jeudi 29 septembre 2022

Netflix au coeur du Tour de France

À lire

Ils attendaient tous ça et sont enthousiastes à l’idée d’être enfin les sujets d’un documentaire de Netflix. Ils, ce sont les directeurs sportifs et les coureurs du Tour qui se désespéraient presque de voir les caméras s’introduire dans l’univers du foot, du rugby, de la Formule 1… sans jamais s’intéresser vraiment aux coulisses du peloton.

Ce sera donc chose faite à l’issue de la 109ème édition du Tour de France grâce à Netflix qui n’a pas attendu le départ de Copenhague pour commencer à tourner. Depuis mars, les équipes du géant américain du streaming préparent un film qui sera diffusé début 2023 dans un format de huit épisodes de 45 minutes.

Huit formations professionnelles ont accepté de jouer le jeu en ouvrant leurs portes aux caméras (un caméraman et un preneur de son par équipe), seule l’UAE Team Emirates de Pogacar ayant refusé : BORA-hansgrohe, AG2R Citroën, Alpecin-Deceuninck, EF Education Easy-Post, Ineos Grenadiers, Groupama-FDJ, Quick Step Alpha Vinyl et Jumbo-Visma.

Récemment, Movistar a déjà collaboré avec Netflix pour un résultat final qui laisse deviner à quoi pourrait ressembler ce docu-série produit par Quadbox, une société créée et détenue par Box to box films le même producteur de « Drive to Survive » le docu sur la Formule 1 qui a cartonné et ouvert l’univers jusque-là assez clos des pilotes à un nouveau public.

Les équipes du Tour de France accueillent les caméras Netflix

« Si ça peut mettre en valeur des personnages au sein des équipes, à travers une scénarisation que va forcément rechercher Netflix, donc attirer de nouveaux publics, pourquoi pas, nous dit Marc Madiot, le boss de Groupama-FDJ. Ils vont monter ça comme un feuilleton, à nous de rester focus sur la compétition et d’essayer de rester le plus naturel possible. »

Rajeunir les fans de cyclisme, faire prendre conscience au grand public de la réalité d’une course de trois semaines, humaniser le peloton, déceler les rapports de force entre les leaders, mettre en avant le travail tactique des équipes, etc., en envoyant en début d’année ses équipes prendre contact au sein des formations concernées.

Netflix n’a rien laissé au hasard pour parvenir à créer ce lien de confiance indispensable à la création d’un film de cette nature. C’est du gagnant-gagnant qui a aussi son corolaire financier. Si aucun chiffre officiel n’a été communiqué, plusieurs médias anglo-saxons ont évoqué une enveloppe globale d’un million d’euros, 500 000 euros pour l’organisateur ASO et le diffuseur, France Télévisions, 500 000 euros à partager entre les huit équipes.

Mais l’enjeu est évidemment ailleurs pour un sport toujours associé au dopage et qui a tout à gagner à moderniser son image et qui ne peut pas rêver meilleur théâtre que le Tour de France pour y parvenir.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi