samedi 28 janvier 2023

Nicolas Tournat (Kielce, avant le Mondial) : « Écrire notre histoire »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Le pivot international de Kielce, Nicolas Tournat est impatient de jouer le Mondial, en Pologne, face à ses supporteurs et à son pays d’adoption ; la Pologne. Entretien réalisé pour Handball Magazine et Le Quotidien du Sport.

Comment se passe votre saison à Kielce ?

Pas trop mal. Les équipes nous attendent et veulent nous battre. On le ressent à chaque match. On affiche aussi nos ambitions. On a une équipe pour gagner la Ligue des Champions. On a une équipe capable de battre n’importe qui. L’an passé, cela s’est joué à deux doigts (défaite aux tirs au but, 37-35, contre Barcelone en finale, Ndlr).

Personnellement, comment vous vivez-vous cette expérience en Pologne ?

Je m’y sens bien. Ça commence à faire un petit moment que j’y suis (depuis 2020, Ndlr). En plus, il y a des Français qui sont arrivés (Nahi en 2021, Remili et Kounkoud en 2022, Ndlr). C’est plus facile.

Avez-vous trouvé tout ce que vous cherchiez ?

J’étais venu pour chercher une aventure passionnante. C’est le cas. En plus, je voulais jouer la victoire en Ligue des Champions. Le club peut y prétendre. Je suis heureux de pouvoir jouer dans une équipe capable de viser la victoire finale.

Le Nicolas Tournat de 2022 est-il plus fort que celui de 2020, meilleur pivot de StarLigue avec Nantes ?

C’est différent, mais il est vrai que je prends beaucoup d’expérience à Kielce. Je me sens mieux même si mon jeu est différent. Je me sens confiant aussi. Je pense que j’ai grandi.

Nicolas Tournat joue à domicile

Etes-vous prêt à enchaîner avec le championnat du monde ?

Cela va faire plaisir de jouer à domicile (sourire). Il faudra aller à Cracovie ou Katowice. C’est assez proche de Kielce. Les gens nous connaissent et nous apprécient maintenant. Mais je ne suis pas sûr que les supporteurs du club soient pour nous, d’autant plus que la Pologne est dans notre groupe… En tout cas, c’est excitant de commencer par un tel match. Depuis que le calendrier a été annoncé, on n’arrête pas de m’en parler. On en rigole aujourd’hui mais, le Jour J, ça rigolera moins.

Est-ce spécial de jouer une compétition internationale dans son pays d’adoption ?

Pas tellement. C’est juste que je serai plus motivé pour les gagner chez eux. Ça ne change rien pour moi. On doit gagner. Si on veut être champions du monde, on sait qu’il faut être sérieux et appliqués durant toute la compétition.

D’autant plus qu’il ne manque plus qu’une médaille dans un championnat du monde à votre collection…

On a un groupe rajeuni. C’est à nous d’écrire notre histoire. On a envie de montrer que l’on peut faire de grandes choses ensemble. On a l’équipe pour.

Que pensez-vous du groupe B avec la Pologne, l’Arabie Saoudite et la Slovénie ?

Il faudra éviter les pièges. Ce ne sont pas des petites équipes. Il faudra être concentré dès le début. On commence par un match piège contre la Pologne. Ils voudront nous battre et seront motivés à domicile. Une équipe qui reçoit est toujours plus forte.

Comment va l’équipe de France aujourd’hui ?

On reste sur deux bons résultats face à la Lettonie (35-18) et l’Italie (40-29). C’était sérieux avec du bon travail. On a une belle équipe.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi