jeudi 25 avril 2024

Ligue 1 : Brest, une réussite qui vient de loin et qui est faite pour durer

À lire

Pascal Auchet
Pascal Auchet
Journaliste

Depuis qu’Eric Roy est sur le banc, le Stade Brestois a pris 72 points en 42 matchs. Le club est monté en puissance et a toutes les bonnes raisons de croire en une qualification européenne. Peu-être même la plus belle…

Pour retrouver la trace d’une défaite du Stade Brestois, il faut remonter au 5 novembre 2023. C’était lors de la 11ème journée, et une défaite (0-2) à Monaco. Depuis, les hommes d’Eric Roy ont pris 28 points en 12 matchs (8 victoires et 4 matchs nuls), soit une moyenne de 2,33 points par match. Un rythme d’Européen. Mieux encore : un rythme qui pourrait conduire les Bretons en Ligue des Champions ! 

A LIRE AUSSI : Romain Del Castillo, la revanche du mal aimé

Europe, Ligue des Champions… Des mots qui restent pourtant tabous dans le vestiaire brestois. « L’Europe, on en reparlera en avril », insiste le directeur sportif du club, Grégory Lorenzi. De son côté, Eric Roy préférait parler du maintien officiellement acquis, après la victoire obtenue contre l’OM, à 10 contre 11. « C’était le match du maintien », ironisait à peine l’entraîneur brestois. 

Brest ne donne pas l’impression de surperformer

Difficile aujourd’hui de ne pas faire de l’Europe le nouvel objectif des Bretons, qui comptent, avant la 24ème journée (et la réception du Havre), 7 points d’avance sur la 6ème place, qualificative pour la Ligue Europa Conférence (via un barrage), mais aussi 5 sur le 5ème (qui jouera la Ligue Europa). 

En attendant de connaitre le destin de son équipe, Eric Roy ne cachait pas sa satisfaction. « Il y a beaucoup de satisfaction parce que, match après match, on arrive à mettre en place ce qu’on souhaitait. L’intensité, l’agressivité dans le bon sens du terme », explique celui qui était venu pour sauver le club de la relégation, le 3 janvier 2023 (après 11 ans sans entraîner). 

En étant la plus régulière des équipes de haut de tableau (mis à part le PSG, bien sûr), Brest affiche de sérieuses garanties. On ne sent pas un groupe qui surperfome, comme c’était le cas de l’OGC Nice sur la première partie de saison. Depuis qu’Eric Roy est sur le banc, Brest a pris 72 points en 42 matchs (20 victoires, 12 nuls et 10 défaites), avec une différence de buts de +21. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi