jeudi 25 avril 2024

Les Olympiques face à la crise : deux sales, deux ambiances…

À lire

Si l’OM semblait bien plus à l’aise que l’OL en début de saison, force et de constater que les dynamiques sont opposées depuis quelques semaines. Et ce sur tous les plans entre l’OM et l’OL tout les oppose. La force de l’OL réside dans sa capacité institutionnelle, là où l’OM cherche éternellement une stabilité. Mais pourquoi la saison des deux olympiques fait-elle un chemin croisé ?

C’est un peu la croisée des chemins entre les deux plus grands clubs des années 90 et 2000. l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais connaissent une saison 2023-2024 cauchemardesque. Les deux olympiques ont un point commun, celui d’avoir nommer un troisième entraîneur sur le banc en l’espace d’une saison. Pour finir la saison (enfin… peut-on l’espérer), l’OM s’est adressé à Jean-Louis Gasset alors que l’OL fait confiance à Pierre Sage son directeur du centre de formation.

Pour le reste, tout oppose les deux clubs tant sur le plan structurel et institutionnel que sur la philosophie de jeu. Les deux clubs ont pour autant vécu une saison indigne de leurs statuts.

L’OL ne semblait pas se sortir de son bourbier de lanterne rouge de la Ligue 1. La première partie de saison a donné lieu à un marasme sportif inédit pour le septuple champion de France. Sauf que l’OL reste l’OL et sa grande force et celle de l’institution.

Après l’ère Aulas, l’ère Textor se montre timide dans son installation. Il a fallu cet hiver 2024 pour lancer la machine. 4 hommes et un mercato plus tard, l’OL se reconstruit, petit à petit.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité des clubs de Ligue 1 dans votre mag

L’OL, une institution qui rugit tranquillement

Au-delà de l’aspect sportif, c’est surtout la reconstruction lyonnaise qui est à mettre en avant. L’OL n’a jamais paru arrogant, bien que les déclarations de Textor est suscité quelques remous. Rien de plus mais une stratégie de communication (« La relégation, c’est une blague pour l’OL. Ce n’est pas possible. Nous ne serons pas en Ligue 2 ») qui a suscité des interrogations.

Désormais un peu plus loin de la zone de relégation, l’OL se projette désormais vers un come back européen inédit. Grâce notamment à un pack d’équipes qui n’avance pas devant les Gones. Une aubaine pour Pierre Sage et ses hommes.

Agrémenté de joueurs qui ont transformé le groupe, les Gones ont su remettre la sueur et les valeurs de l’OL au centre du jeu. À tel point que les Lyonnais célèbrent leur victoire comme si c’était le match du titre. Un groupe heureux en somme.

L’OL prépare la saison 2024-2025

Au delà des 3 points qui séparent le 11ème du 16ème, Lyon regarde devant avec des valeurs, un état d’esprit et du jeu retrouvé. En somme, Lyon peut se targuer de se reconstruire avec des hommes d’expérience et des joueurs qui aiment le maillot. C’est la vrai différence. Lyon n’a pas le meilleur effectif de ces 20 dernières années, en revanche, il peut avoir quelque chose de plus grand.

Celui d’un groupe uni autour de son entraîneur et staff. L’OL a su se remettre la tête à l’endroit parce que le club se savait dans la difficulté. L’OL a mangé son pain noir et il est désormais passé à la mie grillée. Reste à savoir, s’il pourra se targuer de manger du bon pain en fin de saison.

L’OL a encore de beaux objectifs et il a retrouvé les qualités d’un Roi de la jungle qui n’attendait que ça. Le plus dur est de savoir où veut aller l’OL de Textor au 30 juin. Lyon n’avait jamais autant dépensé pour un mercato « d’ajustement ».

Les Gones ont profité à plein régime de se réajustement pour se réinventer. La concurrence a permis à tous de se remettre en grande question. Que dire des personnalités qui se sont révélées ? L’OL se reconstruit.

L’OM, ce colosse aux pieds d’argile

L’OL s’est redressé en l’espace de quelques mois, alors pourquoi l’OM n’a t-il pas imité son plus grand rival ? Tout simplement en se replongeant au coeur de ses valeurs, en misant sur l’union ? Au lieu de cela, les Marseillais lavent leur linge sale en public, à l’image de l’affaire Clauss.

Parce que l’OM n’a jamais été l’OL et inversement. Parce que l’OM n’a jamais eu la stabilité de l’OL au 21ème siècle. Aulas en a vu des présidents de Marseille. Hormis la période Tapie, l’OM n’a pas les codes de l’OL pour se relever de crises comme le traverse le club.

Et l’écart comptable entre les deux clubs se réduit à tel point que la menace que Lyon dépasse Marseille n’est plus illusoire. Si le 3-0 infligé par l’OM en novembre semblait l’apothéose de deux modèles opposés, désormais, il n’y a plus de sujet. Lyon est revenu dans les rétros de Marseille et c’est la suite qui intéresse tout le monde.

Car l’OM est malade alors que l’antidote de l’OL produit des effets sur toute l’institution. Marseille est embourbé dans un modèle qu’il s’est lui même entêté à créer. Il en récolte aujourd’hui le poison qui se propage dans toutes les strates du club.

Marseille, des mercatos de bricolage sans cohérence ni projet

Le dernier mercato d’hiver est l’exemple du faussé entre l’OM et l’OL. Le septuple champion de France a recruté 7 joueurs pour pas moins de 56 millions d’euros. On s’est d’ailleurs posé la question de la cohérence. Les résultats tendent à prouver que oui.

La CAN a mis en exergue toutes les faiblesses de l’effectif. Le banc trop léger était le danger que Gattuso (qui a pourtant été le premier à ouvrir la porte à Lodi) voulait éviter. Mais que tous les entraîneurs sous Longoria ont eu à gérer.

Désormais, l’OM est en danger de survie. Avec peu d’argent et une direction qui peine à avoir un projet sportif lisible, c’est désormais toute l’institution qui patauge. Sans évoquer les problématiques du centre de formation. L’OM a la grippe et il ne parvient pas à s’en sortir. L’OM a raté son virage hivernal et ce n’est pas la première fois. Sauf que cette fois, l’équipe sort d’une première partie de saison où elle a laissé des plumes.

Le mercato hivernal très plat a donné le coup de massue à un club qui manque de tout dans toute sa structure. Longoria apparaît fatigué comme jamais. L’OM retombe dans une crise qui rappelle que la décennie 2010 et 2020 se ressemblent.

La colonne vertébrale de l’OL vs les fantômes de l’OM

Quel bilan faire pour l’OL dans cette saison sportive particulière ? Celui de se remettre la tête à l’endroit avec une projection dégagée et des hommes dévoués. L’OL a ses hommes forts quant l’OM a des hommes faibles. Lyon a repris des sensations institutionnelles qu’il avait perdu quand JMA était encore aux commandes. La transition ratée avec Textor n’ayant pas aidé, c’est désormais main dans la main que toute une génération OL travaille.

À l’OM, c’est le cimetière qui se dresse sur la route des Olympiens. Longoria n’a plus la main alors que McCourt semble loin. Marseille attend désespérément qu’un nouveau repreneur secoue le cocotier institutionnel. Newcastle y était parvenu. Marseille veut suivre le même chemin.

Pour y parvenir, il faudra que l’OM soit à la hauteur des enjeux de taille qui l’attendent. Il faudra changer les hommes, de projet et s’appuyer une institution forte. L’OM doit imiter l’OL plus que jamais. Sauf que Marseille n’a jamais voulu du modèle lyonnais’en n’a jamais voulu et est condamné à repartir de zéro. Cela ne passera que par la venue d’un nouveau propriétaire qui apportera une stabilité et de nouveaux moyens. Et surtout, plus de présence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi