mardi 25 juin 2024

Peut-on arrêter Karim Benzema ?

Chelsea - Real Madrid (mercredi, 21h)

À lire

En Espagne, dans le coeur des Merengues, Benzema a déjà dépassé Di Stefano et Cristiano Ronaldo. En France, son palmarès fait l’unanimité, son image moins. Après son retour en sélection, seule une Coupe du monde pourrait lui permettre de dépasser Henry et Papin au panthéon du foot français.

En Espagne, plus fort que CR7 et Di Stefano ?

Son triplé face au PSG a eu un double effet en Espagne, celui de lui permettre de dépasser Alfredo Di Stefano dans les stats et CR7 dans les coeurs. Le troisième but, celui de la qualification, son 309ème, en fait le troisième meilleur buteur de l’histoire du Real derrière Cristiano Ronaldo (451) et Raul (333) avec, à ce rythme, la perspective de fondre sur l’Espagnol avant la fin de sa carrière.

Mais l’essentiel est déjà fait pour KB9 qui a depuis longtemps fait chavirer Bernabeu, conquis par la constance du Frances. Pour Juan Ignacio Garcia Ochoa, chroniqueur pour Marca :

« il était déjà l’histoire de Madrid, maintenant c’est une légende. Les années passeront et les gens se souviendront de son triplé contre le PSG. Oui, Benzema est supérieur à Cristiano Ronaldo. Il ne marquera pas plus de buts que lui, mais il est plus Madrilène que le Portugais. Don Karim Benzema est devenu une légende. »  

« Il était déjà l’histoire de Madrid, maintenant c’est une légende »  

Aux oubliettes Gento, Butragueno, Hugo Sanchez, Puskas, Santillana, Higuain et donc désormais Di Stefano, avec 311 buts (deux de plus inscrits face à Majorque en Liga), trois titres de champions d’Espagne (un quatrième en perspective), quatre Ligues des Champions, deux Coupes du Roi, quatre Coupes du monde des clubs, un premier titre de Pichichi (meilleur buteur de Liga) qui lui tend les bras cette saison.

C’est peut-être la distinction la moins prestigieuse de toutes, celle de meilleur passeur de l’histoire du Real, qui le définit le mieux pour Garcia Ochoa « parce qu’il n’a jamais demandé de revalorisation salariale ou de prolongation, parce qu’il a pris plus de coups que quiconque et qu’il a enduré sans rien dire. Parce que, quand Mourinho l’a traité de « gato » , il a continué à bosser. Mais aujourd’hui c’est lui qui décide ! »  

C’est effectivement dans l’ombre de CR7 qu’il a construit sa légende, posé les bases de l’irrésistible ascension qui a suivi le départ de son ancien coéquipier à la Juventus. Comme s’il n’attendait que ça pour montrer à tout le monde qu’il était bien davantage qu’un faire-valoir.

De son premier but madrilène, le 20 septembre 2009, à Xeres (5-0), à cette nuit magique du 9 mars 2022, Benzema sera resté le même compétiteur exemplaire, avec huit saisons (sur 13) à plus de 30 buts, jamais moins de 10 passes décisives, et tous les ans, sans exception, buteur en Ligue des Champions (67 buts).

En ayant déjà dépassé en mars son record de buts sur une saison (qui datait de 2012 avec 35 buts toutes compétitions confondues), il incarnait, à 34 ans, toutes les valeurs chères aux socios du Real : fidélité, efficacité et humilité, quand CR7 a toujours manqué de la troisième. Surtout, quand l’histoire madrilène du quintuple Ballon d’Or est finie, la sienne est encore en cours, avec, peut-être, le plus beau à venir.

En France, plus fort qu’Henry ?

Face à Just Fontaine qui restera à jamais le recordman des buts lors d’une Coupe du monde, face à Jean-Pierre Papin qui demeure encore aujourd’hui le seul attaquant français à avoir gagné le Ballon d’Or, ou Thierry Henry qui a profondément marqué l’histoire de la Premier League et de l’équipe de France, avec une Coupe du monde et un Euro, et un statut de meilleur buteur de l’histoire des Bleus, où se situe Karim Benzema ?

Sans son éviction de l’équipe de France pendant cinq ans, la question ne se poserait peut-être même pas. Parce qu’il aurait participé au sacre mondial de 2018 et, aussi, deux ans avant, à celui de l’Euro 2016… offrant en finale ce but qu’un poteau a renvoyé à Gignac. On ne refait pas l’histoire…

Malgré ça, Benzema a suffisamment marqué son temps, avant et après, en sélection comme en club, pour prétendre être le numéro 1. Et d’abord en devenant cette saison l’attaquant français le plus prolifique de tous les temps; Son doublé face à Majorque lui permet en effet d’atteindre les 413 buts et donc de dépasser les 411 de Thierry Henry. Entre la légende des Merengues et celle des Gunners, y’a match.

Benzema dépasse Henry avec 413 buts

En club, l’avantage est à KB9 (377 buts et 184 passes décisives contre 360 buts et 179 passes) qui est décisif en moyenne une fois toutes les 90 minutes, une stat tout simplement monstrueuse.

En sélection, on inverse une tendance (51 buts et 30 passes décisives pour Henry contre 36 buts et 20 passes pour Benzema) qui n’est évidemment pas figée avant la Coupe du Monde 2022, et éventuellement l’Euro 2024 qui peuvent apporter ce supplément d’âme nationale et ce titre avec les Bleus qui manque encore à Benzema.

Le succès en Ligue des Nations qui lui appartient en grande partie témoigne de sa motivation et surtout de sa complémentarité avec Mbappé et Griezmann. Elle lui laisse encore un levier essentiel à activer au coeur d’une saison qui se dessine comme la meilleure de sa carrière.

Tout simplement. Avant les quarts de finale de la C1 et alors qu’une petite blessure était venue ternir le tableau, en 34 matches, il avait inscrit 32 buts, pour 13 passes décisives. Prometteur. Et indispensable dans sa course contre la montre pour devenir le meilleur attaquant français de l’histoire. Car le temps presse. Derrière, Mbappé arrive à grandes enjambées pour mettre tout le monde d’accord !

Frédéric Denat

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi