mardi 25 juin 2024

Kylian Mbappé et le PSG, une dépendance dangereuse

PSG - Lorient (20h45)

À lire

Depuis qu’il est Parisien, jamais il n’avait paru aussi indispensable au jeu du PSG. Malgré la présence de Messi et de Neymar, seule l’arme Mbappé aura été vraiment efficace cette saison. Jusqu’à rendre cette dépendance dangereuse pour l’avenir d’un club qui n’a pas de plan B sinon dans son incomparable puissance financière.

Sans lui, le PSG serait-il encore en position d’être champion de France ? Rien n’est moins sûr. Car les stats ne mentent pas. Avec lui, l’équipe de Pochettino a marqué une moyenne de 2,3 buts par match, sans lui le pourcentage tombe à 0,8 but. Impliqué dans la moitié des buts parisiens cette saison, meilleur buteur et meilleur passeur de l’équipe, il porte seul, son jeu offensif masque toutes ses lacunes dans une animation qui ne sait pas emprunter d’autres chemins que le sien pour aller jusqu’au but.

“On ne va pas se voiler la face, il y a un PSG avec Kylian et un PSG sans Kylian !” Avant de profiter du PSG sans Kylian pour gagner 1-0, et confirmer une tendance lourde à l’avantage des Niçois, Christophe Galtier avait résumé à sa manière la Mbappé dépendance d’une équipe qui avait perdu 6 de ses 16 derniers matches sans son meilleur buteur et qui, lorsqu’elle gagne avec lui, gagne souvent grâce à lui.

“Quand il n’est pas là, Paris ne gagne pas, Paris ne marque pas, Paris n’existe pas, approuve Pierre Ménès. C’est une Mbappé dépendance sur laquelle il va falloir travailler et corriger l’année prochaine. S’il reste, il faudra de toute façon qu’il y ait un autre attaquant à ses côtés pour le soulager. S’il ne reste pas, il faudra au moins en recruter deux autres pour compenser.”

N’est-ce pas normal de dépendre du meilleur joueur du monde ?

Pour tout ça et bien plus encore qui renvoient à la dimension populaire du joueur et à son attractivité commerciale, l’été qui arrive s’annonce capital pour l’avenir d’un club qui va devoir se réinventer pour espérer rester au sommet. Autant il pouvait parfois s’appuyer sur Cavani et Neymar les saisons précédentes, autant il a semblé bien seul pour envisager de former une nouvelle MNM. Les performances trop neutres de Messi, l’inconstance de Neymar, leur manque d’efficacité commune eu égard à leur statut (seulement 12 buts et 15 passes décisives à eux deux toutes compétitions confondues) ont contraint Mbappé à faire des miracles.

Il y est souvent parvenu, parfois en fins de rencontres, à la desesperado, de manière bien trop aléatoire pour la dimension d’un club qui a l’ambition de gagner la Ligue des Champions. En même temps, lorsqu’on a la chance d’avoir le meilleur joueur du monde, n’est-ce pas un peu normal de dépendre de son talent ? Messi a longtemps porté le Barça, comme Benzema ou CR7 portent ou ont porté le Real. Liverpool et City ne sont pas les mêmes sans Salah ou De Bruyne, le Bayern sans Lewandowski.

Mbappé grand gagnant de sa situation à Paris

Le problème avec le PSG tient à la nature ou au degré de cette dépendance, à l’absence totale de plan B quand bien même il possède trois des meilleurs joueurs. Dans sa logique du court terme, incapable de s’appuyer sur un vrai jeu collectif, une structure stable qui ne dépendrait pas que des individualités, mais qui déjà refusé pour prolonger la saison passée, avec en bonus une prime de 100 M€ nets d’impôts.

Sur une courte durée, jusqu’en 2024, cela permettrait à Mbappé de partir éventuellement en 2023, contre une indemnité de transfert, ou libre en 2024. Encore jeune, il est sensible aux arguments parisiens qui le poussent à marquer encore plus son temps, à aller chercher le titre de meilleur buteur de l’histoire (200 buts), cette Ligue des Champions qui finira bien par arriver un jour et peut-être de voir arriver un nouveau coach avec qui il rêve de travailler…

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi