jeudi 13 juin 2024

Loïc Rémy, le pari perdu du Stade Brestois

Brest - Nantes (21h)

À lire

Le 30 janvier dernier, à la recherche de toutes les solutions pour renforcer le groupe en vue du maintien, le Stade Brestois (premier non relégable, à 4 points de Nantes, 13ème, après 20 journées) espère faire un bon coup, en recrutant Loïc Rémy.

Sans club depuis son départ de l’Adana Demirspor, en juillet 2022, l’international français (30 sélections), qui avait fait une dernière belle apparition en Ligue 1 (8 buts en 24 match avec Lille, lors de la saison 2019/2020) avant de filer en Turquie, signe à Brest dans l’anonymat.

L’objectif était de le faire jouer à partir du mois d’avril

Objectif avoué : lui laisser le temps de retrouver une condition physique potable, pour qu’il puisse participer à l’opération maintien, à partir du mois d’avril.

Mais nous sommes au mois de mai, il reste 6 matchs à jouer, et la possibilité de voir le double champion de France avec Lyon (2007 et 2008), puis champion d’Angleterre  avec Chelsea (2015), porter un jour le maillot de Brest est de plus en plus faible.

A LIRE AUSSI : Lens prêt à remettre l’OM à sa place ?

Il y a encore quelques semaines, Eric Roy était lucide, mais optimiste. « Il n’est pas prêt, il ne le sera pas dans les quinze jours. Mais on va l’emmener et on se dit que ce sera peut-être la cerise sur le gâteau sur les derniers mois. On est très lucides. Je sais ce que c’est que s’entraîner sans être dans un groupe ».

De son côté, le joueur de 36 ans affichait sa motivation en posant le pied en Bretagne « J’ai l’âme d’un compétiteur. Je ne suis pas venu en vacances, même si la Bretagne est une très belle région (…) je me vois continuer encore. J’ai eu le temps de réaliser que le foot me manquait encore pendant ces huit mois-là. J’ai toujours fait ça depuis tout petit ».

Payé 10 000 euros par mois pour entraîner les jeunes

A 6 journées de la fin de la saison, l’attaquant de 36 ans n’arrive toujours pas à obtenir un niveau suffisant pour intégrer le groupe. Trois mois après son arrivée, il n’a toujours pas fait son apparition sur les terrains de Ligue 1, ni même dans le groupe du Stade Brestois.

« Il a toujours des douleurs à un mollet, il a une vieille fibrose qui lui fait mal », expliquait Eric Roy, en avril dernier. Le staff médical du Stade Brestois fait le nécessaire de son coté pour essayer de sauver sa fin de saison « On essaie de le faire monter en intensité avec des courses à haute intensité, mais il n’est pas encore apte à s’entraîner avec le groupe. On espérait que ça aille plus vite. C’était un deal gagnant-gagnant, mais je ne sais pas si on arrivera à le relever ».

En attendant, Loïc Rémy perçoit un salaire fixe de 10 000 euros (agrémenté de primes éventuelles). Pour le justifier, le joueur formé à Lyon, encadre les jeunes du centre de formation au quotidien. Ce soir, c’est encore des tribunes qu’il suivra le match décisif entre Brest et Nantes. Si Brest l’emporte, puis parvient dans la foulée à arracher son maintien, Loïc Rémy n’y sera pour rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi