jeudi 23 mai 2024

Premier souvenir, premier titre, première idole… les premières fois de Bodian Massa (Strasbourg)

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

Pro B, Betclic Elite depuis la saison dernière avec une sélection au All Star Game à la clé, et maintenant équipe de France, le pivot Bodian Massa (25 ans), passé de Fos à Strasbourg à l’intersaison, grandit à vitesse grand v alors que le Marseillais a découvert le basket sur le tard. Entretien réalisé avec France Basket.

Premier sport

« Le football de 6 à 13 ans. Comme j’étais le plus grand, je jouais défenseur central. »

Premier club

« En foot, l’Esperance Aulnaysienne à Aulnay-sous-Bois en région parisienne. Et en basket, l’Elan Sportif des Pennes Mirabeau, à Pennes-Mirabeau à côté de Marseille. J’ai commencé le basket à l’âge de 16 ans. Après le foot, j’ai fait du handball. »

Premier poste

« J’ai toujours été pivot. J’ai toujours été le plus grand. »

Premier maillot porté à l’entraînement

« En foot, celui de Liverpool car j’étais fan. Et en basket celui de Carmelo Anthony à New York. »

Premier entraîneur qui a compté

« Le tout premier, Alain Zizzo. C’est avec lui que j’ai débuté le basket. Il m’a fait faire mes premiers doubles pas. »

Premier souvenir basket

« Mon arrivée dans le gymnase des Pennes Mirabeau. Je ne savais même pas faire un simple double pas main droite ! »

Premier match en pro

« Contre Bourg avec Fos (en Leaders Cup le 16 septembre 2016, défaite 78-84, Ndlr). J’avais mis 6 points (pour 3 rebonds en 5 minutes). »

Premier dunk

« Contre Poitiers. Un dunk arrière. Le seul dunk arrière que j’ai fait de toute ma vie ! »

Premier titre

« La Leaders Cup de Pro B (en 2021, cette année-là Fos est également champion de France de Pro B, Ndlr). »

Première idole

« Ma mère ! Elle a eu la force de m’éduquer seule. Encore aujourd’hui elle ne me lâche pas. C’est ma première fan ! Au niveau des basketteurs, au début c’était Kevin Love et aujourd’hui c’est Joel Embiid. Peut-être qu’on se retrouvera en équipe de France… (sourire) »

« J’aime bien Joel Embiid. Peut-être qu’on se retrouvera en équipe de france… »

Première blessure

« Il y a deux ans face à Antibes (en octobre 2020, Ndlr). Je m’étais blessé à la cheville, une entorse. J’avais été arrêté un mois et demi, mais avec la Covid je n’avais dû rater qu’un match. »

Première interview

« Un média qui s’appelle 5 by 5 sur instagram. Ça s’était bien passé. C’est un exercice que j’aime bien. Depuis tout petit, j’aime bien le milieu du journalisme. Je fais des vidéos de moi en essayant de faire le journaliste. Ça pourrait être une idée de reconversion. »

Premier autographe

« Mon oncle m’emmenait souvent à Téléfoot. Le premier que j’ai demandé, c’est à Thierry Gilardi. »

Premier transfert

« J’ai été prêté une saison à Saint-Chamond en Pro B (en 2018/2019, Ndlr). Mais le premier vrai transfert, c’est cet été de Fos à Strasbourg. D’autres clubs étaient intéressés, mais j’ai préféré Strasbourg. »

Premier salaire avec le basket

« 250 euros. J’avais un contrat stagiaire à Fos. »

Premier surnom

« Bod, le diminutif de Bodian. Mais avant on m’appelait Bodiane alors que ça se prononce Bodian. Il n’y a pas de e ! Aujourd’hui, on m’appelle Bo ou Bod. »

Premier tatouage

« Je n’en ai pas et je n’ai pas envie de me faire tatouer. »

Premier ami dans le basket

« Julien avec qui j’ai joué en pré-Nat. C’est comme un membre de ma famille. Au niveau des joueurs, je suis vraiment proche de Mounir Bernaoui (Caen), Lucas Hergott (Aix-Maurienne), Edouard Choquet, Allan Dokossi (Fos) et Jean-Michel Mipoka (Orléans). »

Première fois confondu avec quelqu’un

« Khaby Lame, un célèbre titokeur italien qui fait des vidéos drôles et qui est devenu l’égérie d’une grosse marque (Hugo Boss, Ndlr). »

« Vitalis Chikoko. Il évolue au même poste que moi et dans ses mouvements et sa manière de poster il m’avait impressionné. »

Premier numéro

« Le 16, c’était le premier qui était disponible. A Strasbourg, j’ai le 10. C’est une petite dédicace au football où le numéro 10 est apprécié. »

Premier match en Coupe d’Europe

« Cette saison, contre Falcao Szombathely (81-78 en Champions League, Ndlr). J’ai senti que c’était plus physique qu’en championnat face à des joueurs qu’on

ne connaît pas forcément et qui peuvent donc surprendre. »

Première fois en équipe de France

« Lors de la prochaine fenêtre de novembre en tant que réserviste. J’ai été surpris d’être appelé et content car le travail paie. Je suis d’origine sénégalaise mais, dans ma tête, c’est clair, c’est l’équipe de France même si, à un moment donné, j’ai pensé à aller jouer en sélection sénégalaise car c’est une équipe pleine de talents, qui finit toujours dans le Top 3 en Afrique. J’ai entamé les démarches, mais c’était compliqué. »

Premier contact avec la NBA

« Je n’en ai pas eu. Ce n’est même pas forcément un rêve ou un objectif. Je verrai jusqu’où je peux aller… »

Première entreprise

« La cuisine de Bo’ quand j’étais à Fos. J’avais essayé de faire de la livraison de plats sénégalais (il proposait chaque semaine un plat différent livré le samedi, Ndlr). Cela avait bien fonctionné, mais c’était compliqué avec le basket. C’est moi qui gérais et qui faisais la cuisine avec ma famille. Aujourd’hui, le projet est en stand-by. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi