mardi 5 mars 2024

Jérome Alonzo : « Saint-Etienne ne mourra jamais »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

En 2001, gardien aux côtés de Levytsky et Janot, Jérome Alonzo faisait partie du groupe qui allait subir l’affaire des faux-passeports et descendre en L2. Vingt ans après, le consultant de L’Equipe TV ne croit pas à la même issue pour un club qui, de toute façon, « ne mourra jamais » .

Peut-on comparer les saisons 2000/2001 et 2021/2022 ?

Non, c’est incomparable. Nous sortions de deux très belles saisons, celle de la remontée et une terminée à la 6ème place de L1, on avait l’effectif pour jouer le top 5 dans la même dynamique.

Sauf que l’affaire des faux-passeports a évidemment tout remis en cause avec le départ de Nouzaret, l’arrivée… et le départ de Toshack, le 2 janvier au matin, pour un stage à Biarritz que nous avons fait sans entraîneur, avec les débuts de deux jeunes coachs, Wallemme et Garcia, qui ne pouvaient pas s’encadrer !

C’était surréaliste. Aujourd’hui, si on sent depuis deux ou trois ans que le club est en souffrance, qui n’a été sauvé que par l’interruption du championnat à cause de la crise sanitaire en 2020, la situation n’est pas comparable.

Est-elle moins inquiétante pour autant ?

Elle l’était clairement avant l’arrivée de Pascal Dupraz qui a rejoint Loïc Perrin et Jean-François Soucasse pour un trio qui fonctionne bien, et qui, depuis qu’il est en place, a tout de même permis à l’équipe de redresser la barre. Je les connais tous les trois, ce sont de bons mecs, qui connaissent bien le club, le football. Chacun dans leur domaine de compétence, ils apportent une vraie plus-value dans un esprit sain et constructif. Les joueurs leur font confiance, c’est le plus important.

Jérome Alonzo ne croit pas à la mort des Verts  

Les péripéties de la vente peuvent-elles venir perturber ce redressement ?

Franchement, je pense que les joueurs sont passés à autre chose. Au bout d’un moment, ils ont vu qu’en coulisses c’était n’importe quoi ; et qu’il valait mieux se concentrer sur le terrain. Ils sont payés à la fin de chaque mois, ont comme interlocuteurs des mecs à qui ils font confiance Soucasse et Perrin, dans ce contexte, peu importe qui préside. Ils ne voient plus Caïazzo depuis longtemps. Romeyer non plus… et même si le club était vendu, ils continueraient à bosser de la même manière.

Une descente pourrait-elle mettre le club en danger ?

De toute façon, l’ASSE ne mourra jamais. C’est une marque internationale tellement connue qu’on ne peut pas imaginer de la voir disparaitre. Et pour les avoir vu jouer souvent ces derniers temps. Je crois les Verts parviendront à mettre trois ou quatre équipes derrière eux.

Mag Le Foot Benzema.

Votre mag Le Foot en vente sur notre site en ligne, ou chez votre marchand de journaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi