jeudi 25 avril 2024

9 ans après, André-Pierre Gignac n’a toujours pas été remplacé : les 10 échecs de l’OM

À lire

Depuis le départ d’André-Pierre Gignac, en 2015, l’OM n’arrive pas à le remplacer. Batshuayi, Gomis et Balotelli auraient pu être son successeur, mais pour différentes raisons, ça n’a pas duré. Quant à Alexis Sanchez, il n’a jamais été un pur buteur. Retour sur les 10 joueurs qui se sont succédé, sans réussite, dans la quête du “Grantatakan”.

Michy Batshuayi (2014-2016) très bien vendu

En 2014, il est transféré du Standard de Liège pour 6 millions d’euros. Le jeune belge d’alors 20 ans débarque avec beaucoup d’espoirs placés en lui. Sa première saison, où il apprend aux côtés de Gignac, lui permet de devenir le chouchou du Vél’ grâce à ses belles sorties de banc. Pour l’exercice suivant, il doit prendre la succession d’APG, tout seul, comme un grand. Il a parfois été raillé pour ses brèves périodes d’inefficacité, mais, après deux saisons, il ressort avec d’assez bonnes stats en championnat (62 matchs 26 buts 9 passes décisives). Il finit même 4ème au classement des meilleurs buteurs de Ligue 1 en 2015/2016. Un total toutefois insuffisant pour faire de lui un grand 9 de l’OM. À l’été 2016, Chelsea aligne gros sur lui, et le fait signer pour 39 millions d’euros.

A LIRE AUSSI : l’OM en crise, Gattuso dans le déni

Bafétimbi Gomis (2016-2017), le regret de l’OM

Dans ce marasme qu’est le poste d’avant-centre à l’OM, il est sûrement l’une des plus belles éclaircies. Prêté par les Gallois de Swansea, Bafé succède à Michy avec brio. Sous les ordres de Franck Passi puis de Rudi Garcia, « La panthère » mène les Olympiens à la 5ème place en Ligue 1, lors de l’exercice 2016/2017. En une seule saison, le joueur formé à Saint-Etienne inscrit la bagatelle de 20 buts et 3 passes décisives en 31 matchs. Comme son prédécesseur, il termine 4ème meilleur buteur, à une unité de Falcao, mais loin de Lacazette et Cavani. Pas très inspirés, les dirigeants de l’OM décident de ne pas le signer définitivement, bien qu’en fin de contrat. Ils estiment que Bafé leur coûterait trop cher.

Konstantinos Mitroglou (2017-2021) la tête de Turc

Et pourtant, c’est un attaquant à 15 millions d’euros et gratifié d’un gros salaire qui prend la suite. À l’aube de la saison 2017/2018, les Marseillais signent Mitroglou, et voient en lui, enfin, le « Grantatakan ». Et s’il arrive de Benfica avec une assez belle cote, dans la cité phocéenne, elle va chuter. Souvent muet devant les cages adverses, le Grec devient la tête de Turc des observateurs, et même des supporters de l’OM. Il joue ses derniers matchs pour les Bleu et Blanc en 2019, portant son total en championnat à 12 buts, en 33 matchs. Un rendu qui n’est pas à la hauteur des attentes placées en lui lors de sa signature. Après divers prêts, il s’en va libre à l’Aris Salonique (Grèce), en 2021.   

Valère Germain (2017-2021), catalogué looser

Sur la même période, lui aussi n’arrive pas à convaincre le public du Vélodrome. Arrivé à l’été 2017, Valère Germain signe dans son club de cœur pour 8 millions, en provenance de Monaco (où il vient d’être champion de France). S’il arrive avec une moins grosse stature que Mitroglou, et des attentes moins importantes, le natif de Marseille va pourtant subir le même sort. Cible de nombreuses moqueries, il ne réussit pas à s’imposer sur la durée, malgré des débuts prometteurs. Il parachève son aventure marseillaise avec un total (en championnat) de 22 buts et 12 passes décisives en 120 matchs. Il part libre en août 2021, à Montpellier.

Mario Balotelli (2019), 6 mois et puis s’en va 

En Janvier 2019, l’OM tente l’incroyable pari Mario Balotelli. Alors que l’Italien se libère de son contrat à Nice (club dans lequel il a été excellent la saison précédente), il signe à l’OM, provoquant l’engouement des supporters phocéens. Mais l’aventure tourne court. 6 petits mois et puis s’en va, à l’issue desquels il inscrit 8 buts en 15 matchs de championnat. « Super Mario » quitte l’OM sans avoir vraiment marqué le club, et sans être devenu le grand avant-centre tant espéré. En août 2019, il s’engage libre avec les Italiens de Brescia.

Dario Benedetto (2019-2022) pas à la hauteur 

C’est en lui que les dirigeants placent leurs grands espoirs. À l’été 2019, le n°9 argentin débarque des Boca Juniors pour 14 millions d’euros, où il possède une très belle réputation. Fort de sa grinta et de son sens du but, tout laisse penser que Benedetto va parfaitement s’acclimater à l’OM, et sa mentalité si particulière. Mais la sauce ne prend pas vraiment, et devient rapidement, lui aussi, une déception. Bien qu’il marque quelques buts importants, l’Argentin commet quelques ratés, dont un pénalty contre le FC Nantes (pourtant sa spécialité), qui lui vaut quelques railleries. Il quitte définitivement l’Olympique de Marseille avec un bilan de 16 buts et 4 passes décisives en 60 matchs (championnat). À l’hiver 2022, il retourne à Boca pour 3 millions d’euros.

Arkadiusz Milik (2021-2023), un sentiment d’inachevé

Pour succéder à Dario Benedetto, les dirigeants phocéens jettent leur dévolu sur le Polonais Arkadiusz Milik. Prêté par le Napoli puis acheté à hauteur de 8 millions d’euros, Milik n’aura pas non plus laissé une grande trace à l’OM. Malgré les grands espoirs que les supporters avaient en lui, et ses 16 buts, 3 passes décisives en 40 matchs de Ligue 1, le passage du grand Polonais a l’arrière-gout d’un échec. Et c’est en partie lié à ses blessures à répétition. Après un an et demi à l’OM, Arek Milik retourne en Italie, à la Juventus, pour 7,3 millions d’euros. 

Alexis Sanchez (2022-2023) rallume la flamme, sans être un grand buteur

Comme Bafé Gomis, il est l’une des seules vraies satisfactions au poste de 9, depuis APG. Et comme Gomis, la belle histoire aura tourné court, ne lui permettant pas de devenir le grand successeur. Il passe seulement un an à l’OM. Le temps d’empiler 14 buts et 3 passes décisives en 35 matchs de championnat, et de gagner le cœur de ses supporters. Arrivé gratuitement de l’Inter à l’été 2022, il retourne libre chez les Interistes, l’été suivant.

Vitinha (Jan. 2023- janv. 2024), la catastrophe industrielle

Plus grosse recrue de l’histoire de l’OM, Vitinha est aussi, à l’heure actuelle, le plus gros échec au poste d’avant-centre. Arrivé pour 32 millions de Braga à l’hiver 2023, il n’arrive pas à s’imposer comme un grand buteur, et n’arrive pas à enchaîner les buts. Même s’il possède de nombreuses qualités (sa combativité, ses centres…), il est inefficace devant les cages. Ce qui l’amène à un maigre bilan de 5 buts et 2 passes décisives en 32 matchs de Ligue 1, et à un départ en prêt (avec option d’achat à 25 millions) au Genoa, cet hiver.

Pierre-Emerick Aubameyang (2023 à aujourd’hui), arrivé trop tard

Arrivé libre cet été de Chelsea, il est loin de sa gloire d’antan. Et si ses stats actuelles (6 buts et 7 passes décisives en 21 matchs de championnat) ne sont pas si horribles que ça, l’écart entre son niveau de jeu et les attentes placées en lui est édifiant, et agace plus d’un Marseillais. À l’aube de la 22e journée de Ligue 1, l’ancien stéphanois est pour le moment 10e meilleur buteur du championnat. Ce n’est donc sûrement pas lui qui succédera à Gignac.

Adrien Viricel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi