samedi 26 novembre 2022

Karim Benzema, raconté par l’un de ses formateurs : « Au début, il n’était pas flamboyant »

À lire

Alors que l’avant-centre du Real Madrid fonce vers le Ballon d’or (qui sera décerné le 17 octobre), l’un de ses formateurs à l’OL, Armand Garrido, nous raconte sa trajectoire.

Quelle a été votre première impression lors de votre rencontre avec Karim Benzema ?

Quand j’étais en poste, j’aimais observer les joueurs qui allaient arriver plus tard. J’étais allé voir des matches des 14-15 ans. Des collègues m’avaient parlé de lui. Les premières fois que je l’ai vu je n’ai pas été emballé car je trouvais que le talent était effectivement présent mais l’investissement n’était pas à la hauteur de ce que l’on peut attendre. Surtout qu’il évoluait en régional, qu’il allait passer en national l’année d’après et qu’il y a un fossé à franchir. Je m’étais dit tout de suite qu’il y avait un support intéressant mais qu’il y avait beaucoup de travail.

Comment était-il lorsqu’il était un jeune joueur ?

Il est arrivé dans les générations que j’entraînais lorsqu’il avait 15-16 ans. Il faisait partie des plus jeunes comme il est de la fin de l’année. Il était discret, très discret même. Karim se mettait souvent en retrait, même si je ne m’intéressais pas à ce qu’il se passait dans le vestiaire. À ce moment-là, Karim n’était pas encore flamboyant, il fallait travailler. Et là j’ai tout de suite vu un garçon réceptif qui s’est mis au boulot. Il a fait beaucoup d’efforts et il a été récompensé très vite par ses performances : les professionnels, meilleur buteur de Ligue 1 à 20 ans, le Real Madrid…C’est juste incroyable, c’est une fusée.

« Il vivait le football 24h/24 »

Au-delà du talent, c’est le travail qui a fait la différence ?

C’est un gros travailleur. Le football a toujours pris le dessus dans sa vie. Quand vous rentriez dans sa chambre, ce n’était pas des nanas accrochées au mur, c’était que des footballeurs. C’est quelqu’un qui voulait réussir. Il vivait le football 24h/24. À la fin des entraînements vous pouviez le garder 45 minutes de plus, il n’était jamais fatigué.

Comment est-ce que vous résumeriez son passage à l’OL avec l’équipe professionnelle ?

Fulgurant. Au début il a fallu qu’il fasse sa place mais la dernière année il jouait tous les matches de championnat. Quand il est parti de Lyon il disputait déjà 40-45 matches par an à tout juste 20 ans. Lorsqu’à 20 ans, il a décidé de partir pour le Real Madrid, je me suis dit : « Mais où il va là ? ». Il n’y a pas plus compliqué et difficile, ce sont les meilleurs joueurs du monde. C’est certainement le plus grand club du monde. Je me suis dit qu’il allait se faire bouffer et puis finalement vous voyez, il est encore là-bas.

Néanmoins les débuts au Real Madrid n’ont pas été faciles ?

C’est vrai que quand il arrive à 20 piges, il débarque sur la pointe des pieds. Il a dû se fixer des objectifs et attendre le bon moment pour se mettre en évidence. Le fait de jouer aux côtés de Cristiano Ronaldo lui a été très utile, comme il a été très utile à Ronaldo. Il a appris de lui dans sa manière d’être, sa manière de vivre, son hygiène de vie et sur le côté sportif. Le soutien de Zinédine Zidane a été également très important ensuite car Karim Benzema est quelqu’un qui a besoin de confiance. Il sait ensuite la rendre sur le terrain.

A propos de Cristiano Ronaldo, Karim a su se mettre à son service ?

Je pense qu’il a investi dans le futur quand il a été dans cette situation. À sa décharge c’est Ronaldo qui endossait les grosses responsabilités. La réussite de l’équipe rejaillissait plutôt sur le Portugais. Karim l’a beaucoup aidé à franchir les paliers mais il était débarrassé de la pression qu’avait Ronaldo. Il a appris beaucoup à ce moment-là.

Karim c’est le même que Ronaldo niveau hygiène de vie. À 35 ans, l’âge qu’à Karim, comme Ronaldo le fait aussi à 37 ans, encaisser 45 matches par saison du plus haut niveau en faisant les performances qu’il fait et qui le placent parmi les meilleurs, c’est impressionnant. En plus il est capitaine de l’équipe. Il faut une hygiène de vie parfaite. Je peux vous dire qu’il ne doit pas boire beaucoup de Coca-Cola et manger des Mcdo lui (rires).

« Il mérite amplement le ballon d’or cette année »

Depuis le départ de Ronaldo, il est devenu la star du Real et atteint sa plénitude ?

J’espère qu’il saura s’arrêter quand il faudra, au bon moment. C’est un garçon qui m’a toujours surpris. D’abord en partant de Lyon pour aller s’imposer au Real. En étant capable de jouer autour des meilleurs. Maintenant il est capitaine, il a des performances folles et des super résultats. Il me surprend tout le temps. Là encore il me surprend à son âge mais est-ce que c’est une surprise ? Non ! Il ne s’arrêtera jamais de me surprendre j’ai l’impression. Où est-ce qu’il va s’arrêter ? Jusqu’où va-t-il aller ?

Armand Garrido admiratif de Benzema

Jusqu’au Ballon d’Or…

Il y a des très bons joueurs très talentueux mais personne n’a fait ce que Karim a fait cette saison. Il termine meilleur buteur de la Liga, de la Ligue des champions, deux compétitions qu’il a remportées en plus avec son club. Il a réussi une saison extraordinaire en étant le capitaine de l’équipe. C’est lui qui emmène le Real au bout de la Ligue des champions, qui a pris son équipe sur son dos. Les penalties, les buts marqués, les passes décisives. Au-delà d’être un buteur, c’est un véritable passeur. Il a battu son record de buts et de passes décisives (ndlr : 44 buts et 15 passes décisives sur la saison en 46 matches). Il mérite amplement le Ballon d’Or cette année. On a l’impression aujourd’hui qu’il est inarrêtable.

Il ne lui manquera ensuite qu’un titre majeur avec les Bleus ?

Il ne lui manque que ça, un titre avec l’équipe nationale même s’il a loupé une période faste. Il reste un des joueurs essentiels des dix dernières années. Peut-être que plus tard il y aura Mbappé en termes de joueur français mais actuellement c’est Karim Benzema le meilleur. Avant c’était Zidane, Platini et Kopa. Karim est dans cette lignée. Dans la vitrine, ce serait tout de même bien qu’il obtienne aussi la Coupe du monde avec les Bleus.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi