mardi 23 juillet 2024

Lilian Calmejane (AG2R) : « Une équipe qui a la culture World Tour »

À lire

À l’instar de Romain Bardet, Lilian Calmejane a quitté l’équipe qui l’a révélé. L’Albigeois arrive chez AG2R Citröen avec ambition et l’envie de relancer sa carrière.

Comment et quand avez-vous pris la décision de quitter Total Direct Energie après tant d’années chez eux ?

Dans une carrière, il faut faire des choix, prendre des chemins différents parfois. Tout est allé très vite pour moi au début de ma carrière. Je n’étais pas forcément destiné à une carrière professionnelle. Vendée U m’a donné ma chance. J’étais dans la réserve de Direct Energie tout en poursuivant mes études.

J’ai tout appris avec Jean-René Bernaudeau, il m’a façonné pour être un bon coureur professionnel. J’étais en fin de contrat, en 2019, je m’étais déjà posé des questions. J’avais prolongé de deux ans, mais j’avais une clause de départ.

Aviez-vous absolument envie de rester en France ?

J’étais ouvert. Je n’étais pas dans une démarche de changer radicalement. À 28 ans, je me suis dit que c’était le bon moment de partir chez AG2R qui me suit depuis mes années amateurs.

« Pas là pour faire oublier Romain »

Pourquoi votre choix s’est porté sur AG2R ?

J’aime leur sens du collectif, le fait aussi qu’ils me suivent depuis longtemps a beaucoup compté. Les garçons ont des profils intéressants et variés, c’est intéressant. C’est une équipe qui a la culture World Tour, qui peut jouer son vatout sur tous les terrains.

Vu le recrutement, elle semble quand même plus tournée vers les classiques que les grands Tours, non ?

Oui, c’est sûr, mais les Tours restent des compétitions importantes où on aura aussi à cœur de se montrer, jouer des étapes de baroudeur. Mais, pour le général, ce sera plus compliqué, c’est sûr.

Vous allez devoir faire oublier Romain Bardet. Avez-vous de la pression supplémentaire sur les épaules ?

Non. Romain Bardet n’est pas n’importe quel coureur, il est l’une des quatre têtes d’affiches du cyclisme français avec Julian, Warren et Thibault. Il est le dernier français à avoir fait podium sur le Tour. Il est irremplaçable, il focalisait toute l’attention au sein de l’équipe et c’est bien normal, il avait les résultats qui allaient avec. J’arrive avec mes qualités et avec l’objectif d’apporter ma pierre à l’édifice pour faire gagner l’équipe.

> Retrouvez cette interview et la présentation de toutes les équipes pour 2021 dans le magazine Le Sport Vélo, en vente ici ou chez votre marchand de journaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi