jeudi 25 avril 2024

L’inexorable déchéance du Brésil

À lire

Niveau de jeu inquiétant, pas qualifié pour les JO, en grand danger pour la Coupe du Monde 2026, un sélectionneur nommé dans la confusion… le Brésil continue sa chute inexorable. 

Entre la Seleçao et l’équipe olympique (U23), les performances déçoivent. Avec sa défaite contre l’Argentine U23 dimanche dernier (0-1), la jeune garde brésilienne a fini troisième de sa poule, derrière le Paraguay et les Argentins. Les Jeux olympiques se feront donc sans les Auriverde. Un vrai coup dur pour les doubles tenants du titre, qui n’avaient plus connu cette désillusion depuis 2004, en vue des JO d’Athènes (le Brésil avait perdu en finale en 2012). Le Brésil, tombé à la 5ème place du classement FIFA, est loin de sa gloire d’antan, et ça se sent. À tous les étages, des U18 jusqu’aux A, le niveau des sélections brésiliennes se détériore d’année en année…

La participation du Brésil à la Coupe du Monde 2026 est menacée !

Les Brésiliens avancent-ils lentement, mais sûrement vers leur déchéance ? Il est encore trop tôt pour en être certain. Mais une chose est sûre, l’époque du grand Brésil, des Ronaldo, Ronaldinho ou encore Rivaldo est désormais bien loin. À l’image des U23, les A sont tout sauf fringants. C’est simple, depuis le Mondial 2022, les hommes de Fernando Diniz (sélectionneur intérimaire) n’ont gagné que 3 matchs sur 9. Dans les matchs de qualification à la Coupe du Monde, la Seleçao a pris seulement 7 points (sur 18 possibles), et pointe actuellement à la 6e place (sur 10). Leur dernier match s’est soldé par une défaite 1-0 contre l’Argentine de Messi, en novembre dernier. 

LIRE AUSSI : LIGUE DES CHAMPIONS, le PSG n’aura aucune excuse

Les Auriverde sont donc pour l’instant en position de derniers qualifiés, mais le Paraguay (actuellement barragiste) et le Chili n’ont que 2 points de retard. Le 4 septembre prochain, après la Copa America, le Brésil jouera un match primordial contre l’Equateur (5e), dans la course à la qualification. Une rencontre à gagner à tout prix pour la sélection quintuple championne du monde, si elle veut chasser le prisme d’une non-participation à la Coupe du Monde, ce qui serait une première dans son histoire, et une catastrophe au pays.

Après une transition mal négociée, une icône brésilienne arrive aux manettes

La succession de Tite n’a rien arrangé. Alors que la Confédération brésilienne de football (CBF) attendait Carlo Ancelotti au poste de sélectionneur à l’automne 2023, le technicien italien avait affirmé vouloir aller jusqu’au terme de son contrat avec le Réal, en juin 2024. La porte restait toutefois ouverte pour une arrivée d’Ancelotti cet été, à l’aube de la Copa America. Mais c’était sans compter sur la prolongation de “Don Carlo” chez les Merengue, jusqu’en 2026. Un retournement de situation qui a obligé la CBF à revoir ses plans, et trouver une solution de secours.

Pour assurer l’intérim, le choix de la CBF s’est porté le 5 juillet dernier sur le Brésilien Fernando Diniz. S’il a du succès avec Fluminense, où il a notamment remporté la Copa Libertadores en 2023, ses six premiers matchs avec la Seleçao sont de moins bonne facture. Son bilan est négatif, avec seulement deux victoires (contre la Bolivie et le Pérou), pour un nul (contre le Vénézuéla), et trois défaites (contre la Colombie, l’Uruguay et l’Argentine). 

Jongler avec sa casquette de coach de Fluminense, et celle de sélectionneur du Brésil ne doit pas être une tâche facile. Il est alors légitime de se demander si la CBF a fait le bon choix, puisque la sélection quintuple championne du monde n’est pas dans une position idéale pour s’assurer une place à la Coupe du Monde 2026. En janvier, la CBF met fin à l’intérim de Diniz, et annonce l’arrivée du nouveau sélectionneur. En vue des prochaines grosses échéances, c’est Dorival Junior (61 ans) qui prendra les rênes de la Seleçao. Méconnu en Europe, il dispose d’une très bonne cote au pays du football. L’ex-coach de Sao Paulo a notamment remporté trois coupes du Brésil et une Copa Libertadores. Parviendra-t-il à redresser la barre à partir de cet été ? Seul l’avenir le dira.

Adrien Viricel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi