jeudi 2 février 2023

Mads Pedersen (Trek-Segafredo) : « Mon titre de champion du monde m’a donné confiance »

À lire

Mads Pedersen a réalisé une belle saison 2022. Propulsé leader de Trek-Segafredo, le Danois n’a pas déçu, il assume son statut, se comportant en grand frère pour la jeune génération de coureurs qui émerge. Il nous parle de ses objectifs et de l’équipe.

On a l’impression que dans votre carrière il y a eu un avant et un après titre de champion du monde. Depuis votre sacre en 2019, vous paraissez plus régulier. Etes-vous d’accord ?

Oui, c’est possible. Une chose est sûre, quand je suis devenu champion du monde, ma vie a changé. Du jour au lendemain, les journalistes voulaient tous me parler, tout connaitre sur moi, même des choses hors cyclisme. Je ne comprenais pas que les gens puissent s’intéresser à des choses autres que mon métier. Au Danemark, les gens me reconnaissaient, m’interpelaient. Tout cela m’a fait grandir et ce titre m’a donné confiance.

Mads Petersen en grande confiance

Vous êtes leader d’une équipe où il y a beaucoup de nationalités. Est-il facile de créer un collectif compétitif ?

Oui, on le voit avec les bons résultats. C’est enrichissant d’avoir différentes cultures. On a aussi quelques jeunes qui découvrent le World Tour. Ils sont très motivés. Trek-Segafredo fait du bon travail de formation.

Vous avez gagné beaucoup de courses. Y’en a-til une qui vous fait rêver ?

Paris-Roubaix me fait rêver. C’est une course mythique du calendrier et je pense que c’est celle qui correspond le mieux à mes caractéristiques de coureur.

« Paris-Roubaix me fait rêver »

Quels sont vos objectifs personnels désormais ?

Ce que je recherche avant tout, c’est d’avoir de la régularité sur l’ensemble de la saison. Il n’est pas facile d’enchaîner les performances à un très haut niveau, mais je travaille pour y parvenir.

Vous avez été champion du monde, Jonas Vingegaard a gagné le Tour de France. Quel regard portez-vous sur l’évolution du cyclisme danois ?

C’est un pays de passionnés, l’engouement au départ du Tour de France en est le meilleur exemple. Les dirigeants travaillent bien notamment au niveau de la formation et les résultats des professionnels poussent les jeunes à travailler encore plus.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi