dimanche 23 juin 2024

OM : avec Matteo Guendouzi, les histoires d’amour finissent mal

À lire

Depuis ses débuts, en jeunes, au PSG, Matteo Guendouzi ne s’est jamais quitté en bon terme avec les clubs par lesquels il est passé. La faute notamment à un fort caractère.

2014 : un départ du PSG par la petite porte

Le début de la carrière de Matteo Guendouzi a été marqué par son passage au Paris Saint-Germain, où il a intégré le centre de formation en 2005, à l’âge de six ans. Il y a passé quasiment dix ans, avant de rejoindre Lorient en 2014. Selon les versions, c’est le Marseillais qui a voulu partir, ou le club qui ne lui a rien proposé. Selon son agent, c’est un peu des deux. « On a eu un choix à faire relativement tôt, et la situation contractuelle nous a permis de quitter le club à ce moment-là, car Matteo n’avait pas eu de proposition de contrat aspirant avant le 30 avril, dès la fin de l’année de son contrat » expliquait Philippe Nabe chez nos confrères d’Eurosport. « Donc on a pu partir à Lorient, mais c’était l’idée. Rejoindre un club plus modeste pour lui permettre de jouer le plus rapidement possible ».  

2018 : une fin de contrat gâchée à Lorient

Dès la fin de saison 2016/2017, alors qu’il n’a pas encore 18 ans, il fait ses débuts en Ligue 1, où il apparaît à 8 reprises. Sous les ordres de l’entraîneur Mickaël Landreau, il s’impose ensuite en Ligue 2, mais un nouveau couac va changer la donne. En fin de contrat en 2018, il refuse de prolonger et jouera jusqu’en janvier, avant que son statut contractuel (joueur libre) et ses problèmes de comportement, ne poussent Mickaël Landreau à le mettre à l’écart. En fin de saison, c’est presque avec soulagement que son entraîneur le voit partir. 

A LIRE AUSSI : Noussair Mazraoui en prêt, l’énorme coup de Pablo Longoria

« Il m’a fait chier, terriblement, il est très compliqué à gérer, il a parfois des comportements au sein d’un collectif qui sont très, très durs. Et ça veut dire que ses coéquipiers doivent l’accepter comme il est, parce qu’il est chiant au quotidien. Il est très chiant au quotidien mais à côté de ça, il a du talent », confiera l’ancien coach des Merlus, devenu consultant pour Canal+.

2020 : il est mis à la porte par Arsenal

Au cours de l’été 2018, Matteo Guendouzi pose ses valises à Arsenal, alors entraîné par Unaï Emery. Le jeune milieu de terrain a immédiatement conquis les supporters des Gunners par sa fougue et sa capacité à récupérer des ballons au milieu du terrain. Il enchaîne les titularisations en début de saison, formant avec Granit Xhaka un duo complémentaire. Ce sont ses performances avec les Gunners qui vont séduire Didier Deschamps qui s’intéresse de près à lui (l’appelant à plusieurs reprises sans le faire jouer), avant de lui offrir sa première sélection, en novembre 2021, alors qu’il est … au Hertha Berlin.

En effet, au fil des semaines, les relations entre le bouillant milieu de terrain et son entraîneur, Mikel Arteta (qui a succédé à Unaï Emery en décembre 2019), se sont tendues.

L’entraîneur basque lui reproche son manque de discipline tactique et ses prises de risque parfois excessives.

Matteo Guendouzi est également impliqué dans plusieurs incidents, notamment lors d’une altercation avec les joueurs de Brighton en décembre 2019, qui lui a valu une suspension de trois matchs, puis de nouveau quelques quelques mois plus tard, avec Neal Maupay (il est notamment photographié faisant un geste déplacé envers l’ancien Niçois, désormais à Brighton).

Le Marseillais sera suspendu par son club, mais, dément le fait que cette affaire ait précipité son départ. La vérité, c’est que Mikel Arteta, avec qui les altercations se succèdent, ne veut pas de lui. Le dernier jour du mercato (fixé dans cette année sous covid, au mois d’octobre), il est prêté au Hertha Berlin. A son retour, la position de l’entraîneur n’a pas changé. Il est donc prêté à l’OM avec option d’achat.

2023 : plus dans les plans de Tudor, il perd ses nerfs

Le joueur né dans en Ile de France (précisément à Poissy, ce qui explique ses débuts au PSG), s’entend tout de suite très bien avec Jorge Sampaoli, qu’il considère comme un deuxième père. Lors de sa première saison marseillais, Il participera à 56 matchs, toutes compétitions confondues, pour 5 buts et 10 passes décisives.

Mais l’arrivée d’Igor Tudor va tout changer. Des écarts de comportement vis-à-vis du technicien croate lui vaudront même une exclusion du groupe durant les matchs de préparation.

10 mois plus tard, la situation a empiré. Cette fois, le milieu franco-marocain n’est plus sauvé par la qualité de ses prestations, de moins en moins bonnes. Rarement utilisé à son meilleur poste, Matteo Guendouzi a perdu du temps de jeu (pas une minute jouée lors des deux derniers matchs de l’OM), sa place dans le groupe France, et n’est pas loin de perdre ses nerfs. Son état d’esprit s’en ressent et fait tâche, dans un vestiaire concentré sur la lutte finale pour le podium.

Sous contrat avec l’OM jusqu’en 2025, son départ est devenu inéluctable. Mais au rythme où ça va, Pablo Longoria pourrait regretter d’avoir refusé une offre de 30 millions d’Arsenal en janvier.

(Avec Jérémy Kinot)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi