lundi 4 mars 2024

Open d’Australie : Arthur Cazaux ne veut pas en rester là

À lire

Arthur Cazaux est un français heureux, très heureux même. Le tricolore a sublimé sa semaine à l’Australian Open et pourrait bien être le numéro un français dans les semaines qui viennent.

Serait-il le nouveau Gaël Monfils du tennis français ? Arthur Cazaux ne s’enflamme pas. Son staff non plus ne veut pas brûler les étapes. Et c’est le meilleur moyen d’atteindre ses objectifs. Le joueur de 21 ans a ébloui l’Open d’Australie avec son style à la Gasquet. Même si son revers à deux mains et son coup droit dévastateur ont fait mal à tous ses adversaires.

A l’autre bout du monde, Arthur Cazaux a démontré que le tennis français avait encore de beaux jours à vivre. Reste à confirmer cette belle promesse mise en place à l’Open d’Australie. Nul doute que le 120ème mondial va grappiller des places au classement ATP. En nous laissant espérer encore mieux, le natif de Montpellier a remis la France sur la carte du tennis.

À LIRE AUSSI : les mags tennis de la rédaction

Un style à garder pour Cazaux

Sans prévenir, Arthur Cazaux a dépassé Fils et Van Assche en Grand Chelem, en devenant le premier de sa génération à se hisser en huitième de finale. Et encore, il a lutté contre une gastro pendant tout le match, après une nuit difficile.

Le jeune français a su, avec brio, patience et détermination, imposer son tennis pendant la semaine australienne. Le public, et en particulier les Français, le lui ont bien rendu.

Maintenant, place à la constance pour celui qui va jouer sa chance à fond à Paris puis sur gazon. Le Français reste pour le moins ambitieux. « Mon objectif, c’était d’intégrer le top 50 avant la fin de l’année, ça reste le cas ».

Dans sa progression fulgurante, le Français se sait attendu avec l’espoir d’être le numéro un français, et successeur de Mannarino plus vite que prévu. Il le faudra pour le jeunot qui a déjà vibré en Australie et qui pourrait y avoir lancé sa carrière. Comme un certain Jo Wilfried Tsonga qui avait pris toute la lumière en finale de l’Open d’Australie en 2008.

Un parallèle qui en appellera d’autres pour le Français qui entend bien accrocher un autre top 10 dans sa raquette dans les mois à venir. Arthur Cazaux a les clés pour réussir son pari. Le plus dur reste à venir.

À LIRE AUSSI : la saison de tennis en questions

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi