vendredi 1 mars 2024

Le défi de Bahrain-Victorious : gagner sans Sonny Colbrelli

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Bahrain-Victorious doit désormais composer sans le vainqueur de Paris-Roubaix 2021, contraint de mettre un terme à sa carrière. Néanmoins, les forces vives poussent à rester optimiste.

Victime d’un malaise cardiaque sur le dernier Tour de Catalogne fin mars, Sonny Colbrelli a depuis stoppé d’être un coureur professionnel. Son ancien directeur sportif, Franco Pellizotti, tient à lui rendre hommage : « Je suis profondément désolé par ce qui lui est arrivé. Ce n’est pas évident de terminer une si brillante carrière de cette manière, surtout que sa meilleure saison de toutes a été en 2021. Toute l’équipe l’a soutenu au mieux après son accident. Désormais, nous lui permettons de rester dans le monde du cyclisme. »

« Cela ne sera pas facile de tenir un autre rôle, mais c’est la vie. Je suis convaincu qu’il a encore beaucoup à apporter à son sport même s’il ne peut plus monter sur un vélo. Il est inutile de préciser que Sonny a été un élément-clé de notre équipe. Ne pas l’avoir à nos côtés a été en 2022 un gros handicap et une grosse perte. Il était un vrai champion, un énorme travailleur infatigable ».

« Il a fait énormément d’efforts pour obtenir ses résultats. Comme celui de devenir champion d’Europe et quelques semaines plus tard de remporter Paris-Roubaix de façon épique. Il va beaucoup nous manquer. Mais la personne est bien toujours là avec sa gentillesse et son sourire. Je suis certain qu’on va encore profiter de sa contribution dans l’équipe à travers sa nouvelle fonction (ambassadeur, Ndlr) et auprès de ses anciens équipiers ».

Rectifier le tir sur le Tour et la Vuelta

La saison passée, la Bahrain-Victorious, sans la présence du Lombard sur le vélo, a connu des hauts et des bas. La formation bahreinie a empoché 25 victoires contre 32 l’année d’avant.

« Si on revient à 2021, force est de constater qu’on n’a pas rempli tous les objectifs. Mais comme je l’ai dit, Sonny nous a cruellement manqué. Il pouvait nous apporter des victoires de prestige. On ne peut pas dire non plus que 2022 a été une mauvaise saison. On a remporté quelques belles victoires en début d’exercice dont un Monument comme Milan-San Remo (victoire de Mohoric, Ndlr). Globalement, nos coureurs ont obtenu pas mal de top 10. Notre période plus délicate s’est située sur le Tour de France et la Vuelta, pourtant deux grands objectifs affichés pour l’équipe ».

« Mais nous n’avons pas pu évoluer au niveau attendu. Après cela, on s’est très bien repris et on a connu une très belle fin de saison. Elle a été ponctuée par de belles victoires signées par de jeunes coureurs prometteurs. Et Landa a signé un beau podium sur le Tour de Lombardie (3ème, Ndlr) ». Les défis à relever pour 2023 sont bien lisibles :

« On va vouloir démarrer le plus fort possible. On va notamment s’axer sur les courses belges, mais aussi sur les grands Tours et en particulier le Tour de France et la Vuelta, là où nous n’avons pas été à notre aise la saison dernière. » Outre Pasqualon (voir encadré), l’Allemand Arndt (voir interview), transfuge du Team DSM, est venu renforcer l’effectif :

« Nous avons perdu deux coureurs fondamentaux comme Colbrelli, et Teuns qui lui a changé d’équipe (parti chez Israel-Premier Tech, Ndlr), mais on a pu faire venir d’autres coureurs d’expérience dont Arndt. Il a une grosse expérience, mais il a encore une belle marge de progression. On attend de lui qu’il obtienne des résultats, mais aussi qu’il soit bien au soutien des sprinteurs. Il sera là en Belgique, mais il sera également costaud en chrono. Il a une approche très professionnelle et l’équipe avait besoin d’un coureur de son profil ».

Cependant, la Bahrain-Victorious voit aussi à long terme comme le souligne enfin le directeur sportif transalpin : « Nous misons énormément aussi sur nos jeunes coureurs. Ils incarnent le futur. On bâtit une équipe avec des coureurs solides et aguerris, mais on pense au futur aussi. Ces jeunes talents devront être nos futurs champions ». En attendant, en 2023, tous les coureurs de la Bahrain-Victorious, jeunes loups ou anciens, ont pour ambition de pédaler vite et bien. Avec des victoires en ligne de mire.

Transferts

Arrivées : Arndt (DSM), Kepplinger (Hrinkow-Advarics), Miholjevic (Friuli ASD), Pasqualon (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux), Rajovic (Corratec), Scott (Ara Sunshine Coast), Tu (Friuli ASD)

Départs : Colbrelli (retraite), Feng (Blitzen), Novak (UAE Team Emirates), Sanchez (Astana Qazaqstan), Tratnik (JumboVisma), Williams

La recrue : Pasqualon taille patron !

A 34 ans, l’Italien Andrea Pasqualon connaît les ficelles du métier. Le Vénitien s’est dit « ravi d’intégrer cette équipe pour les deux prochaines saisons. Je vais apporter mon expérience de ces 12 années de professionnalisme, notamment aux jeunes coureurs qui feront partie de ce projet. Mais aussi un soutien fondamental aux grands champions qui font partie de Bahrain-Victorious depuis des années. Je serai certainement un homme important tant au niveau du sprint que pour les Classiques du Nord », a expliqué l’ancien coureur de chez Intermarché-Wanty Gobert. Pellizotti détaille :

« Il a montré que c’était un grand compétiteur sur les courses belges et pendant toute la saison. C’est aussi un très bon coureur d’équipe. Nous comptons beaucoup sur lui. Pas seulement à travers ses résultats sportifs, mais aussi en tant que capitaine de route, et comme soutien auprès des plus jeunes qui représentent une bonne partie de notre équipe, et sur lesquels nous voulons nous appuyer. Ils auront beaucoup à apprendre de sa personne et de son expérience tirée des courses belges et de celles à étapes ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi