lundi 4 mars 2024

OM : la Ligue Europa devient une question de survie

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Distancé en Ligue 1, éliminé en Coupe de France, l’OM a besoin impérativement d’un bon parcours européen pour égayer sa deuxième partie de saison et éviter une nouvelle crise de grande ampleur.

7ème de Ligue 1, à 5 points du 4ème est dernier qualifié pour la Ligue des Champions (via le troisième tour de qualification et les barrages), éliminé de la Coupe de France… L’OM ne l’avait pas senti venir. Mais à 15 journées de la fin, la Ligue Europa Conférence pourrait bien être leur seul moyen de donner un peu d’intérêt à leur deuxième partie de saison. Avec la perspective de voir un 6ème entraîneur s’asseoir sur le banc depuis la prise de fonction de Pablo Longoria. 

A LIRE AUSSI : Vitinha, le raté de la fin ?

En coulisses, le président de l’OM, qui connait les objectifs fixés par son président, affiche pourtant une certaine sérénité, persuadé que l’OM va faire beaucoup mieux que lors de la phase aller, dès que les internationaux seront revenus de la CAN. Tout particulièrement quatre d’entre eux : Harit, N’Diaye, Ounahi et Mbemba.  Ismaïla Sarr, lui,était sur le marché des transferts (nos impératifs de bouclage ne nous permettent pas de vous donner les mouvements du mercredi 31 janvier), avec une forte envie de se débarrasser de lui. 

Un mois de février de folie

Le double affrontement contre le Shakhtar (15 et 22 février) est en passe de devenir la planche de salut des Marseillais. Au moins pour tenir les supporters le plus longtemps possible et éviter que la situation ne se dégrade. Plus que jamais en première ligne, Pablo Longoria, dont le bilan s’assombrit (voir ci-dessous), s’est démené jusqu’à la dernière heure du mercato pour faire venir un renfort capable de rehausser le niveau de l’équipe.
La preuve que l’’Espagnol, entouré de Medhi Benatia et Gennaro Gattuso, n’a pas dit son dernier mot pour autant et compte bien actionner tous les leviers pour s’offrir une remontada. C’est pour ça que passer le Shakhtar est une obligation. S’il veut entretenir l’espoir d’un OM en progression, Longoria sait que ça passera par des bonnes performances en Ligue Europa. 

Coincé entre la réception de Metz (le match piège par excellence) et un déplacement très périlleux à Brest, un concurrent direct pour le TOP 5, lle déplacement en Allemagne pour affronter les Ukrainiens (jeudi 15 février) est déjà dans toutes les têtes, alors que le match retour aura lieu une semaine plus tard.  Le tout pour un mois de février de folie, que l’OM n’a pas su s’éviter, en perdant à Brighton. 6 matchs en 21 jours pour éviter une crise encore plus forte, dont l’OM aura du mal à se remettre. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi