mardi 23 juillet 2024

Philippe Dintrans, le talonneur en avance sur son temps

À lire

Avec son style de jeu particulier pour l’époque, Philippe Dintrans a révolutionné le poste de talonneur. Il a également eu une frustrante fin de règne en sélection.

Philippe Dintrans était en avance sur son temps. Considéré comme l’un des meilleurs talonneurs du monde, il avait un style atypique. Il était très habile avec ses mains, portait le ballon et était très mobile. Ce n’était pas vraiment le style des talonneurs de l’époque, mais plutôt celui de talonneurs que l’on peut voir aujourd’hui.

À LIRE AUSSI : votre mag spécial Coupe du Monde de rugby 2023

Il formait avec Jean-Pierre Garuet notamment l’une des meilleures premières lignes au monde et était craint des All-Blacks les meilleurs du monde à l’époque et qui ne tarissaient pas d’éloges sur cette première ligne française qui était difficile à prendre en défaut. Philippe Dintrans était très populaire car il donnait tout sur le terrain et était un amoureux du maillot bleu et de son unique club, le Stadoceste Tarbais.

Il a débuté très jeune à Tarbes à l’âge de 18 ans. En trois saisons, il se rapproche des Bleus, il est appelé en 1979, Alain Paco est le titulaire du poste et semble indéboulonnable, mais c’est sans compter sur l’abnégation de Dintrans qui va se faire une place dans le pack des Bleus.

Albert Ferrasse lui préfère l’agenais Daniel Dubroca

Il est devenu capitaine de l’équipe de France en prenant la succession de Jean-Pierre Rives en 1984 et a participé à la première victoire d’une équipe de France sur le sol néo-zélandais en 1979 (24-19). Il a honoré 51 sélections entre 1979 et 1990, mais a été tout proche de mettre un terme à sa carrière en 1985 à cause d’une hernie discale qui paralysait sa jambe gauche.

Les spécialistes lui conseillent d’arrêter le rugby, mais il se soigne et rejoue sept mois plus tard. Finaliste de la première Coupe du Monde en 1987, il gagne le Tournoi des 5 Nations 1989 et fait le Grand Chelem en 1981.

A son retour de blessure, Jacques Fouroux ne l’a pas oublié et veut lui redonner le brassard, mais Albert Ferrasse, le président de la FFR, milite pour l’Agenais Daniel Dubroca. Philippe Dintrans est remplaçant et dispute son dernier match en 1990 qui se solde par une défaite face à la Roumanie.

Deux ans plus tard, il met un terme à sa carrière sur une dernière saison avec son club de Tarbes avec un grand regret ; cette finale du championnat de France perdue en 1988 face à Agen (9-3). Il aurait tellement aimé offrir un Bouclier de Brennus à son club de cœur.

Le chiffre : 1

En onze ans d’équipe de France, Philippe Dintrans n’a marqué qu’un essai dans le Tournoi des 5 Nations en 50 sélections. Il en a inscrit au total 3 sous le maillot bleu.

Le saviez-vous ?

Son fils Jean a également joué au Stadoceste Tarbais avant de rejoindre Bagnères. Il a été le beau-père de Jean Bouilhou, 3ème ligne du Stade Toulousain et de Pau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi