jeudi 25 avril 2024

Lance Stroll (Aston Martin) : le boulet de Vettel

À lire

Après une saison 2020 prometteuse, Lance Stroll n’a pas confirmé en 2021. En cinq saisons en F1, il n’a pas beaucoup progressé. Que peut-il attendre de 2022 ? Peut-il dominer un Vettel en fin de course ?

Contrairement aux saisons précédentes, Lance Stroll entamait 2021 avec beaucoup de confiance après un exercice 2020 plein de promesses avec deux podiums à la clé et quelques coups d’éclat. Pour sa cinquième saison en F1, la troisième dans la même écurie, le Canadien avait l’occasion de faire taire les mauvaises langues qui, depuis ses débuts en F1, disent qu’il doit sa place à la fortune de son père, propriétaire de l’écurie.

Il avait aussi l’occasion de se confronter à l’un des meilleurs pilotes de l’histoire, son nouveau coéquipier Sebastian Vettel en cette année où il fêtait son 100ème GP en fin de saison. Mais il n’en sera rien. Pour la quatrième fois en cinq saisons de F1, Lance Stroll a été dominé par son équipier qui était pourtant très loin de son meilleur niveau.

Comme à chaque fin de saison, le bilan de Lance Stroll présente des prestations solides en course, mais sans véritable progression. Il a toujours beaucoup de difficultés à gérer les qualifications. C’est le gros problème de sa carrière, il se retrouve toujours loin sur la grille de départ et ne peut déjà plus espérer grand-chose.

Il prend du retard avec des séances de qualifications mal gérées

Ses courses sont meilleures, il gagne des places, mais pas suffisamment pour peser sur la course et permettre à Aston Martin de se battre avec les meilleures équipes. Après cette saison décevante, le Canadien a profité de l’intersaison pour se ressourcer et revenir plus fort en 2022 :

« La trêve hivernale était la bienvenue, je suis allé au Canada pour déconnecter. J’ai passé un mois avec ma famille et mes amis en plus de m’entraîner et de pratiquer quelques sports d’hiver. J’ai également travaillé dans le simulateur et me suis préparé physiquement pour la saison. Je suis heureux de ma forme physique. Je me sens bien. »

En 2022, il devrait toujours connaître les mêmes difficultés à gérer les séances de qualifications. A moins que le fait d’évoluer et de travailler aux côtés d’un pilote qui savait parfaitement gérer ces séances quand il se battait pour le titre mondial ne le fasse progresser. Lance Stroll espère démarrer aussi bien la saison que celle de l’an dernier lorsqu’il a terminé dans le Top 10 sur les deux premiers Grands Prix de la saison.

Lance Stroll, 5 ans en F1 pour un piêtre bilan

On pensait alors qu’il serait capable de prendre le dessus sur Sebastian Vettel, mais la suite a été compliquée pour lui et il est rapidement entré dans le rang. Avec deux podiums (dont un retiré sur tapis vert) et deux Top 5, Sebastian Vettel a pris le dessus alors que l’Allemand était loin de son meilleur niveau. Malgré tout, Stroll est confiant pour la saison, il pense qu’Aston Martin n’a pas dit son dernier mot :

« Le nom d’Aston Martin permet d’attirer plus de partenaires. L’équipe grandit, les personnes travaillant à Silverstone sont très soudées. Nous avons vécu des moments difficiles l’an passé, mais nous avons réalisé de bonnes courses aussi, tout n’est pas négatif. Il faut que nous soyons plus réguliers.

Je suis persuadé que nous pouvons faire de bonnes choses cette saison et ramener l’équipe parmi les meilleurs constructeurs du monde. Je suis heureux que le GP du Canada fasse son retour en juin. Cette course à domicile sera un boost pour les supporteurs, mais également pour moi. »

Lance Stroll sera donc à surveiller de près sur son Grand Prix qu’il disputera devant sa famille, ses amis, il sera très motivé. A 23 ans, le Canadien possède encore une marge de progression intéressante, mais il lui faudrait une saison référence.

S’il parvient à concurrencer ou à battre Sebastian Vettel sur l’ensemble du championnat, il gagnera en confiance et si Aston Martin parvient à avoir ses deux pilotes en forme au même moment elle remontera au classement des constructeurs.

L’AVIS DE FRANCK MONTAGNY

« Quand tout va bien, il est capable de se battre avec les meilleurs. Quand tout va mal, il disparait. C’est mon pilote préféré du paddock (sic). On verra s’il est capable de confirmer sur la piste ou de rester à la maison. »

Vous aimez la F1 et recherchez un mag de référence ? Le Guide F1 est en vente chez votre marchand de jouranaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi