samedi 28 janvier 2023

Marcus Thuram : de Neuilly à M’Gladbach, pour arriver chez les Bleus

À lire

S’il est né à Parme en Italie, à l’époque du passage de son père Lilian au Parme AC, l’attaquant des Bleus, Marcus Thuram (25 ans) a bien été formé en France, à l’Olympique de Neuilly. A quelques encablures de Paris, la présence de l’ainé des frères Thuram dans le groupe France fait la fierté de tout un club et notamment de son président.

Marcus Thuram a dû longtemps garder en mémoire la date du 5 novembre 2020, lorsque le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps l’a convoqué pour la première fois en Bleus. Cette première sélection, qui en a appelé d’autres, continue de faire la fierté de son tout premier club ; l’Olympique de Neuilly. Arrivé en 2007 en même temps que son frère Khéphren car habitant à l’époque à Neuilly, il a rapidement impressionné le président du club, Jean-François Dunatte :

« Il avait quelque chose de plus que les autres. D’abord parce qu’il était très impliqué dans le jeu, il s’amusait, en même temps il avait cette facilité technique, la puissance nécessaire. Il était particulier, il avait des qualités qui ne correspondaient pas à tous ses camarades, il était au-dessus. Je n’imaginais qu’il ferait un tel début de carrière parce que c’est quand même beau, il n’en est qu’au début car il est de1997, Il a 25 ans, il a encore de belles années devant lui. Jusque-là, son parcours est remarquable. »

« Il avait quelque chose de plus que les autres »

L’Olympique de Neuilly est un club de région parisienne actuellement au plus haut niveau de district et qui aimerait retrouver le niveau régional : « On est actuellement au meilleur niveau du district, on est en senior, je voudrais qu’on aille en ligue au niveau régional. On a les capacités pour le faire, on a été en niveau régional dans nos équipes de jeunes il y a quelque temps. Notre premier objectif est de retrouver à chaque niveau la ligue au niveau régional. »

Le club compte actuellement 28 équipes de tous niveaux, notamment chez les plus jeunes avec des équipes des U10 aux U19, des catégories qu’a pu connaître en partie le jeune Marcus. Le club a également compté dans ses rangs le frère de Marcus, Khéphren, ainsi que l’ancien joueur d’Amiens et d’Angers Harrison Manzala aujourd’hui à Petrolul en Roumanie.

Un frère que Jean-François Denatte avait trouvé « un peu plus enjoué que son aîné, un peu plus technique. (..) Il avait beaucoup de talent technique. » Après trois ans à Neuilly, Marcus Thuram a quitté le club pour rejoindre un autre club francilien, l’ACBB à Boulogne-Billancourt. Le président neuilléen se rappelle ce départ :

« Il fallait qu’il change de niveau. Il a fait ses gammes chez nous, il est arrivé en 2007 donc à l’âge de 10 ans. Marcus Thuram a appris l’essentiel des techniques de base chez nous, à Boulogne ils étaient plus axés sur le monde professionnel ».

Marcus Thuram s’éclate en Allemagne

Après un passage à Sochaux, où il signe son premier contrat, puis Guingamp, Marcus signe au Borussia Mönchengladbach en juillet 2019. Ces différents transferts permettront d’ailleurs à son club formateur de récolter des commissions au titre de la formation d’un joueur professionnel.

« On a touché un petit peu d’argent sur ses quelques transferts, on a perçu une somme quand il a pris son premier contrat professionnel et quand il est parti en Allemagne (à Mönchengladbach, Ndlr), on a pris un petit peu grâce aux commissions ». Le président de l’Olympique de Neuilly a aussi souhaité montrer que ces sommes étaient reversées dans la formation des jeunes et l’encadrement technique du club des Hauts-de-Seine :

« A Neuilly, on est très axé sur la qualité de la formation, on essaye de développer un encadrement important, de former les cadres. Quand on touche de l’argent qui vient d’ailleurs des cotisations on investit essentiellement dans la formation de nos cadres. C’est ce que nous avons fait avec les transferts de Marcus. »

Marcus dans les pas de Lilian

L’Olympique de Neuilly a également été mis à l’honneur lors de la photo de groupe de l’équipe de France, prise au camp de base au Qatar, où les Bleus posaient tous avec le maillot de leur club formateur dont Marcus Thuram posant évidemment avec le maillot de… l’Olympique de Neuilly. Une photo qui trône fièrement dans les locaux du club comme le confirme son président :

« C’est une fierté (…) la photo est affichée dans notre club-house. Les joueurs sont fiers, mais aussi les dirigeants, les cadres et moi-même le président, on est tous fiers. » C’est en Allemagne, à Mönchengladbach, qu’il va se révéler aux yeux de la France et de l’Europe, lui ouvrant à terme les portes des Bleus en 2020.

Marcus Thuram a gagné ses galons en Bleu

La première sélection en Bleus de Marcus Thuram fut un souvenir mitigé, ayant eu lieu lors d’une défaite en match amical contre la Finlande au Stade de France (0-2). A cette occasion, le néo-international avait tenu à glisser dans une vidéo un petit mot à son premier club :

« Un gros bisou à l’Olympique de Neuilly, je ne vous oublie pas, on se voit bientôt ! ». Marcus Thuram reste un exemple pour les jeunes du club de Neuilly, qui sont de plus en plus nombreux à vouloir s’inscrire afin de suivre ses pas : « On a énormément de demandes de jeunes. On ne peut pas satisfaire tout le monde ! » Un effet Marcus Thuram très certainement. Un Marcus qui n’a jamais oublié d’où il venait et reste très accessible :

« Je sais qu’il prend de temps en temps des nouvelles du club, qu’il s’intéresse encore à la vie du club » se félicite Jean-François Dunatte. Ce passage à Neuilly reste une fierté pour le club des Hauts-de-Seine :

« Bien évidemment c’est beaucoup de fierté, on est très fier. Les éducateurs qui ont eu la chance de l’avoir dans leur groupe sont fiers aussi. C’est une belle histoire pour l’Olympique de Neuilly, c’est une belle image pour notre club, notre municipalité, pour les relations avec la mairie de la ville et d’une manière générale pour l’histoire du club. »

Un président qui espère voir son ancien protégé revenir un jour à Neuilly, qui sait avec la médaille de champion du monde autour du cou… En attendant, le président et les éducateurs continuent leur travail auprès des jeunes afin qu’ils continuent à prendre du plaisir et trouver un jour le nouveau Marcus Thuram digne fils de son père champion du monde en 1998 un an après sa naissance.

Olivier Rivaud

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi