jeudi 25 avril 2024

Le Danemark sous l’influence de Jonas Vingegaard

À lire

Dans le sillage du double vainqueur du Tour de France (Vingegaard), et de l’engouement extraordinaire qui secoue le Danemark autour du cyclisme depuis une dizaine d’années, éclos une nouvelle génération de champions en herbe, pressés de découvrir l’univers du World Tour.

Chez Lidl-Trek : Albert Withen Philipsen, l’héritier tout terrain ?

Prévue en 2025, sa mise sur orbite ne fait aucun doute tellement le Danois de 17 ans impressionne chez les juniors. Plus jeune champion de monde sur route de l’histoire (à 16 ans), champion du monde VTT, champion d’Europe du contre-le-montre, le coureur de l’Académie de Tscherming semble prêt à assumer ses ambitions en zappant l’étape des moins de 23 ans, comme avant lui, Remco Evenepoel en 2019.

Quinn Simmons en 2020 ou Josh Tarling en 2021. En rejoignant l’équipe américaine LidlTrek la saison prochaine, et pour les quatre suivantes, le prodige danois a fait des malheureux, tous ceux qui le convoitaient également, INEOS Grenadiers et UAE Team Emirates, mais surtout Visma Lease a Bike qui rêvait de le mettre dans le sillage de son compatriote Jonas Vingegaard.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme dans votre mag

« J’espère devenir le meilleur coureur complet du monde » (withen philipsen)

En choisissant Lidl-Trek, Philipsen a d’abord privilégié « une équipe qui n’avait pas seulement la meilleure infrastructure sur route, mais aussi en VTT et cyclo-cross, déclarait-il sur le site d’une formation qu’il ne rejoindra que dans un an. Et de poursuivre : « J’ai vraiment senti dès le début à quel point les gens travaillant chez Lidl-Trek étaient enthousiastes et passionnés, tout en prenant garde de ne pas précipiter les choses et de mettre trop de pression sur mes épaules. »

A défaut de collaborer avec le héros national, Vingegaard, c’est avec deux autres compatriotes qu’Albert aura affaire chez Lidl-Trek, Mads Pedersen et Mattias Sjkelmose, deux profils différents qui doivent aussi l’aider à trouver sa voie, à évaluer la proportion de VTT et de cyclo-cross qu’il mettra dans son programme. Imitera-t-il Van der Poel, Van Aert ou Pidcock, qui n’ont jamais voulu choisir ?

Sera-t-il plus économe à l’instar d’un Pogacar ? « Je veux travailler mes points faibles, poursuivait-il au moment de signer son premier contrat pro, c’est-àdire mon expérience et mon sens tactique. Je suis toujours en train de réfléchir aux courses que je vais viser. Pour l’instant, mon profil de coureur n’est pas vraiment déterminé, mais j’espère devenir le meilleur coureur complet du monde. »

Et donc de s’éloigner de la trajectoire d’un Vingegaard pour se rapprocher de celle d’un Van Aert ? S’il a déjà prouvé des capacités hors norme en cyclo-cross, VTT, contre-la-montre et sprint, ce grand gabarit (1m84) ne s’est pas encore testé en haute montagne. Il ne manquerait plus qu’il soit aussi à l’aise en altitude…

Inéos grenadiers : Theodor Storm comme un ouragan

En anglais, Storm signifie tempête. Theodor porte donc bien son nom. Explosif,
bon grimpeur pour sa taille (1m81), le natif de Roskilde a déjà marqué son temps chez les juniors en montant sur le podium de Paris-Roubaix, en terminant 7ème de la Course de la Paix, 5ème des Mondiaux de Glasgow, en remportant cinq épreuves, et en démontrant suffisamment de qualités pour signer trois ans chez INEOS Grenadiers.

Sur le site de la formation britannique, John Albert, le PDG, se félicitait de compter dans ses rangs « un jeune talent très excitant avec un énorme potentiel. » Et de se prévenir ensuite de « la tendance croissante pour les jeunes coureurs à passer directement en World Tour. Nous sommes conscients que ces athlètes ont également besoin du bon soutien pour se développer et performer. »

Avant d’espérer découvrir la réalité du World Tour, en participant au Programme Ascent de sa nouvelle équipe, il n’avait qu’un objectif en tête, les JO de Paris pour y disputer la poursuite par équipes, l’Américaine et peut-être l’Omnium, en mode ouragan. Et aussi : Frederik Wandahl (22 ans) chez BORA-hansgrohe, Tobias Lund Andresen (21 ans) chez DSM-Firmenich PostNL, Anders Foldager (22 ans) chez Jayco AlUla.

Chez Uno-X Mobility : Carl-Frederik Bévort, le pistard

Sans être aussi précoce et impressionnant que son cadet sur route, Philipsen, Carl-Frederik Bévort (20 ans) est passé professionnel cette année, après une saison avec la réserve, chez Uno X (jusqu’en 2025), certainement pour préparer les JO avec ses compatriotes Niklas Larsen, Lasse Leth et Rasmus Pedersen, champions du monde de poursuite par équipes en 2023 en battant en finale l’Italie de Filippo Ganna.

On ne devrait donc le retrouver sur les grandes courses du World Tour, chrono en mains, qu’après cet été… Mais déjà, il y a démontré du haut de son mètre quatre-vingt-quatre une réelle appétence pour les courses d’un jour, 16ème de Paris-Bourges à quelques encablures du vainqueur, Démare.

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi