dimanche 2 octobre 2022

Les vérités de Luc Abalo : « Elverum a tout relancé ! »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Luc Abalo (36 ans) se livre sans filtre sur son nouveau challenge en Norvège alors qu’il était à deux phalanges de raccrocher. Il évoque aussi, sa carrière, ses années PSG et l’équipe de France avec laquelle il espère encore beaucoup gagner. 

Pourquoi avoir fait le choix de signer un an à Elverum en Norvège ?

Pendant le confinement, après l’annonce du report des JO, j’ai pris la décision de continuer. Elverum a montré beaucoup d’intérêt. Quand quelqu’un est motivé, il faut le suivre dans son entreprise. Elverum cherche à monter un grand club. J’ai toujours été attiré par la culture nordique que ce soit la Norvège, la Suède, le Danemark. Je me suis toujours dit que si j’avais la possibilité un jour de jouer là-bas je le ferai. C’est tombé comme ça. Je suis très content. 

La culture scandinave a donc prévalu sur l’offre du Dinamo Bucarest…

Exactement. L’emplacement de Elverum a beaucoup joué. La Roumanie m’intéressait aussi beaucoup, mais il fallait faire un choix. 

Sinon vous auriez arrêté votre carrière. 

Tout à fait. Cela fait longtemps que j’évolue à haut niveau. J’ai disputé mon premier match de hand à 16 ans. J’ai joué à Ivry pendant de belles années. On faisait partie des équipes de haut de classement. J’ai ensuite joué à Cuidad Real. Je dispute donc cette Ligue des Champions depuis des années avec beaucoup de matches. Le rythme est élevé. Mais j’aime faire aussi beaucoup de choses à côté. Je ne voulais pas forcément arrêter le hand quand je ne pourrai plus courir, mais plutôt quand j’en aurai fait le tour. C’est bien de partir en Norvège. Ce nouveau départ me redonne une grosse motivation. Le fait de changer de championnat relance tout. J’ai maintenant envie de voir comment cela joue là-bas et comment cela travaille. Je veux découvrir autre chose en profitant de leur énergie. 

« Paris, c’est ma ville »

Luc Abalo

Après tant d’émotions vécues avec le PSG dans quel état d’esprit avez-vous quitté ce club ? 

J’ai quitté le PSG avec beaucoup de joie. Je suis né à Ivry-sur-Seine. J’ai grandi à Paris. C’est ma ville. J’ai pu profiter de ma famille et du handball. Le PSG est parfaitement tombé à une période de ma vie. Je suis reconnaissant envers ce club. J’ai été très attaché à mes équipiers aussi. Un club, ce sont les gens qui le composent. Quitter des gens pour lesquels on a de l’affection c’est toujours dur. 

Auriez-vous aimé rester à Paris ? 

Pas forcément. Je comptais arrêter donc… (rires) Tout a une fin. Je savais qu’un jour je ne jouerais plus à Paris. Je savais qu’un jour j’arrêterais de jouer au hand. Et un jour je vais arrêter de vivre. On aimerait tous être immortels. Mais mieux vaut avoir une belle fin. Si on avait pu gagner cette Ligue des Champions, la fin aurait été belle. Donc cette issue devait arriver un jour. J’aurais surtout aimé remporter cette Ligue des Champions avec Paris au-delà de continuer. Car continuer un an pour continuer, quel intérêt si ce n’est d’aller au but ultime ? Je joue en équipe de France et dans un club grand club depuis très longtemps. C’est beaucoup de pression tout le temps. Dès que vous jouez un match, c’est le plus important de votre vie car il faut le gagner. Et quand on en joue autant, on veut aussi voir autre chose. 

« J’AIMERAIS QU’ON AILLE EN FINAL FOUR AVEC ELVERUM »

Luc Abalo

Vous êtes multi-titré. Quel serait votre dernier rêve en tant que handballeur ?

J’ai envie de faire une superbe saison avec ce club et qu’on aille le plus loin possible. Puis, il y a l’équipe de France aussi… 

Qu’en attendez-vous ? 

Les douze mois qui arrivent s’annoncent très intéressants. Il y a un super Mondial qui se joue en Egypte. Ce sera une belle fête. J’espère qu’on le gagnera. Ainsi que toutes les compétitions qui arrivent. Mais cela ne sera pas simple. 

Comment voyez-vous évoluer cette équipe de France ? C’est un nouveau cycle qui démarre avec un nouveau sélectionneur et des jeunes. 

Les jeunes sont là au moins depuis trois ans. Ils ne sont donc pas nouveaux. J’espère surtout que toutes les défaites subies ces trois dernières années ont fait grandir l’équipe. Je souhaite qu’on y aille pour tout casser ! 

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi