mercredi 17 juillet 2024

Julien Jurdie (AG2R Citroën) : « Je ne suis pas devenu quelqu’un d’autre »

À lire

Révélation de la série Netflix « Au coeur du peloton », Julien Jurdie, directeur sportif au sein de l’équipe AG2R Citroën, était jusque-là un homme de l’ombre. Entre management, performances et émotions, le Stéphanois aux multiples tatouages, le prochain sera les initiales de Felix Gall (FG), avec celles du Tour de France et la date de la victoire d’étape de l’Autrichien sur le Tour, fait partager sa passion pour son métier. Entretien réalisé pour Cyclisme Magazine et Le Quotidien du Sport.

Qu’est-ce qui fait que vous êtes fidèle à AG2R depuis 2006 ?

Vincent (Lavenu), le patron, me fait confiance, me donne beaucoup de responsabilités. J’ai la chance de pouvoir diriger beaucoup de grandes épreuves, Paris-Nice, le Critérium, le Tour de France, la Vuelta, toutes les classiques. Je m’appuie également sur un staff qui est hyper compétent. On forme un groupe vraiment en osmose au niveau des directeurs sportifs et des entraîneurs. Avec des hauts et des bas. Chaque année, on ne gagne pas forcément de grandes courses. Mais je prends beaucoup de plaisir à exercer ce métier au sein de l’équipe AG2R.

À LIRE AUSSI : toute l’actu du cyclisme dans votre mag spécial

Vous avez participé à la série Netflix où vous vous êtes révélé aux yeux du grand public.

J’ai adhéré rapidement à ce projet. On a eu la chance que Netflix nous choisisse. Après, il y avait plusieurs personnages dans l’équipe. Netflix a fait un focus sur moi. J’ai voulu simplement honnêtement démontrer des valeurs simples qui reflètent ma personnalité, qui reflètent mon équipe et mon travail. J’espère que les gens voient que je fais ce métier à 100 % sans essayer d’avoir des arrière-pensées personnelles. Cette série permet de faire découvrir au grand public qui n’a pas forcément connaissance ou une grande connaissance du monde du vélo les coulisses d’une équipe cycliste professionnelle, notamment sur le Tour de France qui est la plus grande course du monde.

Julien Jurdie et AG2R La Mondiale, une confiance qui dure depuis 17 ans

Cette médiatisation a-t-elle changé votre quotidien ?

Honnêtement, mon quotidien n’a pas changé. Sur les réseaux sociaux, j’ai un compte Instagram. Je vois bien que mon compte a pris beaucoup plus de likes depuis qu’il y a eu cette série (sourire). Je fais un peu plus d’interviews. Beaucoup de personnes me reconnaissent par rapport à la série, mais ça reste dans le milieu du vélo. Quand je me promène à Saint-Etienne, personne ne me reconnaît, personne ne m’arrête dans la rue pour me dire : « Vous êtes le Jurdie de la série Netflix. » Mon quotidien, fort heureusement, n’a pas du tout changé et je ne veux surtout pas que ça change. Il y a une petite notoriété supplémentaire, surtout auprès du grand public du vélo, mais il n’y a pas de folie Jurdie !

Vous êtes Stéphanois, donc vous avez baigné dans le football. Avez-vous déjà pensé à travailler dans le milieu du foot ?

Je suis né à Saint-Etienne, j’habite SaintEtienne. Quand vous êtes Stéphanois, le club de foot représente beaucoup de choses, beaucoup de valeurs, de courage, de solidarité. Je suis Stéphanois et ces couleurs vertes, je les défends tout au long de l’année parce que c’est un club qui est gravé en moi. Quand vous êtes Stéphanois, vous êtes obligé de supporter Saint-Etienne. Vous avez toujours un œil sur le classement, sur les matches. Quand ils perdent, il y a un petit peu plus de tristesse la semaine qui suit. La descente en Ligue 2 a été difficile à vivre. Mais de là à exercer dans le milieu du foot, non.

Quel est votre meilleur souvenir en tant que directeur sportif ?

C’est difficile, car il y en a pleins, mais bien sûr, le Tour de France représente la plus grande course du monde. Et forcément, les podiums de Romain Bardet, au Tour de France, restent des souvenirs assez incroyables parce que vous êtes pratiquement au sommet. On a eu de la chance de faire deux fois 2ème, une fois 3ème avec Jean-Christophe Péraud et bien sûr Romain Bardet. Donc forcément, ces émotions, elles sont immenses. Vous êtes au summum de votre sport. Egalement un souvenir qui me tient à cœur, c’est le classement par équipes en 2014. Parce que ça reflète des valeurs collectives de solidarité, une fois de plus. Et à la fin, sur le podium des Champs-Elysées, vous êtes la meilleure équipe au monde.

« Bardet m’a poussé dans mes retranchements pour essayer de trouver des solutions »

Avec quel coureur avez-vous préféré travailler ?

Romain Bardet. Romain est un garçon pour moi très important comme directeur sportif, qui m’a poussé dans mes retranchements pour essayer de trouver des solutions, pour l’accompagner avec le staff pour essayer qu’il soit meilleur. Et ça a marché, parce qu’on l’a quand même amené au sommet, jusqu’à ce podium sur le Tour. Avec Romain, j’ai connu des moments qui étaient assez forts et intenses. Je passais plus de temps avec lui qu’avec ma famille à un moment donné, donc forcément c’est le coureur qui m’a le plus marqué au sein de l’équipe.

À LIRE AUSSI : BARDET MANQUE DE LA SPONTANÉITÉ DE PINOT

Y aurait-il un coureur avec lequel vous aimeriez travailler ?

Naturellement, Pogacar. La vie serait surtout beaucoup plus simple (rires) quand vous avez le meilleur coureur du monde. Dans une équipe française, on peut bien se gratter la tête pour essayer de tirer le maximum du groupe, mais des équipes comme UAE, Jumbo ou INEOS ont l’un des meilleurs leaders au monde et les meilleurs équipiers. Après, c’est plus une question humaine et de gestion des égos, mais pour le reste c’est beaucoup plus facile.

Seriez-vous intéressé par un challenge dans une de ces grosses équipes ?

Il ne faut jamais dire jamais ! S’il y a un intérêt, je discuterai, c’est une certitude. Après, je suis bien dans mon équipe, je ne cherche pas, mais si c’est une équipe importante, vous êtes obligé de vous poser des questions. A l’heure actuelle, je m’éclate au sein de mon équipe et je n’ai pas d’idée de partir, mais il ne faut jamais fermer les portes.

Propos recueillis par Ewen Robin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi