jeudi 23 mai 2024

Le terrible constat de Neilson Powless : « Sans Armstrong, le cyclisme US serait encore plus haut aujourd’hui »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Le coureur américain de EF Education EasyPost, Neilson Powless analyse la situation du cyclisme américain dans le peloton.

Comment expliquez-vous la réussite des coureurs américains alors que le contingent est assez restreint ?

Si nous obtenons autant de bons résultats, c’est déjà parce que la sélection est faite en Amérique où seulement les meilleurs ont la possibilité de traverser l’Atlantique pour évoluer sur le World Tour. Il est déjà tellement difficile d’avoir cette possibilité, en raison de l’éloignement de sa famille notamment et des difficultés financières que cela peut engendrer, qu’ensuite, une fois dans le peloton, les heureux élus s’accrochent pour garder leur place et seuls les plus forts tiennent le coup. Donc ceux qui restent sont généralement toujours compétitifs.

À LIRE AUSSI : toute l’actu du cyclisme dans votre mag

« La plupart des coureurs américains sont polyvalents »

Existe-t-il un profil type du coureur US ?

La plupart des coureurs américains sont polyvalents. Si vous regardez la façon dont Matteo (Jorgenson) roule, il remporte Paris-Nice et A Travers la Flandre la même saison, ce qui est assez incroyable. Personnellement, je suis passé des grands Tours aux courses d’un jour. Nous avons grandi dans un environnement américain en pratiquant de nombreux sports dès l’enfance, ce qui fait de nous des athlètes complets. Même si pour l’instant je ne suis qu’un cycliste, cette culture sportive me permet de m’amuser dans presque tous les types de courses.

Quel fut l’impact du traumatisme Armstrong sur le cyclisme US ?

La plupart des cyclistes américains qui sont dans le peloton aujourd’hui le considéraient comme un modèle lorsqu’il gagnait le Tour de France. Nous étions très jeunes à l’époque. Je ne connaissais rien du cyclisme, mais je savais qu’il y avait un cycliste américain qui réussissait bien en Europe. Et c’était magnifique à la télé. Mais sa chute a contraint de nombreux sponsors à s’en aller et nous a rendu la tâche beaucoup plus difficile.

J’ai l’impression d’appartenir à la génération qui a participé au processus de reconstruction. Après USA Cycling, quand je suis venu en Europe, nous étions dans une dynamique d’équipes qui avaient retrouvé de l’ambition. Mais pendant cinq à dix ans, il n’y avait pas beaucoup de soutien et peu d’argent à cause d’Armstrong. S’il avait fait les choses comme il faut, le cyclisme US serait certainement à un niveau beaucoup plus haut aujourd’hui.

À LIRE AUSSI : le vol de Lance Amstrong

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi