lundi 3 octobre 2022

Les sprinteurs au rendez-vous pour une lutte acharnée cette saison ?

À lire

Les classiques seront-elles dominées par le duel Van Der Poel/Van Aert du côté des sprinteurs ? Quand est-il des forces en présence pour ces coureurs qui devraient se livrer une belle bataille sur les classiques et les grands tours. Analyse de la jeune garde aux sprinteurs chevronnés, il y aura du lourd.

L’histoire du cyclisme est jalonnée de duels épiques. Déjà effectif sur le cyclo-cross, celui qui oppose Van der Poel à Van Aert. Ce duel a atteint son paroxysme lors du dernier Tour des Flandres. En raison de leurs âges et de leurs profils respectifs, le grand duel que tout le monde attend.

Si ce n’est sur les grands Tours, où le petit-fils de Poulidor a encore tout à prouver. Sur les grandes Classiques, il se préparent à dominer. Exacerbée à l’arrivée de Gand-Wevelgem, leur rivalité déjà ancienne sur le cyclocross a tout pour prendre une nouvelle dimension sur la route.

Retrouvez toute l’actualité du cyclisme dans Cyclisme magazine

« C’est déjà le cas, nous confie Jérôme Pineau, le manager de B&B Hotels. On l’a vu sur le Tour des Flandres où, malgré une saison riche et complète pour eux, ils ont dominé de la tête et des épaules. Avec eux, tous les codes explosent. Ils sont capables de gagner en montagne, au sprint, sur les courses à étapes, celles d’un jour et même en cyclo-cross. Ils sont bons partout.

Comme ils sont hors norme, il est difficile de prévoir quoique ce soit. Sinon qu’on peut déjà se préparer à les voir dominer. En tout cas, quand ils se déplacent, c’est pour gagner, pas pour faire de la figuration. »

Démare meilleur sprinteur du monde ?

Longtemps dans l’ombre des stars du sprint, c’est avec le maillot de champion de France sur les épaules qu’Arnaud Démare a marqué les esprits. En remportant quatre étapes du dernier Giro. Sur des routes italiennes qu’il affectionne particulièrement depuis son succès dans Milan-San Remo en 2016.

Absent du dernier Tour de France, le Picard semble aujourd’hui, à 29 ans, au sommet de sa forme. Prêt à assumer sans complexes la succession du roi Sagan. Pour peu que le train (l’Italien Guarnieri, le Néerlandais Sinkeldam, le Lituanien Konovalovas ou l’Australien Scotson sur le Giro) dans lequel il monte pour le mettre dans les meilleures conditions possibles soit suffisamment rapide.

Et alors, rien ne semble pouvoir l’arrêter. En 2020, alors que Sagan ne fut que l’ombre de lui-même, devancé par Sam Bennett sur son terrain de prédilection, le Tour. L’unanimité s’est faite pour reconnaître que Démare avait été le meilleur sprinteur du peloton avec 14 victoires. Le meilleur bilan devant Roglic (12), Evenepoel et Pogacar (9). Champion de France sur route, vainqueur de Milan-Turin, du Tour de Wallonie, du Tour du Luxembourg, et auteur d’un Giro hors norme…

Il a pour la première fois fait mieux que les caïds du genre. Face à ceux qui représentent l’ancienne génération (Cavendish, Kittel, Greipel, Sagan, Kristoff). L’actuelle (Bouhanni, Ewan, Viviani, Bennett) ou la future (Van Aert, Ackermann, Gaviria, Groenewegen), Arnaud Démare est bien ce qui se fait de mieux dans le monde. Pour l’histoire, il va devoir confirmer s’il veut déjà rejoindre les meilleurs sprinteurs français, Darrigade ou Jalabert.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi