dimanche 26 mai 2024

OL : ces toquards qui sont devenus irrésistibles

À lire

L’Olympique Lyonnais vit une saison entre tristesse et colère dans son introduction. Avant de virer aux larmes et à la joie d’un collectif retrouvé dans son développement. L’OL gardera en souvenir avec bonheur sans doute cette saison pas comme les autres. Bien que son ranking en Ligue 1 reste bien loin de ses standards habituels.

Pierre Sage rigole mais reste lucide. L’entraîneur lyonnais ne cache pas sa joie tout en restant lucide sur la réussite de son équipe au soir de la victoire contre Brest. Le 4-3 contre les Bretons rappelle l’inévitable 5-4 contre Montpellier sous les ordres de Laurent Blanc. Que dire des autres matchs historiques de l’OL contre l’OM et son fameux 5-5. En bref, dans le Rhône, le football spectacle reste une donnée à prendre en considération.

C’est également, en cette folle soirée de dimanche 14 avril, que l’OL a su retourner au combat. Malgré 3 buts encaissés en 6 minutes, Lyon a su revenir comme si rien ne pouvait empêcher la victoire de basculer côté lyonnais. Faut-il alors dire que l’OL est une équipe à réaction, le mot n’est pas tabou.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité de la Ligue 1 dans votre mag

L’OL, une équipe difficile à jouer sur tout le match

Désormais première depuis 15 journées au nombre de points récoltés, l’Olympique Lyonnais avance dans une fin de saison en mode turbo. Les Gones ont encore deux tableaux à compléter. À seulement 3 points provisoirement de la 5ème place qualificative pour la Ligue Europa. Les coéquipiers de Maxence Caqueret ont une finale de Coupe de France contre le PSG qui serait en cas de victoire contre Barcelone en pleine campagne européenne.

L’OL a donc retrouvé le sens de la victoire et de ses ambitions. Bien que la saison soit ratée si l’on était sévère avec le standing de l’ancien club de Jean-Michel Aulas. Le Président d’honneur de l’OL a bien pris son pied dans les tribunes du Groupama Stadium en voyant ses anciens joueurs danser avec les kops de supporters.

Affronter l’Olympique Lyonnais, c’est prendre l’ascendant puis le bouillon en quelques minutes. Les Nantais et les Brestois en savent quelque chose. Il y a deux OL qui se combinent sur les pelouses de Ligue 1. Le succès de ces deux versions reposent sur un atout majeur, le banc.

Là où l’OM échoue depuis des années, Textor n’a pas hésité une seconde à sortir le carnet de chèques pour redonner une ossature aux Gones. Pour redonner aussi une véritable concurrence à un vestiaire qui en manquait tant.

Les Gones plus fort, plus constant et à l’aise dans tous les scénarios

Le calendrier de l’OL va encore monter d’un cran avec le voyage à Paris puis la réception de Monaco. Dans ces deux rencontres, il y aura forcément une volonté de poursuivre la belle série. Et dans la poésie lyonnaise du moment, cela ne manquera pas d’élargir les sourires. Que ce soit à la fois sur les temps faibles ou les temps forts, Lyon est irrésistible mais aussi agaçant dans son instabilité. Capable du meilleur comme du pire. Ange ou démon contre lui-même à vrai dire.

Lyon est devenue une équipe extraordinaire qui peut faire des matchs aussi fous qu’improbables. Le calendrier lui donne raison pour traduire encore un peu plus son imprévisibilité contre deux adversaires de prestige. Le déplacement chez un PSG qui vient de s’offrir le Barça et se qualifier pour la demi-finale de la Ligue des Champions, sera un énorme défi. Mais on se dit qu’avec cet OL, on peut s’attendre à tout.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi