jeudi 25 avril 2024

Pourquoi le coup de poker de Pablo Longoria peut relancer l’OM

À lire

Jérémy Kinot
Jérémy Kinot
Journaliste

Si le choix de l’entraîneur laisse perplexe, en revanche, le timing de l’opération est cohérent : Pablo Longoria tente un coup de poker pour relancer la fin de saison de l’OM.

Présenté officiellement en conférence de presse cette après-midi, Jean-Louis Gasset a expliqué qu’il était en mission. « On m’a demandé si j’acceptais sur quatre mois de changer la situation et de remettre Marseille là où ce club devrait être, cela m’a semblé être un challenge possible », a assumé l’ancien entraîneur de la Côte d’Ivoire, ajoutant qu’il trouvait, « l’effectif de qualité. »

A LIRE AUSSI : Jean-Louis Gasset, un entraîneur moyen

Première étape, et pas la moindre : se qualifier pour les 8èmes de finale de la Ligue Europa jeudi soir face au Shakhtar Donetsk. Après le match nul (2-2) de l’aller, c’est loin d’être un défi impossible à relever. Puis dimanche, ce sera la réception de Montpellier, suivie d’un déplacement à Clermont. Un calendrier très favorable aux Marseillais. 

Des adversaires largement à la portée des Marseillais

Si le fameux « effectif de qualité » évoqué par Gasset a été sur-côté en début de saison, et le recrutement de janvier n’est pas franchement convaincant, cela suffira pour venir à bout de ces trois équipes et ainsi relancer la machine. 

Tout est réuni pour permettre à l’OM d’enchainer sur une belle série. A condition de bien la commencer, jeudi face au Shakhtar. Si une élimination aura des conséquences dramatiques sur l’atmosphère autour de l’équipe, et forcément une influence sur les résultats, à contrario, un succès peut servir de déclic. Et derrière, l’OM a largement de quoi se relancer, avant une série de matchs très compliqués. A Rennes (26ème journée), contre le PSG (28ème journée), à Lille (29ème journée) et contre Nice au Vélodrome (30ème journée). 

C’est paradoxale : en choisissant d’aller très vite pour opérer le changement, Pablo Longoria s’est donné le temps de remettre son équipe à flot pour s’offrir une fin de saison intéressante. Un véritable coup de poker qui n’est pas incohérent. Quant à savoir si Jean-Louis Gasset (plutôt que Pancho Abardonado, Jean-Pierre Papin ou encore un Didier Digard) était le bon choix.  C’est une question dont on n’aura jamais la réponse. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi