jeudi 25 avril 2024

Mbappé : un business colossal à plus de 100 millions d’euros par an

À lire

Patron sur le terrain, Mbappé l’est aussi, de plus en plus, en dehors, pour gérer une carrière sportive qui dépasse largement les limites du football, en lien avec son père, sa mère, et sa principale conseillère, Delphine Verheyden, l’éminence grise d’un business familial florissant et très encadré.

Des 100 M€ de salaire annuel (environ 8 M€ par mois), tout de même taxés à hauteur de 43%, pour parvenir à ses 128 M€ de revenus annuels estimés, c’est avec les primes et les contrats publicitaires que Kylian Mbappé transcende économiquement ses fantastiques performances sportives.

Pour exploiter son formidable potentiel commercial et marketing, son image quasi immaculée, le salaire le plus élevé de la planète foot s’appuie sur cinq marques qu’il a déposées auprès de l’office de la propriété intellectuelle européenne, à l’instar de son prénom, de son nom, de ses initiales, KM, mais aussi de la célébration qu’il effectue le plus souvent après ses buts, avec les bras croisés sur sa poitrine et les deux pouces apparents (un geste que vous n’avez pas le droit de faire dans un cadre commercial qui peut vous faire gagner de l’argent !).

Il s’est aussi associé à des marques de vêtements, des bijoux, des ceintures, des jeux vidéo et même des jouets ou des lunettes. Lorsqu’il a lancé sa marque de lunettes avec la firme Oakley, le message transmis à ses fans sur les réseaux sociaux s’apparentait une vraie profession de foi : « Pour moi, être footballeur, c’est savoir l’importance de prêter attention à chaque détail. Avec cette même mentalité, j’ai créé ma nouvelle collection avec Oakley. »

Mbappé, un portefeuille d’entreprises XXL

Et il poursuivait dans la même veine : « De la même manière que j’ai ma propre philosophie de jeu, chaque modèle de lunettes a son propre style. » Aussi imparable qu’une reprise de volée en pleine lucarne, sa stratégie commerciale est en grande partie gérée par Delphine Verheyden, l’avocate qui gère ses intérêts avec ses parents.

Aussi efficace dans la négociation des contrats que discrète dès qu’il faut évoquer le business de son client le plus célèbre (elle a opposé une fin de non-recevoir à notre demande d’entretien sous le prétexte qu’elle ne collaborait pas « aux projets non autorisés »), l’éminence grise du clan Mbappé est le réceptacle de toutes les demandes de marques qui souhaitent s’associer à l’image du meilleur joueur du monde.

Et il ne se passe pas une semaine sans qu’elle soit sollicitée et donc obligée de faire un premier tri. C’est notamment elle qui a poussé Mbappé à refuser de participer aux opérations de marketing des sponsors de l’équipe de France en mars 2022 pour protéger et maîtriser son image.

Parce qu’elles remettaient en cause la cohérence d’une stratégie savamment orchestrée autour de cinq grandes marques, l’équipementier sportif américain Nike, l’horloger suisse Hublot, la maison de luxe française Dior, le jeu vidéo développé par EA Sports FIFA et donc le lunetier américain Oakley pour des gains totaux estimés entre 4 et 5 M€.

Les states déjà dans la poche !

Très présent sur le marché européen, Mbappé a déjà mis un pied sur le continent américain dans la perspective d’une Coupe du Monde 2026 paramétrée pour être le Zénith de sa carrière. Son séjour aux USA après son retour du Qatar en janvier avait des airs de tournée promotionnelle. Entre deux matches de NBA, il a pu prendre conscience de son énorme popularité au pays du soccer renaissant.

Il n’avait pas attendu 2023 pour apparaitre sur les écrans géants de Times Square à New-York avec les nouveaux crampons Air Zoom Mercurial imaginés par la marque à la virgule avec laquelle il est sous contrat. C’est en effet en juillet 2022 qu’il y avait lancé sa société de production, Zebra Valley, en grande pompe au micro d’ESPN :

« Le partenariat stratégique entre Zebra Valley et la NBA représente une étape importante pour rassembler les fans de foot et de basket autour de contenus premiums en racontant des histoires qui comptent. »

Un vrai discours de businessman aguerri… qu’il est devenu bien conscient de l’importance du marché US. En 2019 déjà, il avait répondu à l’invitation de son équipementier, Nike, pour assister aux finales NBA, se montrer sur la pelouse des Dodgers de Los Angeles et semer de petites graines qui n’ont fait depuis que grandir et le mettent en termes de marketing sur un vrai boulevard d’ici 2026.

Capable de s’exprimer en anglais comme en espagnol, de maîtriser sa communication à la perfection, Mbappé a tout pour devenir une vraie star internationale.

Sorare, son dernier investissement

Ce qui ne l’empêche pas d’investir aussi en France. Il est dernièrement entré au capital de Sorare, la marque de fantasy football avec ses cartes NFT des meilleurs joueurs et ses compétitions en ligne, en juin 2022, dans le sillage de Messi et Griezmann pour en devenir l’ambassadeur. Il s’agit de son premier investissement dans l’univers du Web3 pour un jeu qui cartonne et où sa carte unique a été achetée environ 416 000 euros par un (ou plusieurs) acheteur(s) anonyme(s) se faisant appeler « Team Bamby ». Pour l’occasion, Mbappé avait partagé une story sur Instagram où il est suivi par 100 millions il est le premier Français à atteindre ce chiffre de fans.

Le partenariat comprend aussi un soutien de Sorare à son association, Inspired By KM (IBKM), qui développe des projets éducatifs et aide des jeunes défavorisés à découvrir les opportunités offertes par la technologie Web3. La start-up française qui revendique 1,8 million d’utilisateurs dans le monde et est valorisée 4,3 milliards de dollars, fournit des formations, des conférences, du matériel et un diplôme spécial pour les jeunes avec lesquels travaille IBKM.

Mbappé donne toutes ses primes avec les Bleus

Après avoir versé à l’association Premiers de Cordée (au profit des enfants hospitalisés) sa prime de champion du monde 2018 (350 000 euros), il offre la plupart de ses gains glanés avec l’équipe de France à son association philanthropique, Inspired By KM (IBKM), qui développe des projets éducatifs pour des jeunes défavorisés en lien avec la technologie Web3. Créée en Seine St-Denis, Inspired by KM a déjà aidé une centaine de jeunes franciliens de 9 à 16 ans issus de milieux modestes.

Il n’oublie pas non plus d’où il vient, Bondy, sa ville natale qui a pu bénéficier d’un City stade gratuit offert par Nike en 2017 au moment de son transfert de Monaco au PSG, et d’une publicité indirecte, en 2019, avec une collection de chaussures, maillots, vestes et ballons déclinées par la marque à la virgule au nom de la commune du 93 : « Bondy Freams ». En même temps, en pleine pandémie mondiale, Mbappé a fait un gros don à la Fondation Abbé Pierre, le montant restant volontairement confidentiel.

Pendant le COVID, il a donné des milliers d’euros

Une chose est certaine, Mbappé reverse l’intégralité de ses primes internationales à des oeuvres ou associations caritatives, une différente à chaque match, après avoir trouvé un accord juridique avec la FFF pour leur envoyer directement sans passer par son compte bancaire. On parle quand même de plusieurs dizaines de milliers d’euros à chaque fois… Dans les colonnes du Time, en 2018, il expliquait sa philosophie en la matière :

« Je gagne assez d’argent, beaucoup d’argent donc je pense qu’il est important d’aider ceux qui sont dans le besoin. Beaucoup de personnes souffrent, ont des maladies. Pour des gens comme nous, donner un coup de main, ce n’est pas grandchose. Ça ne change pas ma vie, mais ça change la leur. Si c’est le cas, je le fais avec plaisir. »

L’engagement est authentique et confirmé par l’un des bénéficiaires, le directeur général de Premiers de Cordée, Sébastien Ruffin : « C’est un homme de paroles qui tient toujours ses engagements, bien plus que ce que nous aurions pu imaginer quand il a accepté d’être notre parrain. Et cela n’a rien à voir avec un coup de com car quand on le voit on ne doute pas de sa sincérité. » CQFD

Ses sociétés

KM MODE, décline son logo KM sur des vêtements, notamment des casquettes. Passionné de mode, il a créé une collection de lunettes de soleil personnalisées pour la firme Oakley avec une édition limitée, Deadbolt, inspirée des couleurs dorées du Ballon d’Or !

KM EDITION a déjà édité une BD signée Faro et intitulée « Je m’appelle Kylian » qui raconte sa vie.

ZEBRA VALLEY, société de production de contenus vidéo et de divertissement dans les domaines du sport, de la musique, de l’art, de la technologie et du gaming. Le premier contrat a été signé avec la NBA en 2022.

SAZILEY PROD, dans le domaine de l’audiovisuel avec sa mère, Fayza Lamari pour unique actionnaire. OHZORA, la SCI (société civile immobilière) familiale créée en 2020 KEWJF (les initiales de tous les prénoms de la famille) pour gérer ses droits à l’image, créée au printemps 2017 (avec un premier bilan positif de 1,196 M€ en 2018 qui est passé à 4,375 M€ en 2021 pour un chiffre d’affaires de 12 M€), dans l’optique de sa signature au PSG.

La société a pour objet la gestion, l’exploitation et la commercialisation des attributs de la personnalité et de sportif de haut niveau, ce qui implique ses produits dérivés proposés sur son site personnel officiel (hors partenariat avec ses sponsors, Nike notamment). Il est l’unique actionnaire d’une société présidée par sa maman et qui compte six salariés, deux cadres et quatre employés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi