillot vert affiché à Madrid, l’ont définitivement remis dans la course. « Oui, il y a eu un déclic. Quand j’ai terminé cette Vuelta, je me suis dit : « maintenant je suis revenu au niveau où j’étais avant ma chute. » Rassuré de ne pas avoir perdu sa puissance ou sa vitesse d’avant ce funeste 5 août 2020.

Vrai : Jakobsen court encore après une classique

A 26 ans, sa carrière freinée par sa terrible chute d’août 2020, Fabio n’a encore jamais eu l’honneur d’une victoire dans une Classique. S’il a été champion des PaysBas en 2019 et champion d’Europe sur route en 2022, il n’a encore jamais réussi à entrer dans le top 10 d’un Monument ou d’une grande Classique, se contentant pour le moment de deux Grand Prix de l’Escaut (2018 et 2019), d’un KuurneBruxelles-Kuurne (2022) et d’une étape de Paris-Nice (2022).

Faux : il a pardonné à groenewegen

A l’origine de sa chute dans le Tour de Pologne, suspendu neuf mois par l’UCI, Dylan Groenewegen n’a jamais publiquement reconnu sa responsabilité, ni présenté d’excuses à Jakobsen. Pourtant, à l’initiative de leurs équipes respectives, notamment pour parvenir à un accord juridique, un entretien a été organisé entre les deux coureurs… qui n’a fait qu’amplifier leur désaccord. Avant de se retrouver sur le dernier Tour, où les deux sprinteurs néerlandais ont gagné une étape, le coureur de Quick Step-Alpha Vinyl avait avoué « ne pas être assez ouvert d’esprit pour dire qu’il (Groenewegen) n’est pas à blâmer. J’ai du mal à comprendre pourquoi il l’a fait. Il ne m’a pas vu ? A-t-il pris trop de risques ? Voulait-il gagner à tout prix. Il aurait dû réfléchir aux conséquences. » Irréconciliables ?

Vrai : Jakobsen a mis huit mois pour revenir

6 août 2020 11 avril 2021, du Tour de Pologne au Tour de Turquie, huit mois auront été nécessaires à Fabio pour reprendre le cours de sa carrière. Après deux jours de coma, cinq heures d’opération, 130 points de sutures… il refermait la parenthèse. Il devra attendre trois mois de plus pour soulever de nouveau les bras, le 21 juillet, gagnant au sprint la 2ème étape du Tour de Wallonie. Onze mois après.

Faux : en 2023, il sera au départ du tour

Ce sera peut-être vrai dans quelques mois, mais la tendance ne devait pas le pousser à être au départ de Bilbao le 1er juillet 2023. Pourquoi ? D’abord parce que sa présence dépendait de celle de son coéquipier, Remco Evenepoel. Si le champion du monde décidait finalement de découvrir la Grande Boucle, Jakobsen aurait peu de chances de l’accompagner en raison de son profil. Quand bien même, il aura à affronter en 2023 la concurrence de Tim Merlier, transfuge d’Alpecin Deceuninck, et remplaçant de Mark Cavendish.

Tom Boissy

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi