vendredi 14 juin 2024

Pourquoi l’OL a, quand même, de bonnes raisons de croire en son avenir…

À lire

Si L’OL patine sur le plan sportif, l’institution lyonnaise a toujours un coup d’avance dans les projets. Le Groupama Stadium deviendra une véritable citadelle sportive.

Une formation exemplaire

Karim Benzema, Alexandre Lacazette, Nabil Fekir, Corentin Tolisso, Anthony Lopes… La liste des internationaux formés par l’OL semble infinie et pèse très lourd auprès des jeunes et de leur entourage au moment de choisir un centre de formation plutôt qu’un autre.

Selon la dernière enquête publiée par l’observatoire du football européen, l’OL est le meilleur club français avec 32 joueurs issus de son académie évoluant actuellement dans l’un des cinq grands championnats européens. Lyon n’est devancé que par le Real et le FC Barcelone.

Une section féminine toujours au top

En dépit de la perte du championnat de France et de la Ligue des Champions la saison passée, l’OL est toujours le plus grand club féminin du monde.

Si le PSG est désormais parvenu à installer une concurrence, les autres clubs français sont franchement à la traîne à l’image de l’OM dont l’équipe féminine se traîne dans le ventre mou de la deuxième division. Précurseur, Jean-Michel Aulas et l’OL ont dix ans d’avance sur la plupart de leurs concurrents français dans le football féminin.

Un duo quasi-inédit avec l’asvel

L’OL a un tiers du capital de l’ASVEL et Tony Parker, le président de l’ASVEL, est administrateur d’OL Groupe. Les deux clubs appartiennent désormais à la même entité, au point de partager un maillot, la tunique « third » de l’OL.

Depuis cet automne, les matches européens de l’ASVEL sont diffusés sur la plate-forme OL Play, ce qui a engendré une hausse appréciable d’abonnements de la part de fans de basket désespérés par la non-diffusion des matches.

En revanche, pour l’instant, les deux clubs ne partagent pas le même nom, l’ASVEL se faisant même appeler LDLC-ASVEL depuis le naming avec ce géant du hight-tech en 2018. A l’inverse, à Paris, c’est bien sous le nom « PSG Handball » que l’équipe de hand brille sur la scène européenne.

Une implantation aux États-Unis et en Chine

L’OL est désormais solidement implanté aux Etats-Unis avec l’acquisition de la franchise de football féminin américain Reign FC. OL Groupe a aussi un pied en Chine avec son partenaire IDG, société d’investissement chinoise qui a acquis 20 % de son capital fin 2016.

Des résultats européens inégalés

Double demi-finaliste de la Ligue des Champions en 2010 et en 2020, demi-finaliste de la Ligue Europa en 2017, l’OL est surtout un modèle de régularité à l’échelle européenne.

En se qualifiant pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa cette saison, l’OL a obtenu son seizième billet pour un huitième de finale de Coupe d’Europe au 21ème siècle.

Sur cette même période, aucun club français ne fait mieux, y compris le Paris Saint-Germain qui compte seulement douze qualifications.

Encore et toujours des projets

En dépit de la crise sanitaire qui a impacté ses comptes, OL Groupe poursuit son plan de développement. « On a continué d’investir pendant la pandémie, s’est félicité Jean-Michel Aulas. Ce n’est pas à perte comme les investisseurs étrangers. On s’appuie sur nos infrastructures » notamment avec le projet d’Arena.

Cette salle polyvalente doit être livrée pour fin 2023. Cette enceinte qui pourra accueillir jusqu’à 16 000 personnes sera construite juste en face du Groupama Stadium. Son exploitation paraît déjà sécurisée avec le récent accord passé avec l’organisateur de concerts Live Nation et la perspective de matches au niveau européen de l’ASVEL.

L’OL investit aussi dans le tennis avec la All In Tennis Academy. Le centre de formation de Thierry Ascione et Jo-Wilfried Tsonga doit voir le jour en 2023 sur le site d’OL Vallée à Décines.

Ne manquez-pas, Le Foot Lyon, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi