dimanche 21 avril 2024

Ligue des Champions : game over pour un Real Madrid surcoté

À lire

Jeu, choix d’Ancelotti, effectif… La raclée de l’Ethiad Stadium a mis en évidence le vrai niveau du Réal Madrid, en fin de cycle. Y compris Carlo Ancelotti.

Hier soir, la correction infligée par Manchester City au Real Madrid (4-0, mais le score aurait pu être beaucoup plus large) a secoué la planète foot. Le tenant du titre a été littéralement humilié à l’Ethiad Stadium.

A LIRE AUSSI : Ligue 1, l’OM au bord du chaos !

Dominés dans tous les compartiments du jeu, les Espagnols ont pris une véritable leçon de football. Une immense claque, qui nous a ramenés à la réalité : le Real Madrid 2022/2023 était surcoté. Une évidence déjà aperçue en Liga (le Real pointe à 14 points du Barça et voit sa place de dauphin menacée par l’atletico) qui s’est concrétisée hier.

Malgré une qualification pour la demi-finale, le bilan du Real n’est pas très glorieux. Certes, les Madrilènes ont éliminé deux cadors anglais, mais dans quel état ? Face à Liverpool, c’est le 5-1 ramené d’Anfield qui a fait la différence, à un moment où Salah et ses coéquipiers commençaient à aller mieux (ils venaient de s’imposer à Newcastle), mais restaient très fragilisés par un début de saison catastrophique. Et on ne parle pas de Chelsea, actuel 11ème en Premier League, après s’être inquiété pour son maintien…

Pas question de dire que le Real ne méritait pas la demi-finale, mais…

Bien sûr, il n’est pas question de dire que le Real ne méritait pas sa présence en demi-finale, mais on a vu les Madrilènes trop beaux. Eux-mêmes se sont sans doute vus trop beaux, pour débarquer à l’Ethiad, affronter ce Manchester City (qui vole depuis plusieurs semaines), avec un milieu de terrain vieillissant et pas prêt à résister à la pression.

Un aveuglement incroyable chez un coach expérimenté comme Carlo Ancelotti, qui s’est trompé dans sa composition d’équipe. Notamment en mettant Camavinga à gauche (au supplice face à Bernardo Silva, alors qu’on a vu en deuxième période qu’il pouvait apporter au milieu). ET sans doute aussi en laissant Tchouaméni sur le banc.

Une chose est sûre : la claque de l’Ethiad a sonné la fin de la génération Kroos, Modric, Carvajal (dépassés et tous sortis en cours de matchs par Ancelotti) et pointé du doigt la succession de Benzema, qui fait sa moins bonne saison depuis 5 ans.

Le Real Madrid s’est endormi sur ses lauriers

Alors que la question de la succession de Carlo Ancelotti paraissait résolue (avec l’Italien pour se succéder à lui-même), la voilà relancée. A aucun moment celui qui avait tout gagné l’année dernière, n’est apparu en mesure de changer le cours du match.

Certes, Manchester City a évolué à un niveau rarement atteint par une équipe en demi-finale de Ligue des Champions, mais on pouvait espérer une meilleure opposition. 

Carlo Ancelotti n’est pas le seul fautif. Hier, la différence entre les bancs de touche était abyssale. Asensio, Vazquez, Rüdiger, Ceballos et Tchouaméni sont entrés en jeu côté Real, contre Foden, Alvarez et Marhez à City. Ancelotti ne disposait d’aucune solution offensive !

Sûr de lui après deux magnifiques saisons, le Real s’est endormi sur ses lauriers et a oublié d’évoluer. Trop confiants, les Madrilènes ont explosé en vol.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi