dimanche 14 juillet 2024

Jorginho, une année fantastique, le joyau des Blues décrypté

À lire

Double champion d’Europe et troisième du classement du Ballon d’Or 2021, le métronome de Chelsea, Jorginho et de la Squadra Azzura vit les plus beaux moments de sa carrière. Comme si, à 30 ans, toutes les planètes s’étaient enfin alignées pour lui permettre d’exploiter son potentiel, un talent rare, entre l’artiste brésilien qu’il a toujours été et le compétiteur italien qu’il est devenu.

Son sens du jeu

C’est à n’en pas douter sa principale force, ce qui l’anime et lui permet d’être aujourd’hui devenu l’un des meilleurs milieux de terrain relayeur du monde.

Capable d’exister dans toutes les zones du terrain, avec une prédilection pour l’axe central où il peut exprimer sa vision et son intelligence de jeu, sa capacité à jouer et faire jouer.

Plus joueur que récupérateur dans l’âme, un rôle qu’il laisse volontiers à Ngolo Kanté à Chelsea, son intelligence de placement lui permet d’être en permanence le point d’équilibre de son équipe, disponible pour les premières relances comme pour être en soutien de ses attaquants.

Son mental

Son arrivée en Premier League en 2018, dans la foulée de son coach napolitain, Maurizio Sarri, lui a permis de franchir un cap mental et de gagner en efficacité, en percussion.

Déjà très bon dans l’organisation du jeu avec Naples, orfèvre dans l’utilisation du ballon, il a ajouté une palette physique supplémentaire, dans l’engagement et le jeu vers l’avant, a gagné un statut de leader dans son expression pour devenir incontournable avec les Blues et avec la Squadra Azzura.

Dans la course à la Coupe du monde 2022, il aura l’occasion au printemps, en matches de barrages, de se racheter de ses deux penaltys manqués en match de qualification, deux fois face au gardien suisse Yann Sommer. Et de confirmer (ou pas) que mentalement il a aussi cette dimension de résilience qui fait les grands champions.

Sa technique

Il n’est pas d’origine brésilienne pour rien. Très fluide techniquement, élégant, il excelle dans le premier contrôle, celui qui change souvent tout, qui lui permet de se mettre dans le sens du jeu tout en se débarrassant de ses adversaires.

Aussi peu spectaculaire qu’efficace, son style est tout en souplesse, en contournement, avec une grande qualité de passe, un pied droit d’une grande maîtrise et une capacité au dessus de la moyenne à alterner jeu court et jeu long pour trouver des espaces. Si ce n’est un jeu de tête réduit au minimum, il n’a pas de points faibles à partir du moment où il reçoit un ballon dans les pieds.

Son expérience

Trois ans à Vérone, cinq ans à Naples, quatre à Chelsea… sa trajectoire n’a jamais cessé de monter jusqu’à lui offrir une improbable place sur le podium du dernier Ballon d’Or. Non parce qu’il ne méritait pas de se retrouver au même niveau que Messi ou Lewandowski, plutôt parce que son profil et sa carrière ne le prédestinaient pas à sortir du lot de la sorte.

Ses deux titres de champion d’Europe en 2021, avec l’Italie et avec Chelsea, ont propulsé sur le devant de la scène un joueur qui n’avait jusqu’alors remporté, à 29 ans, qu’une Coupe d’Italie en 2014 et une Ligue Europa en 2019.

Sa marge de progression

En fin de contrat en 2023, il aura alors 32 ans, Jorginho a encore de belles années devant lui pour exploiter son incroyable année 2021, gagner encore davantage en confiance et essayer de repousser ses limites.

Même s’il est arrivé au sommet européen, sa marge de progression passe par un impact encore plus fort au niveau offensif où sa qualité technique et son sens du jeu doivent lui permettre d’être encore plus décisif dans la zone de vérité… autrement que sur penalty, sa grande spécialité, la quasi totalité de tous les buts qu’il marque (31 sur 36 en clubs).

Tom Boissy

Le nouveau mag le Foot

Ne manquez-pas, Le Foot magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi