samedi 8 octobre 2022

Oyonnax : une envie de Top 14 à concrétiser

À lire

Trois échecs en demi-finales sur les trois dernières phases finales. La saison dernière, Oyonnax a affiché un jeu enthousiasmant et quasi-irréprochable, mais a tout de même chuté, chez le futur vainqueur bayonnais. Cette année, l’accession au Top 14 leur semble plus que jamais promise.

Le 29 mai, Oyonnax a une nouvelle fois échoué en demi-finale, bâillonné par l’Aviron, s’inclinant 32-20 face au futur vainqueur de Pro D2. Le manager Joe El Abd revient sur une saison satisfaisante, mais au goût amer.

« Sur la saison, le résultat est le même que les années passées, mais il y a eu une nette progression dans le jeu, notre style de jeu et nos tactiques en attaque ont bien fonctionné puisque nous finissons meilleure attaque du championnat. Mais surtout, on a une défense qui est devenue très performante comparée à l’an dernier. On reste évidemment sur une déception avec cette dernière défaite en demi-finale face à Bayonne. On n’a pas maîtrisé le match dans les 20 dernières minutes. »

L’effectif a subi beaucoup de pertes à l’intersaison, mais El Abd et son staff ont travaillé pour conserver un groupe cohérent et ambitieux.

« Notre statut de favori ne nous fait pas peur »

« On n’a pas une grande équipe de recruteurs, mais ils ont fait du très bon travail. On a eu pas mal de départs notamment des départs en retraite. Notre recrutement était basé sur l’identité et l’expérience. Devant, on a recruté de la puissance avec des joueurs comme Hugo Fabrègue ou Steve Mafy. Gavin Stark et Joe Ravouvou apporteront aussi beaucoup avec leurs qualités physiques sur les lignes arrière » explique Joe El Abd.

Les éléments changent, les mentalités restent et le tacticien anglais s’en félicite. « Le groupe est ambitieux et veut continuer de progresser. Même si l’année dernière, on s’est arrêté au même point, on veut progresser dans notre niveau de jeu et dans notre projet. On figure parmi les favoris pour lutter tout en haut du tableau, donc on doit répondre aux attentes. Notre statut de favori ne nous fait pas peur, mais cette année, beaucoup d’équipes vont avoir un bon niveau de jeu, comme Aix. »

Les Oyomens ont les armes pour inquiéter leurs adversaires, selon Joe El Abd. « On est une équipe difficile à jouer : une bonne défense, plusieurs approches offensives nous rendant imprévisibles et plus difficile à stopper. Cependant, même si nous avons marqué beaucoup d’essais, il faut que l’on soit encore plus réalistes dans les 25 derniers mètres. »

Oyonnax affiche un des meilleurs rugbys sur le papier, l’exigence du coach et la frustration des joueurs devraient les pousser vers les sommets pour enfin passer le cap des demi-finales.

La recrue d’Oyonnax : Ravouvou graine de champion

C’est en 2020 que la carrière de Joe Ravouvou prend un tournant, il quitte le rugby à 7 et la Nouvelle-Zélande par la même occasion, pour l’Aviron Bayonnais (12 essais en 38 matches). Le trentenaire tire les qualités offensives et athlétiques du rugby à 7, où il excelle jusqu’à accumuler pas moins de 100 sélections pour les All-Blacks Sevens, une Coupe du monde (2018), où il est le meilleur marqueur et le meilleur joueur. Joe Ravouvou vient renforcer une attaque déjà très performante (62 essais).

Champion de Pro D2 l’an dernier avec Bayonne, il aura à cœur de rééditer la même performance avec Oyo et redécouvrir le plus haut niveau du rugby à XV français qu’il a connu avec l’Aviron en 2020/2021. A 31 ans, le fidjien d’origine s’est engagé pour les deux prochaines saisons. Kevin Thube

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi