vendredi 21 juin 2024

Ligue 1 : la fausse excuse du PSG et de ses millions…

À lire

Le début de saison de l’OL et Monaco, mais aussi de l’OM nous prouve que ce n’est pas la présence du PSG qui « tue le suspens en Ligue 1 ».

On entend toujours dire : « le PSG tue le suspense, la Ligue 1 est déjà jouée avant même de commencer ». Jean-Michel Aulas par exemple, a souvent dit ça. Mais pourtant, l’OL joue seulement deux fois contre le PSG chaque saison. Dans le pire des cas, deux matchs perdus, ça fait 6 points.

Donc Lyon, qui a le deuxième meilleur budget de France (à égalité avec l’OM), mais aussi Monaco, se battent chacun sur les 108 points encore en jeu.

Monaco à 40 points du PSG, Lyon à 19 ?

Après 6 journées de championnat, seul Monaco, parmi les prétendants au podium, a joué Paris. Et en plus, il a pris un point ! Mais au classement, les Monégasques ont déjà 8 points de retard. A ce rythme là, même sans perdre contre Paris lors du match retour à Louis II, ils auront donc plus de 40 points de retard !

L’OM de son côté, s’accroche et a le même nombre de points que le PSG. Les Marseillais montrent la voie à suivre pour espérer le plus longtemps possible rester dans la course pour le titre.

Lyon en revanche, n’a pas joué contre le PSG. Avant d’aller à Monaco dimanche, les protégés de Jean-Michel Aulas ont pourtant déjà 3 points de retard. A ce rythme là – 3 points de perdus par période de 6 matchs – ils seront à 19 points minimum de Paris en fin de saison.

Philippe Clément (Monaco) – Peter Bosz (Lyon), malheur au perdant

La moralité, c’est que ce n’est pas le PSG qui empêche les autres clubs de Ligue 1 de gagner des titres. D’ailleurs, pas moins d’une dizaine de clubs ont gagné des titres sous QSI : Montpellier, Monaco et Lille, tous les trois champions de France (même si en 2012, année du titre de Montpellier, ce n’était pas le PSG d’aujourd’hui), mais aussi, à un degré moindre,  l’OM, Saint-Etienne, Strasbourg, Lyon (et oui, en 2012), Bordeaux, Guingamp, Rennes et Nantes, dans les différentes coupes.

La présence du PSG oblige simplement les autres clubs à être à 200% pour espérer gagner. C’est pour ça que la défaite de l’OL à Lorient pourrait couter très cher à Peter Bosz. Le coach qui perdra le match à Louis II demain (Monaco – Lyon) n’a que très très peu de chances d’être encore sur le banc au lendemain de la mini trêve internationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi