mercredi 22 mai 2024

Pour monter en Starligue, Saran met le paquet !

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Les Spectors (Saran) ne cachent plus leurs ambitions. Avec un recrutement impressionnant (Accambray, Genty, Kollé,…), Saran sera une formation à surveiller la saison prochaine.

Il y a des saisons qui marquent souvent l’histoire d’un club et il ne fait aucun doute que l’édition 2023/2024 devrait permettre à la formation du Loiret de marquer les esprits avec le recrutement de joueurs expérimentés comme les champions olympiques William Accambray (Pays d’Aix) et Yann Genty (Limoges), ainsi que les expérimentés Florian Delecroix (Cesson-Rennes) et Romuald Kollé (Limoges), qui effectue son retour à Saran, sans oublier le buteur espagnol de Frontignan, Pau Oliveras.

Une politique de recrutement ambitieuse assumée par son président Bruno Bordier. « On loupe le coche l’an passé pour se maintenir. Faire l’ascenseur, ce n’est pas viable économiquement. On a pas mal anticipé sur le recrutement pour avoir une équipe digne de ce nom en StarLigue l’an prochain. Quoi qu’il arrive, on aura une belle équipe. L’objectif était la remontée en StarLigue dès cette année. On espère aller jusqu’au bout de notre ambition. »

Les Spectors ne se cachent plus et veulent s’installer parmi l’élite du hand français. « Depuis que j’ai repris le club, il y a une amplification de l’investissement des partenaires, explique le président saranais. Ce déclic a permis de vouloir frapper fort. On voulait faire parler de nous. Dans un premier temps, on cherchera à se maintenir avant d’aller viser l’Europe dans quelques années. On veut se donner les moyens d’aller titiller les 5-6 premiers clubs de StarLigue. »

Saran mise sur l’expérience avec Accambray

Pour arriver à un tel marché d’été, Saran a dû batailler pour s’offrir les moyens de ses ambitions. « Qui dit recrutement ambitieux, cela passe par une restructuration du club, avoue Bruno Bordier. On ne peut pas faire un recrutement ambitieux sans une structure de club renforcée et solide. Pour attirer des joueurs comme Accambray, Delecroix ou Genty, avec le retour de Kollé, des joueurs de StarLigue, il faut qu’il y ait quelque chose et une étincelle. »

« Il faut montrer que le club est structuré. Financièrement, le club va augmenter son budget d’un million d’euros l’an prochain (2,11 M€ cette saison, Ndlr). J’ai des partenaires financiers et des gros sponsors qui arrivent. En partenariat privé, avec le public qui nous soutient aussi, mais pas assez à mon goût. C’est notre grande faiblesse sur Orléans et sa Métropole. Saran n’est pas trop connu. Ça nous pousse à trouver des partenaires privés qui s’investissent encore plus. Il a fallu constituer un groupe assez fort pour pouvoir le recrutement de joueurs qui nous permettent d’évoluer en StarLigue. Sans ambition, on devrait se contenter au milieu de ProLigue, avec le risque de faire l’ascenseur. »

« Se donner les moyens d’aller titiller les 5-6 premiers clubs de starligue »

A Saran, on veut maintenant allier l’expérience et la jeunesse pour permettre d’aller au plus haut niveau. Le centre de formation a été un investissement calculé sur ces deux dernières années. Et grâce au travail de son directeur, Jérémy Roussel, la formation récolte enfin ses fruits avec notamment la montée de l’équipe réserve en N1. Fabien Courtial pourra aussi compter sur une équipe digne des meilleurs effectifs de StarLigue pour d’abord viser le maintien l’an prochain.

« On a payé pour apprendre, affirme Bruno Bordier. On n’a pas eu un recrutement assez ambitieux. On avait une belle équipe, mais ça ne suffit pas en StarLigue. Il fallait des éléments plus capés. La peur d’investir coûte un peu plus cher sur deux années. On n’a pas été assez ambitieux il y a deux ans alors qu’on avait tout gagné avec une belle équipe. C’est la deuxième fois que l’on avait connu la montée.

Quand on goûte une fois à la StarLigue, on a envie d’y retourner. Il faut tirer des conséquences positives des échecs. On avait été trop timide il y a deux ans.Ceneserapasle cas. Il y a un recrutement ambitieux. Il y a un engouement autour du club depuis l’annonce de notre recrutement. »

Et nul ne doute que ce dernier ne manquera pas d’en surprendre plus d’un l’an prochain. Les adversaires des Spectors sont prévenus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi