lundi 27 mai 2024

Kylian Mbappé et le PSG : entre ambitions et grandes frustrations

À lire

Evidente aujourd’hui, la présence de Kylian Mbappé à Paris ne l’était pas en 2017 au lendemain du titre arraché par l’AS Monaco au nez et à la barbe d’un PSG obligé de gérer l’après Ibrahimovic dans la confusion émotionnelle de la remontada du siècle subie face au FC Barcelone en Ligue des Champions.

Naturellement attiré par le projet QSI qui a l’énorme avantage de lui permettre de revenir chez lui, à Paris, Kylian est aussi la proie de Manchester City, où Guardiola regrette encore de ne pas avoir fait l’effort nécessaire de le prendre en même temps que Bernardo Silva, son coéquipier monégasque. Nul doute qu’avec le jeune français de 18 ans dans ses rangs, City ne serait pas encore en train de courir lui aussi après une première victoire en C1.

Mais plus qu’en Premier League, c’est en Liga que Mbappé a été proche de jouer, au Real Madrid où Zidane venait d’offrir une 12ème coupe aux grandes oreilles à la Maison Blanche, et où le départ de Morata ouvrait une fenêtre de tir. Malgré la présence de Zizou, c’est celle, plus encombrante, du trio Benzema-Cristiano Ronaldo-Bale qui allait s’avérer rédhibitoire pour un Mbappé résolu à disposer immédiatement d’un statut de titulaire indiscutable.

Pour rêver plus grand, il va devoir rester plus longtemps…

Et c’est parce qu’Unaï Emery s’est engagé à lui offrir ce statut « protégé » que tout le clan Mbappé s’est laissé convaincre dans un second temps seulement par un contrat de cinq ans sur la base d’un salaire annuel de 10 M€. Pour le site argentin Infobae, l’ancien recruteur espagnol du PSG, Luis Ferrer, revenait sur les circonstances de ce renversement de tendance :

« Nous avons dû travailler deux fois plus que le Real pour le convaincre, lui et ses parents, qu’on le voulait vraiment, qu’il était important dans notre projet. » Face à l’immense notoriété d’un Real au top, l’affect a parlé autant que le pragmatisme d’un joueur pressé de démontrer, à un an de la Coupe du Monde, Paris, la première aura été la plus prolifique avec un grand chelem national et la confirmation, malgré l’élimination en 8èmes de finale de la Ligue des Champions par le Real, que son talent est vraiment hors norme.

Plus jeune joueur à entrer dans le top 10 du Ballon d’Or (7ème) à 18 ans et 11 mois, sa cote augmente encore lors de la Coupe du monde en Russie qu’il illumine de son insolente efficacité. Un an après avoir acheté un des grands espoirs du foot français, le PSG se retrouve avec un champion du monde et un des meilleurs attaquants de la planète, prêt à prendre, seul, les rênes de son club.

Mbappé devient le patron du PSG

Car à titre personnel, la suite n’est qu’une longue et linéaire montée en puissance symbolisée par quatre titres de meilleur buteur du championnat d’affilée et des records à la pelle (voir encadré). Dominateur comme jamais en championnat où son entente avec Neymar fait des merveilles, il est plus laborieux en Ligue des Champions à l’image d’un PSG qui bute avec lui à quatre reprises aux portes des quarts, parvenant à entrer dans le dernier carré en 2021 après une finale perdue face au Bayern en 2020 où il n’aura pas réussi à faire la différence.

Sa frustration est là, atténuée par l’arrivée de Messi en 2021, accentuée par les blessures à répétition de Neymar et les errements d’un recrutement qui ne l’aident pas à tirer l’équipe vers le haut. Lui qui atteint la barre des 45 buts toutes compétitions confondues en 2021/2022 pour devenir un an après le meilleur buteur de l’histoire du PSG. Cela ne l’empêche pas de prolonger son bail jusqu’en 2025 après d’intenses négociations qui l’ont parfois amené à considérer qu’il valait mieux qu’il parte, enfin, au Real.

Plus qu’une MNM en fin de cycle, c’est bien sur ses seules épaules que repose désormais le projet QSI. A 24 ans, l’enfant de Bondy a déjà suffisamment marqué l’histoire de son club pour estimer légitime ses envies de départ. Mais son attachement au PSG est si authentique qu’il a aussi au fond de lui une petite musique qui le pousse à insister. Son talent et sa détermination sont tellement immenses que l’histoire ne peut pas s’arrêter là. Pour rêver plus grand, il va devoir rester plus longtemps.

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi