lundi 24 juin 2024

Ligue Europa : le rayon de soleil de l’OL

À lire

L’Olympique Lyonnais a une drôle de manière de construire sa saison. Empêtrés à une neuvième place de championnat, les Gones ont néanmoins un petit rayon de soleil en Ligue Europa. Pourtant, après 98 minutes de jeu, Lyon peut regretter son impuissance et son manque de créativité. Pourtant, les Gones ont heureusement leur destin entre leurs pieds. Lyon a quand même l’art de saborder son tableau saison 2021-2022.

Les 1200 supporteurs lyonnais connaissent trop bien leur club cette saison pour être prêt à tout. Autant Lyon donne à manger du caviar-champagne, autant, cela peut ressembler à des restes de salami dans l’assiette. La saison de Lyon ressemble curieusement à un mélange entre le mariage et le divorce, tant la déception est grande.

Le match de West-Ham confirme un Lyon aux deux visages. Globalement dominant dans tous les compartiments du jeu mais capable de couler le navire sur une faute de navigation. Cette fameuse deuxième mi-temps, les Gones ont cru offrir de nouvelles sueurs à leurs supporteurs.

À l’mage de cette erreur de Gusto, puis de Boateng, Lyon a relancé le disque sur son vinyle du match contre Angers. Les amateurs de foot ont bien cru pendant que Payet envoyait une patate dans la lucarne du gardien grecque, que Lyon allait tout perdre.

Pourtant, à son image, Lyon a cette faculté de rugir quand il l’entend. Il a fallu le but des Hammers pour revenir au score et conserver cette série d’invincibilité.

Au sein du London Stadium, Peter Bosz devient le second entraineur après Gérard Houiller à rester invaincu après 9 rencontres européennes. De quoi offrir une fin de saison de rêve à l’OL.

Tetê, Ndombélé, le duo gagnant de Lyon

Dans cette nuit anglaise, Lyon ne pouvait se rater. Après un match poussif contre Angers, l’OL a accéléré timidement. L’égalisation sur un bon mouvement de Tete et Ndombélé à la conclusion a éveillé la soirée lyonnaise.

Mais Lyon a du mal à devenir dangereux, sa ronronne devant la surface ; le manque de mouvement, une percussion aux abonnés absentes et la volonté de passer par l’axe arrange West-Ham. Sans solution Lyon a buté sur des Anglais courageux. Et encore, on se demande si les 8 minutes de temps additionnel serait suffisante.

Lyon a démontré toutes ses limites sur un match très largement à sa portée. Car les Gones craignait cette équipe invaincue à la maison. Il faut dire que c’est une petite surprise de voir les Hammers loin de leur standard.

Pour Lyon, c’était l’occasion à saisir pour se mettre à l’abri. Derrière un match frustrant, il y a quelques parts d’ombre au tableau et de la lumière aussi.

Tete et Ndombélé ont réalisé un match plein pour le premier, une entrée décisive pour le second. Tete a remplacé Kadewere dans le rôle de super sub. Virevoletant sur son côté, le Brésilien a donné du peps sur le côté droit lyonnais.

En remplaçant Romain Faivre, trop léger encore en Coupe d’Europe, le brésilien a mis son talent au service de l’OL.

Aouar et Gusto dans le tempo, Lopes vigilant

On a retrouvé Houssem Aouar à Lyon. Le Lyonnais a fait preuve d’une grande maîtrise face au jeu. Bien qu’il manque encore explosivité pour faire la différence individuellement.

HA8 a prouvé par son jeu simple, sa qualité de passe qu’il lui reste bien des années. À 24 ans, le lyonnais devra faire encore plus pour retrouver une place de titulaire. Il profite de l’absence de Maxence Caqueret pour jouer plus bas. Houssem Aouar a livré l’un de ses plus beau match de football sous la tunique lyonnaise. il ne manquait que le but.

Son compère, Malo Gusto a livré une partition très propre. Solide défensivement et aidé par Romain Faivre, il a bloqué son couloir avec brio. Sa seule erreur fatale sera sa passe qui amène le but de West-Ham. La grande ombre au tableau d’un joueur de 18 ans. Gusto a été efficace et son apport offensif fut intelligent. En reléguant Léo Dubois sur le bannc, Malo Gusto s’installe un peu plus sur le côté droit lyonnais. Les Gones préparent l’avenir.

Anthony Lopes réalise sans aucun doute sa meilleure saison avec l’OL. Discret et très mâture dans son jeu, le Lyonnais a sauvé son club à deux reprises. Il ne peut rien sur le but des Anglais.

Paqueta et Boateng hors-jeu, Bosz coaching gagnant

Lucas Paqueta et Jérôme Boateng ont un adjectif commun, la fébrilité. Le premier marque le pas depuis quelques semaines. Il est vrai que l’enchainement des matchs pour le Brésilien commence à peser dans les chaussures. Son déchet inhabituel dans les passes et le changement de rythme témoigne d’un coup de mou pour l’Auriverde.

Son compère de la défense, Jérôme Boateng a vécu un calvaire sur les 90 minutes. De retour de blessure, l’Allemand a souffert dans les premières relances. Il est coupable sur le but de West-Ham en taclant le ballon alors que Lopes aurait pu le capter.

De retour sur le banc des Gones après sa suspension contre Angers, Peter Bosz a changé ses joueurs après l’ouverture du score de West-Ham. Il a appliqué le même changement que Caçapa quelques jours plus tôt. Ainsi, Tete a donné raison à son entraîneur. Il opte pour le retour de Denayer qui livre une rentrée pertinente ; avec de bonnes interventions dans l’entre-jeu et un positionnement très offensif pour un défenseur central. Un excellent retour pour la fin de saison lyonnaise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi