mardi 27 septembre 2022

OM : dans la tête de Pape Gueye, un homme simple qui respire le foot

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Elu meilleur joueur du mois de décembre, le milieu franco-sénégalais Pape Gueye confirme son potentiel en 2021. En moins de six mois, il a réussi à s’imposer dans une équipe qui aura désormais de plus en plus de mal à se passer de son profil de milieu hyper complet.

 « Avec sa discrétion, sa simplicité, son travail, il se forge petit à petit une place. Humainement, c’est quelqu’un que j’aime beaucoup, très discret, respectueux, il est apprécié par tout le groupe. »

Rapidement adoubé par le capitaine Mandanda, l’ancien joueur du Havre, arrivé sur la pointe des pieds à Marseille l’été dernier, a su se positionner dans un groupe peu chamboulé et normalement déjà marqué par des affinités.

À 22 ans, la manière avec laquelle il appréhende sa montée en puissance, la découverte du haut niveau, d’une Ligue 1 ou d’une Ligue des Champions qu’il ne voyait qu’à la télé jusque-là, démontre une belle maturité (il était capitaine du HAC à 21 ans), de nature à lui permettre de poursuivre sa progression, sans risquer de s’enflammer ou de se prendre pour un autre.

« Il y a quatre mois, j’étais encore en L2. Je connais la patience, disait-il après sa première titularisation. Quand j’ai débuté au HAC avec les pros, j’étais sur le banc ou en CFA, et cette expérience m’a servi de leçon. »

Son impact est déjà réel et le sera encore davantage lorsque l’accumulation des matches aidant, il évoluera en toute confiance. Ce qui, eu égard à ses prestations de début d’année, n’étaient qu’une question de temps…

Ses yeux, il voit vite et loin

Il a depuis longtemps intégré qu’il lui fallait absolument savoir ce qu’il allait faire du ballon avant de le recevoir. Pierre angulaire de tout milieu défensif, sentinelle qui se respecte, cette qualité d’anticipation permet au Franco-sénégalais de 22 ans de gagner de précieuses secondes sur ses adversaires. Lorsqu’il parvient à être dans le bon tempo, ses choix de jeu n’en sont que plus simples et évidents.

Aperçu à plusieurs occasions (face à Rennes ou Montpellier), ce talent lui offre la possibilité d’exister non seulement dans le jeu défensif, pour avoir un temps d’avance dans la récupération, mais aussi dans l’animation offensive, pour faire jouer les autres, assurer la continuité du jeu et, plus tard peut-être, être lui-même à la conclusion des actions. « Il aura franchi un cap et aura pris une autre dimension le jour où il pourra exprimer davantage sa qualité de frappe ou de passes dans la zone de vérité », lui prédisait Villas-Boas.

Pape Gueye très présent au pressing, parfois trop…

Généreux dans l’effort, son tempérament, autant que son inexpérience, ont parfois tendance à lui jouer des tours à l’image de son expulsion à Rennes alors qu’il venait d’inscrire son premier but et de réaliser une première demi-heure de haut niveau dans un registre de milieu relayeur, premier relanceur.

Si son coup de coude sur Niang ne méritait peut-être pas le rouge, sa tendance à trop utiliser les bras pour protéger son ballon ou le récupérer, de manière pas toujours maîtrisée, le mettait en situation de se faire sanctionner à un moment ou à un autre.

Son coeur énorme dans la bataille, un volume de jeu qui lui permet de se rendre disponible aux quatre coins du terrain ne doivent pas lui faire perdre sa lucidité, notamment dans le pressing, où il est très présent, parfois trop au risque de faire des fautes bêtes. Après une demi-saison de Ligue 1, sa marge de progression passe aussi par là.

Ses jambes, un abattage hors norme

Quand on évolue au coeur du jeu, dans l’axe médian, il y a deux manières de faire des différences, de parvenir à faire des décalages : balle aux pieds, en accélérant après un crochet, un contrôle orienté, pour prendre l’espace, ou en trouvant un angle de passe qui va permettre de trouver un partenaire démarqué.

Pape Gueye a ces deux armes dans son arsenal grâce à une technique individuelle qu’il met sans cesse, et intelligemment, au service de son abattage, un volume de jeu digne des meilleurs milieux défensifs du moment du haut de son mètre quatre-vingt-sept et de l’envergure de ses « compas ». « J’aime sa capacité à se sortir de situations difficiles, alors qu’il est sous pression, disait de lui Villas-Boas pour justifier son recrutement. Il va vite, bouge et dribble bien avec le ballon et avec son corps. Et pour un tel gabarit, il est très vif et agile, très technique. »   

Pape Gueye, une technique hors pair à son âge

Qualité de passes (84% de réussite en moyenne la saison passée), de frappes, capacité à casser les lignes en raison de la qualité de ses transmissions précises et rapides, notamment dans le jeu long pour des renversements de jeu souvent pertinents.

Pape Gueye n’est pas embêté avec ses « pieds », ses gestes techniques sont fluides et son premier but inscrit à Rennes, du gauche, sur un tir limpide et puissant des 25 mètres au ras du sol, démontre sa maîtrise dans un exercice qu’avec la confiance il devra tenter plus souvent à l’avenir. Jusqu’à présent normalement un peu timide dans ses interventions, pour sortir de son rôle premier, la nature doit revenir au galop pour lui permettre de rapidement exploiter son sens inné du timing et de la passe délivrée au bon endroit et au bon moment.

Son profil, entre Pogba et Kanté

Il y a chez lui du Paul Pogba, dans son élégance naturelle, son port de tête et sa manière de regarder au loin lorsqu’il a le ballon dans les pieds, mais aussi du N’Golo Kanté quand il harcèle pour récupérer un ballon (182 duels gagnés la saison passée en L2, troisième joueur le plus efficace du championnat) ou parvient à s’extraire d’un tas de joueurs en un coup de reins salvateur.

Déjà très compétitif dans beaucoup de domaines spécifiques au milieu relayeur qu’il est, il possède une grosse marge de progression dans l’utilisation du ballon à l’approche du but adverse. En 39 matches de Ligue 2 avec Le Havre, il n’avait marqué aucun but et délivré seulement 2 passes décisives. Impensable pour un joueur de cette qualité qui va devoir aller de l’avant et sortir de son registre habituel pour suivre les traces de ses deux glorieux aînés.

Ne manquez-pas, un numéro exceptionnel du Foot Marseille, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi